Archives de catégorie : 1. Littératures, arts mineurs, arts Majeurs

Cinquième et dernière séance du séminaire LmM “Le Sport”

La cinquième et dernière séance du séminaire LmM de l’année 2023-2024 portant sur le sport aura lieu ce jeudi 11 avril de 14h à 17h à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH), sur le campus de Dijon. 

Pour terminer l’année en beauté, nous y accueillerons l’équipe de la série télévisée française Toutouyoutou (dont la première saison est visible sur OCS) : 

« Écrire et mettre en scène le sport en série. Entre comique et émancipation. » : entretien avec Géraldine de Margerie, Maxime Donzel et Julien Patry, scénaristes et réalisateur de Toutouyoutou.

On vous attend nombreuses et nombreux pour cette séance d’aérobic !

Compte-rendu de la quatrième séance de séminaire sur le sport – jeudi 14 mars 2024

Compte-rendu rédigé par Pauline JULIA

Geneviève di Rosa (INSPE de Paris), « Comment les arts plastiques mettent au jour les mythologies du football (approche sémiologique) »

Geneviève di Rosa est enseignante, formatrice à l’INSPE de Paris en lettres et en histoire des arts. Sa thèse de doctorat soutenue en 2012 porte sur la sémiostylistique de textes et de peintures du XVIIIe s.

Football et arts plastiques, Mythologies et approches sensibles

Le football n’est pas n’importe quel sport : c’est un des sports les plus médiatisés. Le titre de la présentation a été choisi en référence au titre de Roland Barthes, Mythologies, publié en 1957. Le critique adopte dans cet essai une posture de décryptage, avec une approche herméneutique. Traditionnellement, le mythe est défini dans les études littéraires comme un récit élaboré qui permet de répondre à certains questionnements sur le monde (le muthos d’Aristote). Selon Barthes, le mythe est une parole, « un système de communication », « un message », qui se construit à partir d’un objet qui existe dans le réel.

Dans un premier temps l’auteur écrit des textes courts où il prend un objet, une chose, qui relève de la société et à partir duquel il expose les paroles construites par la société autour de lui. La parole mythique construit donc les objets, mais aussi des stéréotypes. En résumé, les Mythologies serait une étude des représentations construites par notre culture d’un objet.Barthes adopte une attitude méfiante à l’égard de cette parole qui se construit à propos d’un objet, qui est aussi une forme de recouvrement par la parole de la réalité, de la substance même de l’objet, aboutissant même au risque même une certaine désincarnation.

En ce qui concerne le sport, on y trouve le mythe du Tour de France, ainsi que le catch. Il n’a pas fait le choix du football, mais on voit bien que cela aurait été tout à fait possible : le football est devenu objet de discours, notamment à partir des années 1950.

Les arts plastiques participent à la construction des mythes sur le football, tout en les mettant à distance. Comment les arts plastiques peuvent mettre en avant ces différentes représentations ? Geneviève di Rosa a fait le choix d’œuvres d’art qui mettent à distance les mythes sur le football, pour pouvoir notamment adopter un regard critique. Nous nous demanderons par ailleurs s’il existe des œuvres qui ne dépendent pas de ces mythes. Dans un deuxième temps nous essaierons d’analyser ce que nous tissons comme lien sensible avec les oeuvres plastiques.

I – Mythologies du football

Les objets choisis, qui seraient les attributs représentatifs du football, sont : le ballon, la mascotte, le footballeur, le flux des images.

1 – Le ballon

On peut partir de ce signe, qu’est le ballon. Il a la particularité d’être joué par le pied exclusivement. Comment ce signe a pu être transposé dans des œuvres d’arts plastiques ?

  • Affiche de Valeria Adami, Coupe du monde en 1982 à Valence en Espagne. C’est un artiste qui appartient au courant de la figuration narrative, qui est un mouvement très vaste, qui va regrouper un nombre important de plasticiens, principalement des peintres, des dessinateurs, qui utilisent surtout des supports plats. L’art figuratif commence dans les années 1950-1960, et vient finalement s’opposer à l’art abstrait. Valeria Adami est très inspiré par la bande dessinée : on remarque la recherche d’un trait clair et donc de grandes surfaces, avec de grands aplats de couleur rouge et jaune (contraste très fort du rouge et du jaune, couleurs très chaudes, qui peuvent être symboliques en représentant le drapeau de l’Espagne) : c’est une façon simple de distribuer dans l’espace des signes iconographiques. Dans la partie supérieure de l’image on a un ballon, qui est entouré par des ailes, qui donnent impression d’un ballon colombe, pris dans un mouvement ailé. On peut aussi penser à des lauriers, à une couronne. On a beaucoup de mouvement, de formes circulaires, avec des cercles de plus en plus amples. L’autre signe graphique intéressant est celui du pied, qui se dégage de la forme drapé. On note l’idée d’une marche, de quelque chose qui va de l’avant, d’une propulsion. La toile ne met pas en scène une narration, une histoire : on est plutôt du côté d’une allégorie, avec la représentation d’un certain nombre de messages qui font penser à des mythes autour du football, notamment la victoire et la glorification, le football représenté comme activité amenant la paix entre les peuples.
  • Jeff Koons, 1985, Soccerball (Molten) : ici la représentation du football passe par la production d’un ballon, en trois dimensions. Il suffirait de poser un ballon de football dans un espace dédié à l’art pour qu’immédiatement il devienne objet d’art. On peut y reconnaître le geste de Marcel Duchamp et sa Fontaine en 1917 (urinoir posé dans un espace dédié à l’art, à NY). Duchamp change d’ailleurs son nom (R. Mutt) et il renversel’urinoir pour lui donner le titre de fontaine (l’idée de renversement est importante). Son geste est une étape importante deans l’histoire de l’art conceptuel : il imposition un objet déplacé de son espace ordinaire, qu’il détourne de sa fonction, pour en faire un objet d’art, avec tout ce que cela peut impliquer de sacralisation.

