Archives par mot-clé : littérature et sport

Compte rendu de la première séance du séminaire LmM 2023-2024

Première intervention.

– Bernard Andrieu (Paris Descartes, URP3625 – I3SP, L’institut des Sciences du Sport-Santé de Paris) :

« Le corps en formes : quel sport-santé ? »

La communication de Bernard Andrieu s’appuie sur son livre, Rester beau (ed le murmure). Dans celui-ci, il questionne le beau et ses normes corporelles par le prisme des formes. En partant d’une présentation des injonctions adressées au corps, le propos évolue pour discuter d’une possible jonction entre le sujet, son corps et les normes imposées.

Le débat autour des injonctions corporelles est assez ancien et se construit en plusieurs étapes.  Bernard Andrieu nous propose de réfléchir dans un premier temps sur l’intervention de l’état et la création de ce qu’on nomme sport-santé. L’injonction d’être en forme avec le sport-santé est devenue un processus de bio-contrôle : contrôler la pandémie, l’obésité, la sédentarité. (Foucault 1975 ; Stiegler, 2022). Il faut être absolument en forme. Toutefois l’injonction n’est pas unilatérale. Puisque c’est le corps qui est jeu, la question de la santé vient nuancer l’injonction à la norme corporelle. S’il y a une forme normalisatrice (histoire de la silhouette, du régime etc), il y a aussi un intérêt personnel à la bonne santé et à la lutte contre l’obésité par exemple. Il y a surtout une jonction entre corps et esprit, une union qui devient une écologie corporelle pour définir une body-positivité (accepter les formes, les âges, les changements).

La body positivity est une notion que développe notamment Barbara Stiegler (cf son ouvrage « Il faut s’adapter », 2019). Ses recherches suivent une forme de néo-libéralisme qui remet au centre le bien-être et le corps en forme. Ce néo-libéralisme que défend Andrieu ouvrirait, selon lui, la porte à une nouvelle connaissance du corps (le sien et celui de l’autre) : le processus de transformation du corps en accord avec une recherche d’un sport bien-être permet la découverte de nouvelles sensations corporelles.

Il faut ici s’arrêter sur le corps tel qu’il est compris avant de revenir sur les transformations qu’il peut connaître. Pour cela, Bernard Andrieu développe l’importance du capital corporel. On considère de plus en plus le corps comme un capital génétique (exemple récent : Rihanna a dépensé des milliers pour un scanner total et préventif : on peut aujourd’hui analyser le corps pour prévoir les possibles maladies et la « richesse » des gènes). Il y a donc un capital du corps (qui ne s’arrête pas à la question de la beauté) et une préservation qui est mise en place autour de ce capital. C’est une des raisons pour lesquelles l’essence et le naturel continuent d’être mis en valeur. Il faut conserver sa beauté, sa santé pour se maintenir dans ce qu’est l’essence du corps. Il s’agit surtout de ralentir le vieillissement (processus qui met en valeur les inégalités sociales et économiques : ce sont évidemment les sociétés libérales qui sont le plus en avance sur ces techniques).

C’est alors qu’il faut revenir sur l’injonction : les processus de conservation du corps sont notamment pris en charge par des politiques et s’exercent selon différents degrés. Depuis 2015, le gouvernement a créé le « sport sur ordonnance », protocole pour les malades chroniques, remboursé par la sécurité sociale. La médicalisation du sport s’amplifie. C’est aussi un moyen de prendre le contrôle (pour le gouvernement) de certaines populations pauvres ou socialement exclues (l’obésité est très marquée socialement et économiquement) : le sport sur ordonnance concerne en effet notamment les populations en situation de pauvreté extrême, permettant à la fois leur inclusion mais aussi une forme de surveillance de la santé et du capital corporel. Un autre degré d’injonction qui diffère du sport sur ordonnance est le sport-santé abordé rapidement en introduction. En effet l’injonction est différente car elle joue sur la prise de conscience et la décision des acteur.ices. Des maisons de sport-santé ont par exemple été créées, notamment pour les étudiant.es, afin de favoriser une mise au sport. L’injonction est étendue pour jouer sur la culpabilité et l’intériorisation de la norme subie par l’individu. La jonction entre norme extérieure et norme intérieure revient ici. Le sport devient aussi une affaire personnelle. Une nouvelle nuance apparaît lorsque le sport-santé devient « activités physiques de santé ». Une façon très simple de l’illustrer serait de montrer que la marche nordique est devenue bien plus populaire que le 100mètres. Pour contrer la sédentarité, on parle plutôt d’activité physique sous forme de sport modéré (marche, étirements, yoga, montée d’escalier etc.). Nommé le slow sport, ces nouvelles activités physiques échappent aux fédérations usuelles et l’injonction évolue : le sport a échoué, on évolue vers une autre forme d’activité.

