Archives pour la catégorie 5. Lectures

C’est bientôt la rentrée

C’est bientôt la rentrée pour le séminaire de LmM. Alors, pour vous faire patienter, je vous livre l’extrait d’un article publié dans Le Figaro littéraire en 1960 à propos du roman de Marguerite Duras Dix heures et demie du soir en été. Article étonnamment perspicace sur certains points, qui réactive des poncifs misogynes sur la lecture et l’écriture sur d’autres points – mais sa façon de placer l’oeuvre de celle qui va devenir une expérimentatrice de l’écriture, au seuil des années 1960, dans la lignée de la chanson populaire française et de lire in fine l’oeuvre de Piaf comme équivalente de celle de Duras ou d’Hemingway ne peut que nous réjouir. Bonne fin d’été à toutes et à tous et à très bientôt pour le programme de l’année 2018-2019 !

« Que chante aujourd’hui Mme Bovary ? Elle chante l’amour parfait, qui se prouve par le sang et dont finalement, plus réservée et plus désabusée que l’héroïne de Flaubert, elle se tient à l’écart en sirotant verre de rouge sur verre de rouge ou cognac sur cognac. […] Nous connaissant bien [le personnage fascinant du criminel par amour] par la chanson et par les romans sentimentaux, ce forçat innocenté par l’amour, cet assassin qui a tué parce qu’il était trahi, prouvant ainsi qu’il est de ceux qui peuvent aimer. […] En feuilletant les romans d’aujourd’hui, et surtout des romans féminins, il me semble parfois reconnaître des voix ou percevoir des correspondances de timbre à timbre : est-ce que les grandes dames des lettres et les grandes dames de la chanson ne raconteraient pas souvent la même histoire sur le même air ? […] En lisant le dernier roman de Mme Marguerite Duras, Dix heures et demie du soir en été, j’étais obsédé par le souvenir d’une rengaine, jusqu’au moment où il m’a semblé que c’était évident : Mme Marguerite Duras, c’est Édith Piaf. Qu’on ne prenne pas ici rengaine en mauvaise part : c’est un mot auquel la chanson populaire a donné ses lettres de tendresse, et je pense que Mme Marguerite Duras elle-même sait ce qu’il entre dans son art de complainte et d’invocation. […] De même que dans un mouvement d’autocritique Mme Edith Piaf chantait il y a quelques années “c’est toujours la même chanson”, il est temps de reconnaître que Mme Marguerite Duras écrit maintenant toujours le même livre. Les Petits Chevaux de Tarquinia, Le Square, Moderato cantabile, Dix heures et demie du soir en été sont quatre épreuves de la même image. Une femme rencontre un homme, elle lui parle, elle entend au fond d’elle-même un certain appel, elle n’y répond pas ou pas assez, et les deux vies un instant rapprochées s’éloigneront à nouveau l’une de l’autre. Les romans de Mme Duras ne sont ni des romans de l’ennui ni des romans d’amour : ils sont des romans de l’amour vécu par les autres, et c’est bien ce que Piaf a chanté souvent. De l’autre côté de la rue, il y a une fille heureuse, c’est-à-dire précisément qu’entre moi et l’amour il y a cette rue infranchissable. Ou bien cette autre très belle chanson “Les Amants d’un jour” où l’idylle banale et sanglante est racontée par celle qui reste à la porte de l’amour, la bonne de l’hôtel, celle qui essuie les verres, dont tout le drame est exprimé à la fin par une seule notation bien digne de l’art d’un Hemingway ou d’une Marguerite Duras : elle casse un verre. »

https://www.youtube.com/watch?v=t9RbvsfP0n8

Robert Kanters dans Le Figaro littéraire 20 août 1960.