Si on revient au ballon de Jeff Koons, on note que son œuvre est néanmoins différente d’un « vrai » ballon. C’est une véritable création, puisque c’est un ballon en bronze. C’est alors plutôt le référent que l’objet qui est détourné de sa fonction, ce qui participe d’un renforcement de la sacralisation du ballon et de tous ses mythes. Ce qui est intéressant c’est le travail opéré sur le ballon, avec les inscriptions (Bumble Bee et le bourdon par exemple) formant une mosaïque de différentes marques. La sacralisation du football est pour une très large part commerciale, elle est portée par les marques. On note un certain humour dans la conception de cet objet. La substance même du ballon est évacuée, ce qui rejoint bien ce que nous avons mentionné plus tôt, à savoir que le mythe risque de tuer l’objet.

On retrouve également cela chez Fabrice Hybert avec son ballon carré (POF 65 Ballon carré, 1998). Faire un ballon carré, c’est un peu comme imaginé des œufs carrés : si les œufs des poules étaient carrés nous vivrions sûrement dans un autre monde. Le plasticien joue sur peu de choses pour qu’immédiatement son œuvre impacte notre regard.

2 – La mascotte

Arman, Accumulation Footix : il fait entrer dans ce panneau recouvert de plexi transparent de nombreuses mascottes Footix (8×7). Footix est la mascotte de la France créée par Fabrice Pialot lors de la coupe du monde de football de 1998. Elle puise dans des mythes plus traditionnels, tels que le stéréotype sur les Gaulois, avec la référence à Astérix. La sérialité et la démultiplication de l’objet est une manière d’aborder le thème de la mondialisation. En même temps, la mascotte est l’expression d’un nationalisme extrêmement fort. Arman a tout à fait l’habitude de pratiquer l’accumulation : il appartient au mouvement des Nouveaux Réalistes (de même que Niki de Saint Phalle par exemple) : c’est un courant qui émerge dans les années 70s, à la fin des 60s, et dont l’unité se construit autour de la mise en scène d’objets appartenant au réel et questionnant notre société de consommation, très avide justement de tous ces objets. Pierre Restany parle de « Recyclage poétique du réel urbain, industriel, publicitaire ».

3 – Le footballeur

Kehinde Wiley, Portrait d’Idriss Ndiaye, 2008 : peinture dans une série constituée principalement de portraits.

Artiste d’origine nigérienne, afro-américain. Il travaille autour du mythe du footballeur, érigé quasiment au stade de Dieu, en Dieu du stade. Le footballeur est un individu recouvert de nombreuses paroles. En se promenant au hasard, l’artiste peut croiser des personnes inconnues et anonymes qu’il convainc de venir poser pour lui. Le tableau commenté représente une personne croisée au Sénégal, dont le gilet affiche son soutien à l’équipe sénégalaise. L’arrière plan avec des tapisseries fait penser à des tableaux de la Renaissance (Portrait de François 1er, Jean Clouet, vers 1530). L’artiste nous invite à réfléchir au mythe du footballeur, à la glorification, à l’intronisation.

Kehinde Wiley a aussi représenté des grands joueurs de football, dans des images sans décalage, mettant en scène des figures vraiment intronisées, comme Samuel Eto’o, un membre de l’équipe du Cameroun pour la coupe du monde au Brésil. La glorification passe par un certain luxe, par la présence de la marque. De même chez Jeff Koons : Zungul, Lord of Indoors : Série « Equilibrium » qui traite cette question avec beaucoup d’humour : il joue aussi avec le mythe de l’art devenu le lieu de l’argent.

4 – Le flux des images

Erro, une affiche de coupe du monde 1998. L’artiste procède par collage, il est connu pour cela. Il s’agit de figuration narrative. Il a collectionné des images pendant des décennies, et ses œuvres naissent des collages qu’il fait à partir de ces images. On peut noter l’effet de saturation de l’image : toute la surface est investie par de nombreux collages. Il s’agit d’un mille-feuille référentiel, mais avec une grande présence de la bande dessinée. Le mythe se dilue avec la masse des images. En tant que métalangage, l’image rend visible le flux : elle ménage ainsi un nouvel espace de réflexion. D’où viennent ces images, qu’est-ce qu’elles charrient ?

Harun Faroki, Deep play, 2007 : il a crée 12 vidéos toutes relatives au match de la coupe du monde 2006 France / Italie. Son œuvre nous fait entrer dans la fabrique des images. Il était en effet dans les coulisses qui enregistrent le match et a eu accès aux enregistrements, plus techniques, qui permettent à l’instant T d’observer précisément le jeu des équipes, les déplacements des joueurs. On est aux antipodes des représentations de nos footballeurs rois : ici les joueurs sont déshumanisés, ils deviennent des pions sur un écran.

II – Des gestes mythiques

Sérigraphie de Vladimir Martins, Futebol : on retrouve le ballon, le geste du passeur. Fluidité du jeu. On a aussi les Footballeurs de Niki de Saint Phalle, avec le geste du tacle, qui illustre les aspérités du jeu.

Adel Abdessemed, Coup de tête (exposition « Qui a peur du grand méchant loup ? », 2012, Pompidou). 5m40, bronze, hyper réaliste, œuvre monumentale. Geste et œuvre qui ont fait scandale. Se développe un mythe autour de la sculpture qui n’arrive plus trop à être exposée depuis.

III – Approches sensibles

Nicolas de Stael, Le Parc des princes. C’est une des premières fois qu’un match se joue en nocturne, avec un éclairage électrique, ce qui a un effet sur la perception visuelle du jeu. On est en permanence dans un interstice entre figuration et abstraction, ce qui exprime son ressenti par rapport à ces forces vives. Ici c’est plutôt la dimension sensible de la représentation des footballeurs qui est en jeu.