 

Bernard Andrieu nous invite par la suite à aborder un autre point de son livre : on passe de la conservation du corps à l’étude de la transformation du corps et du « devenir beau ». Il s’agit de quitter l’essence pour trouver l’évolution. Jusqu’où peut-on se modifier ? Comment se modifie-t-on ? Les transformations sont plus ou moins réversibles (et la majorité des individus préfèrent aujourd’hui la réversibilité) mais elles sont aussi de plus en plus nombreuses (du tatouage à la transition). Les modèles évoluent comme les normes socioesthétiques et le processus de subjectivation apparaît petit à petit en jouant toujours avec les codes de chaque milieu. Chaque transformation présente un équilibre particulier entre la subjectivité et l’injonction.

 

Le livre de Bernard Andrieu se termine sur la présentation de la body positivity et de l’estime de soi. Se transformer n’est plus seulement l’augmentation de soi mais aussi l’approfondissement et la recherche de soi qui permettrait de trouver un corps en lien avec l’esprit. Dans la body positivity, on se trouve au croisement de différentes luttes qui touchent la représentation (des luttes féministes, raciales, à la lutte écologie, particulièrement intéressante pour Bernard Andrieu parce qu’elle questionne une nouvelle forme de vie et d’écobeauté).

 

En guise de conclusion, le sport-santé pourrait évoluer jusqu’à devenir  une forme d’auto-santé, qui est née des courant féministes américains (« our body, our selves, our responsability »). Plutôt que la performance, on recherche la performativité qui permet une auto-régulation corporelle pratiquée au quotidien.

 

Connaître sa santé        

Techniques réflexives

Expériences du corps sain

Se constituer un savoir perceptuel

savoir expérientiel

être à l’écoute de son corps

S’écologiser par les interactions

écologie de soi 

sentir sa santé

Analyser ses data bio-subjectifs

corps médecin

se soigner par soi-même

Réfléchir à ses actions  

se savoir en santé

agentivité des malades

 

L’agentivité et l’autoréflexivité est très importance pour le sujet occidental. On veut un corps de plus en plus performant et spécialisé dans ses fonctions biotechnologiques afin de pallier le déficit et la dégénérescence naturelle. Le sujet devient acteur de son autonomisation biotechnologique en dessinant les formes et la matière de son corps. Enfin, l’invention d’espèces biotechnologiques vient modifier l’imaginaire sanitaire. Le corps-sujet définit un soi-même en inventant ses nouvelles matières et ses nouvelles-formes.

 

Questions et échanges.

Remarque : la logique du slow sport semble apparaître aussi dans le sport de haut niveau. La performance est toujours là pour être dépassée mais la question de la progression aujourd’hui est plus délicate et l’éthique du sport, notamment, se développe fortement. On met en cause les conditions physiques mais aussi psycho-sociales (harcèlement par exemple) des entraînements. Les conditions d’obtention de la performance sont plus lisibles et critiquées aujourd’hui.

Question sur la méthode philosophique de l’étude du corps et du sport. L’immersion et l’observation participante est le point de départ, sûrement, de cette philosophie. La philosophie du corps est une philosophie de la pratique. L’entretien qualitatif en première personne est bien sûr très important : il faut rencontrer et partager la vie des sujets pour comprendre. Voir son livre Le Corps du chercheur.

Question sur la « disparition du sport ». La sédentarité, particulièrement, produit une baisse des facultés motrices et une perte d’intérêt pour les activités sportives. Une nouvelle génération se déplace, par exemple, de manière moins physique (vélos et trottinettes électriques) pour gagner en rapidité. Les espaces structurés et les fédérations perdent en dynamisme (notamment à cause des politiques et des répartitions de subventions) et les espaces de sport qui demeurent sont surtout ceux de sports nés dans la rue (basketball par exemple).

Question sur le lien au care dans ce rapport au corps de l’autre. Bernard Andrieu souligne l’importance du « soin du toucher ». Beaucoup de pratiques slow aujourd’hui mettent l’accent sur les pratiques d’éveil, d’accompagnement, de toucher conscientisé etc. La recherche s’intéresse aussi aujourd’hui à la refigurer les pratiques sportives pour trouver un rapport au corps vidé de performativité (public âgé par exemple).

