Archives par mot-clé : Littérature et arts

Séminaire culture LmM 2021-2022 : Baisers

Bonjour à toutes et à tous. Après plus d’une année de fermeture, c’est avec un plaisir non dissimulé que nous ouvrons à nouveau notre carnet de recherche, pour vous annoncer le programme de notre séminaire. Pour l’instant, voici le programme du premier semestre :

 

BAISERS

 

21 octobre 2021 (salle des conseils MSH Dijon) : introduction

Vanessa Besand (Université de Bourgogne – CPTC) : Les baisers de Blanche Neige

Henri Garric (Université de Bourgogne – CPTC) : Baisers absolus et baisers burlesques dans la littérature du XIXe siècle et dans le cinéma muet.

 

25 novembre 2021 (salle à préciser) :

Florence Fix (Université de Rouen) et Corinne François-Denève (Université de Bourgogne, CPTC) : « Le baiser interrompu dans le théâtre français du XIXe siècle ».

 

16 décembre 2021 (forum des savoirs, MSH Dijon) :

Lisa Sancho (Université de Bourgogne, CPTC) : Galehaut, maître des baisers ? Fortunes d’un chevalier entremetteur et amoureux, du Moyen Âge à nos jours.

Elara Bertho : Histoire de baisers. En 3 palimpsestes littéraires – choix de baisers dans la littérature africaine (CNRS LAM)

 

Notez bien les dates, nous vous attendons nombreux et nombreuses. Les séances seront probablement retransmises en visio, mais elles seront bien entendu plus intéressantes à vivre en chair et en os !

Nous parlerons donc de baisers ! Petite explication ici :

 

Nous sortons d’une période où, pour lutter contre une pandémie, une pratique sociale s’est vue frapper d’un interdit radical : promouvant les gestes barrière, le ministère de la Santé déconseille vivement la bise jusqu’à nouvel ordre. L’interdit touche ici un élément anthropologiquement fondamental. Dans l’espoir que l’année 2021-2022 voie un retour à la normale en nous permettant de tenir en présence notre séminaire de recherche et de nous faire à nouveau la bise, nous avons voulu faire de cette pratique le centre thématique de notre nouveau séminaire. Le baiser a déjà fait l’objet d’études importantes articulant littérature, sociologie et anthropologie – on pense ici notamment aux livres dirigés par Alain Montandon, Les Baisers des lumières et Le Baiser. Le corps au bord des lèvres. Nous reprendrons cette année cette approche en la déplaçant vers les corpus abordés par l’axe Littérature, arts mineurs, Arts Majeurs.

Du fait de son importance dans les pratiques et les intrigues sentimentales, le baiser joue un rôle essentiel dans les romans, les romans photos, les bandes dessinées, mais surtout bien sûr à l’écran. Il s’est figé en un stéréotype qui triomphe dans le cinéma hollywoodien et qui associe le climax d’une intrigue amoureuse à une pause spectaculaire appuyée d’un accompagnement musical adéquat. Il s’agira pour nous de voir comment ce cliché se développe dans l’histoire des arts jusqu’au cinéma (jouant en particulier de la censure portée par le code Hays), comme il circule innocemment ou sous des formes plus ou moins critiques qui vont jusqu’à la parodie (on pense par exemple aux difficultés à embrasser simplement dans les films burlesques des années 1910-1920). On réfléchira aussi à la façon dont cette circulation massive du baiser dans les arts et les médias de masse modernes s’articule aux types de baisers (osculum, suaevium, baesium) et aux pratiques littéraires déjà bien étudiées dans la littérature classique. On s’interrogera en particulier sur tout le continuum des pratiques qui mène de pratiques sociales de politesse à l’érotisme et à la sexualité. On n’oubliera pas que le baiser n’est pas une pratique universelle et qu’il doit toujours être mis en regard des saluts et politesses construites dans des sociétés extra-occidentales et qu’à l’intérieur même de la culture occidentale il peut être contesté par d’autres pratiques (des hugs aux checks). Enfin, on portera une réflexion intermédiale sur la représentation du baiser, pris entre exposition spectaculaire (de la photographie au cinéma en passant par le théâtre) et sensations délicates du toucher, traduites par la métaphore et l’image dans sa dimension haptique.

On ne négligera pas non plus l’interrogation sociale et politique qui porte sur ces pratiques. De nombreuses voix se sont élevées contre le caractère imposé dans le milieu du travail de la bise, de la dissymétrie genrée qu’elle implique bien souvent et ont vu dans la crise sanitaire une occasion d’affirmer la possibilité du choix individuel dans ce domaine. Plus encore, du baiser du prince à Blanche Neige aux harcèlements de Pépé le Putois (Pepe the Pew), la pop culture est prise dans l’interrogation sur le consentement qui traverse les pratiques sociales – nous nous efforcerons d’articuler cette interrogation aux descriptions du stéréotype et de ses reprises. On interrogera enfin le rôle que joue le baiser dans la stratégie du coming-out. Des baisers échangés par des personnages masculins dans les dessins animés des Looney Tunes aux spectaculaires baisers échangés par des super-héros dans l’univers des comics, le baiser équivaut à l’affichage d’une orientation sexuelle jusque-là cachée.