Conclusion : ces représentations permettent de revivifier les images et les mythologies tournant autour du foot. Les œuvres qui se créent en dehors des mythes donnent vraiment vie à l’objet, ce qui interroge aussi la place du spectateur : certains artistes tentent de capter les effets sensibles du football, impliquant par là une participation plus sensorielle, émotionnelle. Est-ce qu’aujourd’hui la contemplation d’un match, prise dans une connaissance bien plus universelle, empêche l’émerveillement dont Stael fait preuve ? Accès à l’immédiateté des corps est-elle possible aujourd’hui ?

 

Olivia Lewi (INSPE de Paris), « Le rapport à la norme et aux modèles : les représentations du sport dans la littérature de jeunesse »

Olivia Lewi est docteure en sciences du langage. Elle enseigne à l’INSPE de Paris. Ses recherches portent sur les genres de discours et les modèles discursifs dans une perspective d’analyse du discours, en didactique du français et de la littérature. Elle a publié récemment un texte, issu de sa thèse : Témoigner de la Shoah, des récits de vie au mémorial.

Introduction

Le sport et la lecture sollicitent le même engagement, le même plaisir. Finir un livre apparaît en quelque sorte comme passer la ligne d’arrivée. Lire c’est aussi se mettre en mouvement. Dans les deux cas, il s’agit de s’approprier des savoirs faire, de dépasser des échecs. La lecture a déjà été envisagée comme un jeu, notamment par Michel Picard (1986). Dans les théories de la réception depuis les 80s, c’est bien le lecteur qui est placé au centre de l’analyse :

  • Pour une esthétique de la réception, Jauss, 1975
  • L’acte de lecture, Iser, 1985
  • Les limites de l’interprétation, Eco, 1992

Une œuvre peut provoquer des effets corporels sur le lecteur. « Le vrai lecteur a un corps, il lit avec » écrit Picard. Durant la lecture, l’imagination et la compréhension provoquent des sensations fantômes. Il faut inscrire les phénomènes corporels dans un continuum textuel, en prenant en compte l’oscillation entre la perspective personnelle et l’étrangeté propre au texte.

Dans Danser avec les albums jeunesse, Pascale Tardif et Laurence Pagès parlent de « lecture chorégraphique » : ce serait une lecture qui permet de comprendre l’album par le corps, « d’éprouver le livre, de transposer l’espace de la page dans l’espace de la salle, se représenter les durées, vivre les chronologies ».

La spécificité des albums jeunesse est la nature hybride de cet objet sémiotique, qui associe texte/image. La confrontation de ces deux codes (textuel / iconographique) créent la singularité de ces albums. Plus il y a d’espace entre ce qui est véhiculé par l’image et ce qui est véhiculé par le texte, plus il y a d’espace pour une lecture active ou de possibles de lectures. Les créateurs peuvent jouer avec différentes combinaisons ; la narration est dynamisées par les effets visuels.

Ce qui nous intéresse ici est la question de l’espace, de la mise en espace des corps, des états du corps pour mieux approcher les normes et les valeurs du sport. La dynamique présente au cœur du sport est de conquérir l’espace ou de s’en affranchir. Les matrices fictionnelles des albums apparaissent bien comme des espaces à parcourir. Problématique : Quel espace, pour quel rapport au corps, pour quelles modalités de lecture ?

I – Tour d’horizon du corpus en envisageant la façon dont ils articulent espace / type de relation entre les corps des personnages et type de narration

Olivia Lewi s’inscrit dans deux approches de l’espace par le sport :

  • approche géographique ; François Vigneau, « Le sens du sport : conquête de l’espace ».
  • approche sociologique : Pierre Parlebas « Modélisation dans les jeux et les sports »

Nous allons étudier les différents déplacements des sportifs :

1 – La trajectoire linéaire

On la retrouve beaucoup dans la représentation des albums : il s’agit de progresser en se surpassant et en surmontant différents obstacles. Cette trajectoire relève plutôt de l’être que de l’avoir, elle est une métaphore de la vie. On peut penser aux pistes des courses de vélo, saut de haie, aux lignes de natation, à la course… On peut établir un lien entre ce type d’espace et un typer particulier de relation entre protagonistes :

  • On retrouve soit un réseau non interactif, pour reprendre le vocabulaire de Pierre Parlebas, puisque l’individu agit seul. A cela correspond un trajet narratif classique, à savoir que le lecteur est guidé par une linéarité. Exemple : Dans les baskets de Babakar Quichon et Anais Vaugelade. La course est une métaphore d’une découverte de soi, au moment où le personnage se détache du peloton, il entre dans un espace-temps qui n’appartient qu’à lui. Le lecteur suit le personnage et l’accompagne dans sa quête.
  • Soit on trouve un réseau coopératif, de solidarité. La fiction sollicite alors plus activement la coopération du lecteur. Par exemple, l’album Hors-pistes, Maylis de Kerangal, illustré par Tom Haugomat. Le but est d’« aller chercher la montagne en soi ». Le voyage est l’occasion d’aller à la découverte de soi et d’apprendre à tracer sa propre piste. A la différence de l’album précédent, c’est la dualité qui donne sens à la narration. On a d’abord les illustrations et ensuite le récit, dans le processus de création., ce qui fait aussi écho au lien établi dans l’histoire entre les deux protagonistes.

2 – Le cercle

Dans ce cas, les déplacements s’effectuent soit dans une seule direction mais dans les deux sens, soit dans toutes les directions (comme à l’intérieur d’un ring de boxe). Le but est alors la conquête physique de l’espace ou bien la mise hors de combat de l’adversaire. Ce type d’espace est caractérisé par une type d’interaction fondée sur l’antagonisme, dont la boxe ou escrime seraient des exemples paradigmatiques. Le réseau mis en place dans ce type de fiction s’appuie sur la contre-communication et exalte la compétition et la domination.