Remarque sur la richesse des textes féministes pour la question de la subjectivation, par exemple avec les nombreux ouvrages sur la self-defense, à la limite entre le sport et l’activité politique.

Question sur le paradoxe de ces injonctions d’activité physique dans une société peu modelée sur celles-ci (salles de classe statiques, ehpad fermés etc.). La réponse développe sur les sociétés réinventées qui mettent l’activité physique au cœur de l’organisation structurelle. Des alternatives sont développées et oublient souvent le terme « sport » pour, au contraire, développer une vie active : activité de jardinage, de marche, de construction ; ce qu’on appellerait des activités en pleine nature. Ces alternatives sont intéressantes et riches mais sont aussi détournées par le capitalisme et les structures gouvernementales. La construction d’alternatives sous forme de politiques publiques pose des limites sur la création d’un éco-corps. Le gouvernement se positionne sur cette question et impose des heures d’activités sportives dans les nouvelles maquettes d’enseignement par exemple. Les alternatives sont nombreuses, parfois combattues, parfois englouties par les politiques capitalistes mais elles existent.

Remarque sur ce que permet le sport aussi en tant que subversion : à l’inverse de la beauté, c’est parfois la monstruosité qui est recherchée ou permise par le sport. Dans l’activité, le corps est déformé, devient rouge, suant, et le sport permet aussi une représentation du corps qui quitte la beauté pure. La performance et le plaisir sportif peut conjurer pour un temps l’injonction à la beauté. On peut aller plus loin en évoquant le culturisme, dans lequel le rapport à la performance est inversé : on pratique le sport pour sculpter un corps qui sort finalement des normes à la fois naturelles et de beauté.

 

 

 

Deuxième intervention.

– Gaëlle Debeaux (Université Rennes 2) :

« Sport, corps et littérature chez quelques autrices contemporaines »

Gaëlle Debeaux propose un état des lieux de son travail exploratoire autour d’un corpus d’œuvres narratives contemporaines. Il s’agit d’écrits d’autrices qui, sous le prisme autobiographique, abordent le sport, ou plutôt leurs sports,  quotidiens, laborieux, révélateurs et maladroits.

Comment cette pratique sportive en elle-même peu propice à la mise en récit devient, pour ces autrices, un espace d’exploration de leurs corps et de leur auctorialité ?

Le partage du sport et le spectacle sportif, au sein de la famille, jouent souvent comme matrices importantes : c’était le cas pour Gaëlle Debeaux qui débute son étude par quelques anecdotes personnelles pour justifier son intérêt sur le sujet. Elle évoque en effet plusieurs points de départs de son travail sur la sportive notamment deux clichés que son travail contredit : le football est un sport uniquement masculin ; les littéraires ne sont pas sportif.ves. En réalité, de nombreux travaux questionnent le sport par le prisme de corpus artistiques et littéraires ; il s’agit d’analyser ces corpus.

Plusieurs anthologies existent et Gaëlle Debeaux en mentionne quelques-unes :

Dans ces ouvrages, très souvent, on aborde surtout le sportif et le masculin comme un reflet fidèle de la place accordée à la femme dans le milieu sportif.

« Si l’on s’en tient à l’histoire du sport en particulier, nous pouvons noter à quel point les sportives ont été elles aussi « empêchées », longtemps invisibilisées voire maintenues dans une zone aveugle »
Mélanie Boissonneau et Jean-François Diana dans « L’Image de sport n’a pas (mauvais) genre », Genre en séries [en ligne], 14 | 2023.

Pour cadrer le corpus sur lequel elle centre son travail, Gaëlle Debeaux présente d’abord les œuvres qu’elle exclut. Hors du corpus présenté aujourd’hui se trouvent les œuvres d’écrivains et les œuvres de fiction.

Pour Gaëlle Debeaux, il ne s’agit pas de découvrir le personnage de la sportive mais plutôt de s’intéresser aux romancières qui décident d’évoquer leurs propres souvenirs sportifs. Le corpus présenté aujourd’hui est le suivant :

Le sport n’y est pas vu comme une performance ni un exploit mais plutôt comme une pratique quotidienne, maladroite et souvent peu spectaculaire. Ce corpus permet de poser la question de l’identité féminine et de l’écriture. La pratique sportive et son écriture semblent exacerber les interrogations sur l’identité féminine et c’est cela que Gaëlle Debeaux propose de nous présenter aujourd’hui.  