L’auto-illustration en Europe Centrale

Vendredi 19 décembre j’ai participé à la soutenance de la thèse d’Hélène Martinelli (en compagnie de Fridrun Rinner et Xavier Galmiche, les directeurs de thèse, de Carole Ksiazenicer-Matheron, Denis Mellier et Alexis Nuselovici), Pratique, imaginaire et poétique de l’auto-illustration en Europe Centrale (1909-1939) : Alfred Kubin, Josef Vachal et Bruno Schulz. Je ne pourrai pas rendre compte sur un court billet de l’intérêt exceptionnel de ce travail. Pour toutes les personnes qui s’intéressent aux rapports entre la littérature et les arts, pour celles qui souhaitent faire évoluer le champ des études culturelles, il s’agit d’un apport majeur, un modèle auquel il faudra se référer dans les années à venir et dont on espère qu’il sera publié très rapidement. La thèse expose la pratique de trois artistes-écrivains originaires d’Autriche, de Tchéquie et de Pologne (Galicie) qui ont en commun d’avoir produit (en plus ou moins grand nombre) des livres qu’ils ont eux-mêmes illustrés, si bien qu’on peut difficilement dire s’ils sont écrivains ou dessinateurs, si leurs images illustrent leurs textes ou si leurs textes illustrent leurs images.

De ce corpus passionnant, la thèse d’Hélène Martinelli donne une description extrêmement minutieuse et érudite, appuyée non seulement sur une connaissance impressionnante de la littérature d’Europe Centrale mais sur une connaissance pratique très poussée des différentes techniques de gravure employées par les artistes en question. Elle en fait ressortir l’imaginaire commun, lié aussi bien au fantasme du livre-total qu’à la séduction des brochures de pacotille. C’est sans doute pour nous le premier intérêt de ce travail : il montre de façon très convaincante comment des ouvrages qui mènent à bout le modèle du livre d’art de la fin du XIXe siècle, sous des formes parfois extrêmes et fanatiques (Josef Vachal, en particulier, produit des livres tirés à une dizaine d’exemplaires, dont il contrôle toutes les phases d’édition, de l’invention de ses propres caractères à la sculpture de la reliure) peuvent en même temps imiter les publications de « pacotille », propagande populaire de religion ou de superstition,. Il y a là un choc entre deux modèles culturels, high and low, qui bouleverse les hiérarchies et surtout donne une force critique à ces ouvrages marginaux. Hélène Martinelli lie très habilement ces décentrements culturels à la situation géographique marginale de l’Europe Centrale, qui a su créer, au sein de ses littératures mineures, des points de fuite où se font et se défont les certitudes des « grandes littératures ». À partir de là, elle peut donc affronter ce qui est le cœur de sa thèse et qui en fait toute la nouveauté : la définition d’une pratique exceptionnelle, « l’auto-illustration ». Cette définition donne lieu à des pages d’une grande densité théorique, notamment appuyées sur la notion derridienne de différance et sur les écrits de Foucault consacrés au texte et à l’image. Ces pages font le point sur tous les travaux récents qui tentent de cerner l’originalité esthétique de l’illustration ; surtout, elles montrent comment cette pratique suppose un échange constant de l’image au texte, sans jamais donner priorité à l’un sur l’autre. Là encore, la richesse de cette thèse ne se prête pas à un résumé hâtif. On notera simplement que l’image implique bien souvent des inflexions esthétiques du texte (métaphores des insectes comme grouillements de caractères d’imprimerie, jeux de lumière entre demi-teinte du crayon et contrastes de l’encre), que l’image se pose en commentaire ironique et dégradé du texte, mais que le texte en retour peut devenir une glose infinie du texte. L’auto-illustration devient ainsi un lieu original, toujours en décalage, d’affirmation d’une posture d’auteur complexe où autobiographies et autoportraits se mêlent et se contestent, sans jamais aboutir à une « fiction d’auteur » stable.

Un tel travail intéresse au plus haut point les inflexions nouvelles de l’axe « LmM » et j’espère que nous aurons l’occasion d’accueillir son auteure dans nos activités à venir.