C’est un type de sport peu représenté dans les albums de notre corpus., à quelques exceptions près, à l’instar de K.O à Cuba, de Camille de Cussac. C’est un album jeunesse proche de la BD. On remarque que ces sports compétitifs sont aussi une occasion pour inverser des stéréotypes de genre (la boxe c’est pour les garçons) : exemple de Brindille ou Émile et la danse de boxe.

Le ring devient alors un espace symbolique où il s’agit de combattre les préjugés, d’intégrer dans le cercle celle·eux qui en sont exclu·e·s. On peut penser à d’autres albums, tels que Champion, de Gilles Chapaport, ou Mohamed Ali, Champion du monde.

3 – Le rectangle

Dans tous les sports collectifs on retrouve des espaces bipolaires, à savoir deux camps adverses qu’il convient de défendre et de conquérir. Le rectangle est une hybridation des deux espaces récemment étudiés. Le mode de relation entre protagoniste est caractérisé par la symétrie :  elle souligne que tout le monde a sa place, les gagnant·es et les perdant·es. Dans Arno et son ballon : on note que quand le match se finit tout le monde est ami.

Le mode de lecture de ces albums est éthique, il s’agit de récits à valeur d’édification morale, retranscrivant le plaisir de jouer ensemble et étant plus sensible à l’émancipation collective qu’à la mise en concurrence. Par exemple dans l’album Le Grand Match, on voit qu’au delà de l’amour du jeu et du sport, l’album raconte la part sombre du sport quand il est utilisé dans des fins de propagande politique.

II – L’album comme terrain de jeu : dépasser les lignes, sortir du cadre

Des possibles littéraire et artistiques sont ouverts par ces albums. Ces ouvrages réclament une lecture active, souvent ludique, qui permet de rompre le linéaire. L’album organise des sensations complexes pour son lecteur.

1 – Un terrain vers la rêverie

Tous les personnages nourrissent en général une version embellie d’elle·eux-mêmes. En s’éloignant du monde réel, la rêverie nous permet de nous transcender jusqu’à une sensation heureuse. La contemplation devient aussi un vecteur de transformation. Exemple de La Piscine qui est un album sans texte. Le bassin vide figure la toile vierge : on voit bien comment le monde est poétisé.

2 – Espace de liberté et de créativité

On retrouve des figures de l’amoncellement et de la chute, qu’on peut analyser comme des possibles sorties de cadre, des dépassements des lignes. Il peut y avoir d’autres types d’aléas qui viennent créer ces espaces de liberté. Dans Jours de piscine, c’est la peur et la pression psychologiques qui font sortir du cadre. Chaque lecteur·ice, comme un·e sportif·ve, développe une vision globale du jeu.

3 – Lignes de Suzy Lee

Cet album fait partie de ceux faisant découvrir de nouvelles postures de lecteur·ices. C’est un album qui met en scène une patineuse : les personnages sont identifiables d’une page à l’autre grâce à des éléments répétés. Le décor devient un tableau qui s’anime, c’est le tour des pages qui produit le mouvement et les déplacements des personnages. La répétition anime à la fois les corps et la narration. C’est un album sans texte particulièrement exigeant vis à vis de la compréhension des lecteur·ices, alors que paradoxalement la lecture chronologique est découragée, ainsi que nous pouvons le noter avec l’absence de pagination.

C’est dans cette co-présence entre lecteur·ice, auteur·ice et image que naît le partage du sensible, ce qui nous amène à penser à une didactique de la relation : relation tissée entre auteur / l’oeuvre / le lecteur / le référen; entre le collectif / l’intime et le commun ; et cela dans une relation dédiée et incarnée par l’image / par le corps / par la voix.

Quatrième séance du séminaire LmM sur le sport

Aujourd’hui a lieu la quatrième séance du séminaire sur le sport dans l’amphithéâtre de la MSH, sur le campus dijonnais.

Nous y entendrons : 

  • Geneviève DI ROSA (INSPE de Paris) : « Comment les arts plastiques mettent au jour les mythologies du football (approche sémiologique) »
  • Olivia LEWI (INSPE de Paris) : « Rapport aux normes, rapport aux modèles dans la littérature de jeunesse autour du sport »

Compte-rendu de la troisième séance du séminaire LmM “Le Sport” 2023-2024

La troisième séance du séminaire 2023-2024 sur le sport a eu lieu le 15 février 2024 à la MSH de Dijon. Nous y avons d’abord entendu Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, et spécialiste notamment de l’histoire du communisme rural. Lors de cette communication, Jean Vigreux est venu nous présenter un ouvrage qu’il a écrit avec Dimitri Manessis et qui a été publié en 2022 aux éditions Libertalia. Intitulé Rino Della Negra, footballeur et partisan, le livre est l’occasion de découvrir la vie d’un jeune résistant du groupe Manouchian fusillé à l’âge de 20 ans, et par ailleurs grand espoir du football français : https://www.editionslibertalia.com/catalogue/poche/rino-della-negra-footballeur-et-partisan 

Après avoir présenté son approche scientifique comme s’inscrivant dans le troisième âge de la biographie, celui de la biographie herméneutique (qui apporte un éclairage sur les marginaux pour leur permettre de réintégrer la norme), et après avoir mentionné comment les deux co-auteurs ont eu accès aux archives familiales du jeune homme par l’entremise de la veuve du frère de Rino Della Negra, J. Vigreux propose de construire son propos en trois temps.