 

1. Etudier la façon dont ces œuvres cherchent à faire corps avec la pratique sportive

Pour commencer, il faut resituer le personnage de la sportive dans la littérature masculine. De façon générale, il semble qu’il ne s’agit, dans ses œuvres, pas tant de traiter du sport que du corps de la sportive dans des perspectives masculines et hétéronormées. Une citation de Paul Morand, dans son roman Ouvert la nuit, nous montre un exemple parfait de male gaze. Il présente des corps sportifs dans un cadre naturiste. La description passe rapidement sur les corps d’hommes, de mères de familles, de vieilles femmes sans intérêt pour le narrateur avant de s’attarder sur le corps rendu particulièrement désirable d’une « adolescente » qui fait des anneaux.  

Le corpus étudié aujourd’hui ouvre un espace totalement différent. Avoir un corps ne vient pas de soi et le sujet du sport pris à bras le corps par ces écrivaines permet de mettre en place un espace de réappropriation. Cette réappropriation semble naitre de l’association sport-écriture, et pour la comprendre, il faut problématiser la tension qui existe entre le corps et l’esprit, de la même façon qu’elle existe entre le sport et l’écriture. En renégociant cette dichotomie, les écrivaines peuvent se sortir d’une contrainte imposée en créant une nouvelle relation avec leur propre corps. Cette nouvelle relation est évolutive et reste difficile à saisir, car le corps, trop longtemps, aura été perdu de vue.

Exemple de Troussier, Pendant que les champs brûlent : « Je souhaitais aussi soigner mon corps. Je l’avais laissé en friche trop longtemps, modelé ailleurs. »
Plus loin « Je ne voulais être qu’un pur esprit. »
Troussier rapporte ici une projection du corps comme en dehors d’elle, à l’image d’une enveloppe qu’il faudrait réinvestir. L’écriture, pourtant, permet de l’incarner à nouveau.  

Exemple de Bechdel, The Secret to superhuman strength : dans sa bande dessinée, elle invite la pensée à garder le silence pour donner place au corps. Dans l’activité sportive, elle écarte les pensées pour laisser le corps atteindre sa pleine force et cette mise à l’écart des pensées intrusives se rapproche de l’état de conscience propre à la création. Performer une action sportive et créer serait une seule et même chose : mettre en silence les pensées intrusives pour pouvoir accomplir quelque chose ; Bechdel touche ici du doigt le rêve de la fusion.

Exemple de Coulon, Petit éloge du running : « plus c’est difficile pour le corps et pour la tête, plus les coureurs apprécient […] c’est à se demander d’ailleurs si l’on ne se met pas à courir le marathon uniquement pour affronter cette épreuve, si l’on ne prend pas le départ d’une course aussi longue pour découvrir, avec le mur, les limites du corps et, surtout, de l’âme ».

La citation débute par une scission entre le corps et la tête (cette dernière ne fait-elle pas partie du corps ?) pour terminer sur un vrai relai : l’âme soutient le corps quand celui-ci lâche et l’union des deux permet d’atteindre une performance particulière.

Il faut, à cette étape de l’étude, rappeler la différence entre la corporéité, qui traite du corps objet et la corporalité, qui traite du corps sujet. Cette rencontre entre le corps objet et le corps sujet semble possible et constitue un moment systématique dans les récits abordés. La douleur est réversible, souvent renversée mais reste inévitable et lie la douleur physique à la douleur mentale de différentes façons. Le mental peut prendre le pas sur le physique, mais l’inverse se produit aussi, chez Bechdel par exemple, lorsque le sport devient nécessaire pour se sortir d’un drame personnel, et d’une douleur mentale.

Peu importe le registre dans lequel la pratique sportive est décrite (épique ou quotidien), on trouve toujours un retour à soi permis par le corps qui aide à comprendre les forces et les faiblesses de celui-ci. Ces éléments permettent d’élargir le thème du corps sportif et une attention plus large est souvent prêtée aux sensations. Grâce au corps dans l’effort on touche au corps malade, au corps jouissance… bref, à un corps décuplé.