Il s’agit d’abord de  présenter un récit de vie. Dans cette première partie, J. Vigreux revient sur les grandes étapes de la vie de Rino Della Negra : sa naissance dans le Pas-de-Calais en 1923, ses origines populaires et ouvrières, sa jeunesse à Argenteuil dans un milieu populaire et antifasciste, ses débuts de footballeur au club Jean Jaurès à Argenteuil avant son recrutement au Red Star en 1943.  

Dans un second temps de son exposé, J. Vigreux évoque le footballeur et le partisan, l’un n’allant pas sans l’autre. Requis par le STO en février 1943, Rino Della Negra refuse d’obtempérer et part vivre à Paris. Alors même qu’il est devenu un clandestin, il continue de jouer au football (sous la même identité !) et est même présenté comme un des meilleurs espoirs du football français. Parallèlement, il participe, pendant sa période de clandestinité, à au moins quinze actions armées, entre mai et novembre 1943, mois de son arrestation. Sous le nom de code “Robin” ou “Chatel”, il agit au sein du groupe Manouchian (un document le prouve). Outre le fait très étonnant que sa carrière footbalistique ait pu se poursuivre sans qu’il soit interpelé, un autre fait étonnant demeure : celui de sa fiche de police ultra réduite. Celle-ci ne mentionne en effet qu’un vol de vélo ! Son activité sportive aurait-elle sauvé Rino Della Negra pendant un temps au lieu de l’exposer ? Était-ce finalement une couverture parfaite ? C’est là une hypothèse. Quoi qu’il en soit, le jeune homme est arrêté en novembre 1943 et est exécuté le 21 février 1944 sur le Mont-Valérien, aux côtés des autres membres du groupe Manouchian.  

Dans un troisième et dernier temps, J. Vigreux revient sur le travail de mémoire lié au groupe Manouchian et à la Panthéonisation (à ce moment-là toute proche mais encore à venir) du résistant arménien et de ses camarades de combat le 21 février 2024. Il souligne notamment la mention “Mort pour la France” qui figure désormais sur la tombe de Rino Della Negra à Argenteuil et l’inscription de son nom sur la cloche du Mont-Valérien, aux côtés de ceux de ses camarades résistants. Cette mention essentielle permet de dépasser la contradiction entre le sang et le sol, à travers l’idée que celles et ceux qui ont versé leur sang sur le sol français et pour la France méritent cette reconnaissance posthume. Le 21 février 2024, Rino Della Negra est panthéonisé. Son nom, comme celui des autres membres du groupe, figure désormais sur une plaque à l’entrée du caveau du couple Manouchian.  

 

La seconde communication de cette troisième séance nous est présentée par Virginie Brinker, Maîtresse de conférences en littérature française et francophone à l’Université de Bourgogne, par ailleurs co-organisatrice de ce séminaire. Elle se propose de nous présenter quelques facettes du boxeur Mohamed Ali à travers des morceaux de rap français. Elle précise d’entrée que par “rap français”, il faut entendre un rap produit en France et en langue française, mais pas forcément des rappeurs et rappeuses français.e.s uniquement. À travers la carrière d’Ali, boxeur mythique dont “le charme demeure” après sa mort, V. Brinker s’interroge autour des caractéristiques du boxeur qui vont être récupérées par le rap : s’agit-il des combats politiques ou du champion et de sa carrière sportive ?   

Après être revenue rapidement sur les grands événements de la vie d’Ali, V. Brinker aborde un premier morceau de rap : Avec ou sans de Rohff (2005) où, au-delà du geste sportif (“Que serait l’anglaise sans Ali?”), Ali est vu comme un symbole politique, dans la mesure où la chanson avance de plus en plus vers une rhétorique anti-colonialiste qui englobe Ali et la vision que le rappeur en a. 

Dans Poussière de guerre (2005), Médine (feat Lino) revient quant à lui sur l’incorporation d’Ali et sur son refus d’aller combattre au Vietnam. 

Dans Paire d’As (2019), Dadju (feat Nekfeu) chante “J’me sens comme Mohamed Ali sans sa licence”. En incarnant la réussite du galérien, Ali devient l’exemple de celui qui survit aux épreuves de la vie. Dans ce cas, Ali n’est plus un symbole politique, mais davantage un modèle de vie. D’autres morceaux proches de l’hagiographie donnent aussi au champion une dimension quasi prophétique.    

V. Brinker revient ensuite au parcours de M. Ali lui-même en rappelant son combat contre Ernie Terrell, qu’Ali avait qualifié d'”oncle Tom”. Ce combat, qui eut lieu le 6 février 1967, fut ensuite surnommé le combat “what’s my name” car Ali voulait que Terrell dise son nom, son nom choisi, par opposition à son nom de naissance, Cassius Clay, qui était pour lui un nom d’esclave. Par ailleurs, le choix du nom “Mohamed Ali” renvoyait, on le sait, à la conversion du champion à l’islam. De ce point de vue, Ali est aussi considéré, dans le rap, comme un symbole d’intégrité et de probité. 

Lors d’un autre combat majeur et hautement symbolique, celui contre George Foreman le 30 octobre 1974, Ali s’est désigné comme le représentant du monde noir et tiers-mondiste, alors que Foreman, bien que noir de peau, incarnait à ses yeux le monde blanc, riche et dominant. En 1968, Foreman avait en effet brandi le drapeau américain lorsqu’il avait gagné la médaille d’or des poids lourds  aux JO de Mexico, ce qui avait fait de lui aux yeux d’Ali le combattant de l’Amérique blanche et puissante. Lorsqu’Ali gagne ce combat, alors même qu’il était le challenger et que Foreman était considéré comme imbattable, certains observateurs ont même déclaré que “l’Afrique [était] devenue réelle”.

Dans La Rage en featuring (2006), Youssoupha présente Ali avant tout comme un artiste de la boxe et des mots. C’est là l’idée pour beaucoup de rappeurs : au-delà même de sa gestuelle particulière (“Vole comme un papillon, pique comme une abeille”, phrase prononcée par l’entraîneur d’Ali et qu’on retrouve dans nombre de chansons de rap), Ali est lui-même considéré comme un punchliner. L’hypothèse de V. Brinker est alors de voir Ali comme un champion de l’egotrip (en tant que genre). Pour ce dernier, elle renvoie à l’ouvrage d’Hugues Bazin, La Culture hip-hop (1995) et revient à certaines de ses valeurs : le défi, l’adaptation, l’anti-racisme, le respect des anciens. Elle termine sa présentation sur cette dimension artistique de Mohamed Ali aux yeux des rappeurs et mentionne encore deux derniers morceaux : Mouhammad Alix de Kery James (2016) et Godzilla 3000 des Vulves assassines (2019).    

 

 

Compte rendu de la deuxième séance (16 novembre 2023) du séminaire LmM 2023-2024

La séance du 16 novembre 2023 a été consacrée intégralement aux travaux de Marie Nédelec, chercheuse en histoire de l’art dont les travaux, d’abord orientés sur les avant-gardes (elle a soutenu en 2019 une thèse sur la diffusion et la réception de Dada dans la presse française dans les années 1920), se consacrent à la place du sport dans l’art, particulièrement dans une perspective d’étude de genres. Ça a été une belle séance, très dense (pratiquement deux heures et demi de conférence !) où Marie Nédelec a présenté de façon très large les liens entre sport et art aux XXe et XXIe siècles.

Marie Nédelec a d’abord proposé une présentation générale du sport dans la société contemporaine (la websérie « Tous musclés » sur laquelle elle s’est appuyée porte bien son nom : nous sommes dans une société où le sport est omniprésent !) puis un historique spécifiquement consacré aux liens entre sports et arts. Les sports et les arts sont les enfants de la révolution industrielle. En conséquence, ils se trouvent de plus en plus articulés, dans l’entre-deux-guerres d’abord, sous le régime de Vichy. Cet historique a justifié une longue période où le sport était plutôt dénigré du côté artistique (à l’exception de certains artistes, comme Nicolas de Stael ou René Magritte qui représentent des scène sportives). C’est à partir des années 1980-1990 où, le sport prenant une place incontournable dans la vie quotidienne, et l’art s’intéressant beaucoup plus à la réalité sociale, le sport devient un sujet artistique majeur.

Pourtant, très peu d’historien·nes d’art se sont intéressés au sport. On trouve des études liées au corps, à la mode, à l’histoire politique (par exemple dans l’Italie fasciste) ou dans des monographies mais très peu de questions esthétiques sur le sport. Marie Nédelec cite cependant les travaux pionniers de Jean-Marc Huitaurel, critique qui s’intéressait à des artistes qui s’intéressaient au sport (L’art est un sport de combat aux Presses du réel en 2011). De même, le marché de l’art, les galeries se sont emparées tardivement du sport, mais le « sport » devient aujourd’hui une catégorie de vente. Du côté des États-Unis, le sport entre dans les musées (à Boston) dès les années 1950, alors qu’en France, le sport met très longtemps à entrer dans les musées – avec, en 1963, la fondation du musée national du sport à Nice. Par rapport à cette situation, les JO ont sans doute changé la donne (la prochaine manifestation du festival d’histoire de l’art de Fontainebleau est consacrée au sport).

L’idée des institutions culturelles est de s’emparer l’art et le sport pour réunir les deux publics (et donc aider, notamment, à la diffusion de l’art par le sport). À titre de comparaison, Marie Nédélec rappelle que les spectateurs de la finale de la Coupe du Monde France-Argentine, c’est 24 millions de spectateur·euses alors que la grande exposition « blockbuster » du Parc de La Villette, c’est à peine 2 millions de visiteur·euses. D’où plusieurs tentatives de s’appuyer sur le sport pour faire sauter un verrou dans l’accès au public (c’était par exemple le but affiché de la pièce de Mohamed El Khatib, Stadium au Théâtre National de la Colline en 2017 : confronter le « meilleur public de football de France », les supporteurs du RC Lens, et le « meilleur public de théâtre », celui du Théâtre de la colline).

https://www.colline.fr/spectacles/stadium

Pourquoi des chercheurs et chercheuses vont-ils s’intéresser au sport ? Pour une bonne partie d’entre eux·elles, ce sont des praticiens et des praticiennes. Or, il est possible que les chercheurs et chercheuses en histoire de l’art ne soient pas très impliqué·es.

Les chercheurs et chercheuses en sociologie s’y intéressent aussi parce que le sport serait un miroir de la société ; ce point est remis en cause, notamment par les chercheurs et chercheuses sur le genre : le sport aurait un rôle d’agentivité, le sport participerait à la construction des identités imposées idéologiquement dans la société (cf. les travaux d’Anaïs Bohuon Le Test de féminité dans les compétitions sportives : « Le sport est profondément marqué par une bicatégorisation genrée […] fondée sur l’idée que les hommes seraient naturellement plus fort. »). À partir de là, Marie Nédélec propose des datations sur la naissance du sport et sur ses définitions (moyens de pouvoir, élément culturel).

Sa thèse consacrée à Dada et au surréalisme dans la presse des années 1920-1930 l’a amenée à penser qu’elle était plus spécialiste des mentalités que de l’histoire de l’art. Dans le domaine de l’histoire des représentations, Georges Vigarello, Le corps redressé puis Le Sentiment de la fatigue, ou encore Histoire de la fatigue a pu être un modèle (une des réflexions importantes dans l’histoire des mentalités qui commencent à toucher le sport).