 

2. Difficile de décrire l’action sportive : quels sont les mécanismes utilisés ?
Petite étude de la nage.

Exemple Debré, Playboy : la nage de la narratrice est décrite de façon paratactique et joue d’effets de focalisation. Le style de l’autrice se ressent ici et bien que la mise en séquence nécessaire de l’écriture tente de créer une harmonisation des gestes, celle-ci ne fonctionne pas totalement.  Décrire son propre corps en mouvements est complexe et ne peut se résumer à une succession de gestes. La sensation de ces mouvements doit être évoquée et l’écriture passe par différentes stylisations et use des métaphores pour tenter d’en rendre compte. Ces métaphores invitent la métamorphose qui est très souvent organique, végétale et animale.
Exemple Coulon, Petit éloge du running : « le corps, à ce moment précis, ressemble à une plante secouée ».
Chez Troussier, l’animal est réellement un élément matriciel de son écriture du sport. «  J’ai tout de suite aimé sentir l’animal que je connaissais bien et qui m’habitait […] je sentais en moi ce qui allait advenir très vite : ma mue, mon passage à l’animal. ».

Ces métamorphoses du corps permettent de saisir l’expérience du vivant : pour atteindre la corporalité recherchée, il faut faire corps avec soi-même mais surtout se saisir du mystère qui perdure dans le vivant. La découverte de soi survient à un moment précis et est rendu dans l’écriture par des métaphores qui le rendent mystérieux. Une forme d’émancipation de la sportive est possible quand, par l’écriture, elle parvient à dire ce sentiment de plénitude associé à sa force propre.

Pourtant, on ne peut pas dire que le sport est uniformément libérateur. Pratiquer une activité sportive revient à se plier à ses contraintes ; il est nécessaire de garder le contrôle de son corps, de le modeler, de le faire correspondre. Le sport peut aussi faire naître une obsession des corps, une « convoitise du corps parfaits » comme le dit Chantal Thomas (Journal de nage). Peut-on façonner le corps sans subir les normes patriarchales ? La métamorphose dans ces œuvres est souvent plus radicale. Les femmes qui se racontent ne cherchent pas seulement à modifier leur corps mais tentent de se débarrasser de tout. De refaire un corps. Ces récits d’émancipation sont possibles par la réappropriation du corps qu’ils produisent et donnent un nouveau sens au sport. Ces émancipations sont aussi des affronts faits à la belle société. Le parcours de ces personnages rend compte de la difficile émancipation féminine. Le sport devient représentatif du rapport des femmes à leur corps dans le mouvement. Toutefois, cette émancipation n’est pas décrite que par la douleur. La joie d’une émancipation féminine envahie aussi les romans.
Exemple Yamina Benahmed Daho, Poule D, dans laquelle la joie est celle d’une femme solitaire, individualiste, qui s’étend à son équipe de football. « C’était comme Noël ».

Cette lutte émancipatrice contre les stéréotypes de corps n’est pas unilatérale et donne lieu à des lectures parfois difficile. Parfois, comme dans les œuvres de Troussier, bien que les femmes soient sportives, ce sont toujours les corps d’hommes qui incarnent la force.

Brigitte Giraud, elle, associe le sport à la masculinité et les filles ou femmes qui pénètrent cet univers s’identifient progressivement aux codes viriles. « Je ne veux pas être comme les autres filles, avec des jambes molles et des maux de ventre. Je ne veux pas être empêchée parce que je suis une fille. Je deviens une fille-garçon ». Sortir de l’empêchement serait alors sortir de la féminité, la rejeter.
Un exemple plus difficile vient de l’œuvre de Constance Debré, Playboy, dans lequel la découverte du sport fait prendre conscience à la narratrice de la faiblesse des femmes allant jusqu’à mépriser entièrement le genre, et justifier la violence des hommes. Son récit interroge ce qu’est une femme mais il semble impossible pour la narratrice de sortir des clichés.
Debré reste toutefois un contre-exemple de ce corpus : l’émancipation physique et intégrée par le sport permettrait au contraire de comprendre les mécanismes misogynes et d’en sortir.

 

3. Réappropriation de soi par les autrices = ressaisie de soi en tant qu’autrice.

Pour conclure, Gaëlle Debeaux propose de réfléchir à la question de la pudeur. Le corps féminin qui pratique un sport est un corps mis sous le regard, un corps qui se montre. Thomas, dans Souvenirs de la marée basse, décrit la pudeur d’une sportive. Aucun regard d’homme ne s’exerce directement sur elle, elle est seule mais semble tout de même exposée à des regards implicites. Le contraste est d’autant plus fort que la scène est précédée d’une description de la gymnaste en action, dont le corps s’étire, s’étend et semble s’ouvrir par ce sport.