La limite entre art et sport n’a pas toujours été évidente : le hip hop est présent aux Jeux Olympiques ; inversement les premiers Jeux Olympiques ont eu des épreuves de peinture ! Enfin, on peut considérer qu’à certains moments de l’histoire de l’art, des pratiques sportives nourrissent des pratiques artistiques, notamment du côté de la performance (et particulièrement de la performance féministe). Exemple de JonOne qui peint en boxant (dans la suite de Pollock).

https://jonone.com/

Le sport permet ainsi d’interroger la question des canons et des genres mineurs. Plusieurs peintres amateurs peignent des courses de chevaux, des combats de boxe, etc. Le sport est ainsi au cœur des problématiques de notre axe de recherche, autour du high and low, de l’art noble et de l’art populaire : se pose nettement la question de ce qui est de l’art. On trouve beaucoup de détournements. Asger Jorn, Football à trois côtés construit un terrain de football « situationniste » sur lequel on peut jouer ! Pendant longtemps, l’art qui s’intéresse au sport a été un peu marginalisé dans des catégories artistiques « sport », mais certains artistes, comme Rakajoo finissent aujourd’hui au Palais de Tokyo, intégrant ainsi pleinement le canon.

https://goob.me.uk/3sided.php

Enfin, s’intéresser au sport dans l’art c’est aussi interroger les questions de société, des questions de genre et de sexualité, des questions postcoloniales : Marie Nédélec travaille notamment sur les boxeurs noirs et le lien que leur représentation peut entretenir avec le primitivisme – voir Kees Van Dongen, Jack Johnson ou The Morning Walk (1914 ou 1918) ; c’est une question qui s’articule à la fois à des éléments d’histoire de l’art (lien du primitivisme et de représentations racistes) et à des questions sociales (racisme et histoire de l’intégration des boxeurs noirs dans le champ de la boxe aux États-Unis, des victoires de Jack Johnson qui déclenchaient des émeutes raciales, de la volonté de « revanches blanches »).

 

Des exploits, des chefs-d’œuvre ou les combats des femmes dans l’art et le sport

Florys Castan-Vicente montre dans sa thèse qu’il y a, contrairement à ce qu’on a longtemps dit, des points de rencontre entre féminisme et sport fin XIXe et début XXe siècle. Marie Nédélec réfléchit à la façon dont des pratiques comme la boxe, le football, les sports qui ont plus construit la masculinité, rentrent dans ce croisement féminisme / sport / art féministe.

Marie Nédélec commence par poser la question : les sportifs et les sportives sont-elles soumises aux mêmes processus d’exclusion. Linda Nochlin, dans « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes artistes femmes ? » [1971] dans Femmes, art, et pouvoir et autres essais, 1993, pose la question sociologiquement et en conclut qu’une femme génie comme Picasso est tout simplement impossible (dans une logique proche de la réflexion de Virginia Woolf dans Une chambre à soi). L’éducation et le fonctionnement des institutions ont bloqué l’épanouissement des artistes. La question peut être transposée vers le sport : un « Mohamed Ali au féminin » est-il possible ? Là aussi, barrages institutionnels sont forts : la boxe féminine était présente aux JO de Saint-Louis en 1904 mais seulement sous forme de démonstration. Le public venait chercher un spectacle amusant, burlesque. Tout un corpus est construit autour des combats de femmes, dans la caricature, dans l’érotisme.

Les femmes sont délaissées de l’histoire de l’art. Gombrich, The Story of Art ne mentionne pas une seule artiste femme, ce qui interroge le canon (cf. Griselda Pollock, « Des canons et des hommes »). On retrouve cet effacement dans l’histoire du sport, qui rend difficile la lutte pour l’égalité hommes/femmes : le mythe de l’apolitisme du sport (qu’on pourrait mettre en parallèle avec le mythe de l’universalisme de l’art) et un certain anti-intellectualisme rendent difficile d’avancer sur ces questions.

Des artistes se sont emparées de l’histoire du sport pour lui redonner une visibilité ; ainsi pour le football : Mikaël Phelippeau, Footballeuses (2017) ; Pauline Bureau, Féminines (2019) et Horthense Belhôte, Une histoire du football féminin (2019).

 

La conception d’un « éternel féminin » associé aux valeurs de fragilité, insuffisance, délicatesse (sexe faible) opposé à la construction de l’homme fort et viril a bien sûr contribué à cette invisibilisation. Linda Nochlin montre comment ces éléments idéologiques se retrouvent dans les œuvres d’art, notamment Le Serment des Horace de Jacques-Louis David, opposant l’énergie et la force des corps masculins et la faiblesse des corps féminins. Mais ils se retrouvent aussi dans la façon dont les artistes femmes sont caractérisées (c’est la façon dont Berthe Morizet, par exemple, est qualifiée par Roger Marx dans un article de 1906). Or, ce sont exactement les mêmes stéréotypes qui sont opposés aux femmes sportives. Les boxeuses ont eu besoin d’affirmer leurs spécificités féminines (beauté artistique du geste).

Aujourd’hui, si ces stéréotypes disparaissent du monde de l’art, ils persistent dans le site du sport. Cela ne veut pas dire que des inégalités ne persistent pas, notamment autour du canon et de la diffusion. Mais bien entendu, malgré les évolutions post-#metoo le sexisme reste très présent.

Les artistes contemporain·es s’emparent de ces questions d’inégalités et violences de genre. Sarah Trouche et Wynn Homes, Je ne peux pas rester silencieuse (2018-2019) met en parallèle le portrait de boxeuses et leurs réactions dans le musée des Beaux-Arts de Bordeaux face à des œuvres représentant des violences sexuelles, du viol, etc. De même, de nombreux combats féministes ont été représentés dans des œuvres (dès la République de Weimar, jusqu’aujourd’hui : Judy Chicago). La boxe dans les années 1980 et 1990 joue un rôle très important dans les représentations (notamment politique) et donc les artistes (Barbara Kruger, Salla Tykkä, Power 1999 : interroge les rapports de domination ; sur la musique de Rocky, elle met en scène un homme très corpulent qui fait un sparing très inégal avec une femme, sans arbitre, sans règle, sans limite de temps : un combat du quotidien). Aujourd’hui, la boxe étant à la mode, elle apparaît dans de très nombreux contextes comme allégories du combat (pas toujours de genre, d’ailleurs).