Ainsi, pour se réapproprier totalement ce corps impudique, il semble que le passage par l’écriture est nécessaire. On peut citer Troussier, Pendant que les champs brûlent, « j’avais fixé ces vertiges sur papier pour comprendre, peut-être, dans un premier temps, comme si l’écrit allait accomplir la pensée plutôt que la traduire. On m’avait parlé d’impudeur, de malaise, quand j’exposais mes sentiments […] dans ces textes où l’intime renaissait sans fin. »

L’émancipation devient littéraire. La discipline, le dépassement de soi, la rencontre avec l’intime seraient des thèmes sportifs autant que créatifs jusqu’au point où dans certains récits, écrire et pratiquer un sport serait la même chose. Courir serait une discipline d’écriture. Nager serait une discipline d’écriture… et écrire serait une activité du corps. La fusion corps et esprit semble possible.

 

En guise de dernières remarques, Gaëlle Debeaux souligne que le sport n’est pas l’unique moyen d’atteindre cette fusion, cette émancipation féminine. Toutefois, le double geste iconoclaste qui fait entrer le sport dans la littérature ouvre celle-ci à un sujet mal jugé. Ecrire la sportive c’est ainsi lui donner ou lui redonner du crédit en tant que personne.  

 

Questions et remarques.

Question sur la médiation par le vêtement et les équipements techniques du sport, le plaisir du confort du sport. Très différent pour Poule D : le football reste masculin en France donc Benahmed Daho parle surtout du manque de sponsors. De façon général, il n’y a pas tant de réflexions de cet ordre-là, à l’exception de Bechdel qui travaille réellement sur la tenue, l’objet du sport : le sport donne accès à des vêtements probablement moins genrés et que l’on peut porter en dehors du sport, avec du confort. Chez Bechdel, c’est intéressant car cette tenue sportive devient en effet une tenue de tous les jours.

Question sur la dimension proprement féminine du rapport au sport. Découverte qu’hors du sport, la sportive de Bechdel ne peut pas combattre, refuse l’agression physique réelle du geste de karaté qu’elle sait réaliser parfaitement. Elle décide de ne pas aller jusqu’à la violence et le corps sportif, musclé, entraîné reste séparé du corps quotidien et de ses hésitations et faiblesses. En effet, une lecture politique possible : la puissance de l’expérience sportive ne s’étend pas forcément dans les autres espaces de la vie. Il y a une forme de désillusion pour cette narratrice, une prise de conscience de la limite du sport et de la puissance physique perçues qu’on ne peut pas toujours transposer en puissance physique concrète (ici faire mal à autrui).

Quel corps dessiné chez Bechdel ? Un corps assez extérieur, peu investi ? Les corps sont tout de même représentés en mouvement mais sans que cette représentation du mouvement ne devienne centrale. Gaëlle Debeaux s’est principalement intéressée à la traduction du corps en mots et propose de réfléchir à nouveau sur les corps dessinés.

Question sur l’obscène face à l’impudeur : de quoi se libèrent les écrivaines sportives ? Les œuvres sont en réalité exempts d’érotisme, ce serait donc bien de l’impudeur qui est marquée plutôt qu’une obscénité qui nécessiterait ce regard sexualisant. Pour préciser, ce serait en fait une façon de libérer la femme de l’obscène en explicitant plutôt l’impudeur. En effet le corpus n’offre qu’un intérêt peu marqué pour l’effet produit sur les lecteur.ices. Les écrivaines ne cherchent pas à offrir au regard un corps, peu importe l’état dans lequel il est. Souvent d’ailleurs, les femmes décrites pendant le sport ne remplissent pas les critères de beauté (transpiration, corps déformé, visage grimaçant et rouge…) : l’obscène est refusé mais une forme d’impudeur, comme réappropriation, apparaît bien.

Question sur l’extrait mentionné de Debré et sur un possible ton ironique. Gaëlle Debeaux rejette l’idée d’une ironie mais nuance tout de même le propos : il s’agit bien d’une provocation volontaire. Debré n’est pas ignorante du problème que posent ses mots, elle force volontairement le trait. On pourrait penser qu’elle cherche une forme de transparence absolue dans son propos. Tout n’est pas recevable dans ce qu’elle pense mais même ce qui ne l’est absolument pas peut, peut-être, être dit, avouer.