De même, Marie Nédelec a évoqué le travail de photographie de Lourdes Grobet, qui photographie des « doubles journées » des catcheuses ; le travail de Lenka Klodová qui s’empare des images de grandes sportives au moment où elles effectuent un record et les déforme pour les faire apparaître enceintes ; enfin, le travail de Fatima Mazmouz, Super Oum, qui présente la figure d’une catcheuse enceinte. Il y a là une façon, dans les productions artistiques contemporaines, de confronter la façon dont le genre est réduit à ses fonctions naturelles (reproductives) avec la pratique sportive.

 

Conclusion : pour éradiquer les stéréotypes en profondeur, il faudrait que ces images contre-stéréotypiques deviennent de plus en plus nombreuses.

 

Arts et bodybuilding : à la conquête du muscle

La deuxième partie de la présentation de Marie Nédelec a porté sur le bodybuilding.

Le bodybuilding (le « culturisme ») est une pratique particulière parce qu’esthétique : elle consiste à augmenter sa masse musculaire, en croisant pratique sportive et contrôle strict de l’alimentation, pour des raisons uniquement esthétiques. Il est devenu un phénomène qui dit quelque chose de notre société, de notre rapport à la virilité.

  • Le bodybuilding, de la conquête du muscle à son entrée dans la culture de masse.

Le bodybuilding apparaît à peu près en même temps que le sport (fin XIXe siècle, éventuellement 1930s), même si on peut considérer que ces pratiques apparaissent dès l’Antiquité. La pratique est théorisée au début du XXe siècle et ne deviendra une pratique sportive, une compétition, que dans la deuxième partie du XXe siècle.

Nathalie Nédélec présente différentes figures qui mettent en place la pratique et la théorisent : Eugen Sandow, Bernarr McFadden, Geo Steckel, Edmond Desbonnet.

Ce bodybuilding est le résultat de l’industrialisation ; il incarne l’idéal de productivité. Il est à comprendre aussi par rapport au contexte de guerre : la gymnastique intervient pour préparer les corps à la confrontation guerrière. La grande défaite de la virilité a été la 1ère Guerre Mondiale. D’où dans le système nazi cette volonté de forger des corps. De même, dans la grande crise américaine, le développement du bodybuilding apparaît comme une compensation de la crise, de la mise en danger de la virilité par la crise. Cette situation va donner naissance à un lieu, « Muscle Beach » à Santa Monica dans les années 1930, 40, 50 : la musculation s’y pratique, donne lieu à une pratique de photographie qui diffuse une image autorisée du corps masculin musclé. Après ce développement social « spontané » de la musculation, on passe du côté du cinéma. La figure la plus célèbre de ce glissement du bodybuilding vers le cinéma est Arnold Schwarzenegger (pouvoir du corps, pouvoir médiatique, pouvoir politique, Schwarzenegger finissant gouverneur de Californie). Son rôle dans Terminator, où il incarne un homme-machine aux muscles surdéveloppés, est particulièrement significatif de la façon dont le corps devient un objet travaillé de façon presque industrielle.

 

Marie Nédelec montre ensuite la prégnance de la pratique du bobybuilding dans le monde contemporain (particulièrement dans le cinéma où aucun corps d’acteur masculin non « travaillé » n’apparaît à l’écran). Il s’agit bien sûr d’une économie (avec ses clubs, ses coachs, ses produits, etc.) Annika Lundgren a proposé une installation The Power and Illumination Project à Göteborg pour donner une visibilité à ces pratiques, en mettant en avant l’énergie qu’elles pouvaient produire.

 

  • De l’Antiquité au corps-spectacle, le bodybuilding entre idéal et stéréotypes virils.

Les bodybuilders et les coaches se comparent à des œuvres d’art et à des artistes.

Les entraînements sont là pour sculpter un corps, mis en valeur par du maquillage, du fond de teint. Chaque muscle est travaillé pendant des mois et mis en valeur pendant les compétitions avec des pauses particulières. Le découpage du corps en éléments travaillés d’une façon pratiquement fétichiste conduit à une forme de corps bionique.

Nadège Wolf distingue des figures récurrentes dans l’imaginaire des bobybuilders, figures antiques allant de l’Hercule, au corps fort, exagéré, à l’Apollon, plus fin. Ce sont des personnages masculins (dieux, héros, guerriers) dont vont s’emparer les contemporains. Ces muscles ne sont pas des muscles naturels : ils correspondent à des prises d’anabolisants, à du chimique. L’idée intuitive selon laquelle plus un muscle est gros plus on est fort est fausse. Ces muscles sont plutôt inutiles : ils ont bien seulement une valeur esthétique et donc la question se pose vraiment de savoir à quoi ils servent. Pour Courtine, cette hypertrophie des muscles est une compensation de la crise de virilité. Les personnages de Conan, de Hercule, de guerriers antiques, sont justement des retours nostalgiques à un moment de virilité.  

  • Subvertir

Dans cette dernière partie, Marie Nédelec a présenté des reprises et déplacements de ces stéréotypes du muscle, soit dans des pratiques d’art contemporain, soit dans une pratique féminine du bodybuilding. Elle a fini avec l’exemple de Heather Cassils qui utilise le bodybuilding comme façon de sculpter son corps hors de la norme de genre.

https://www.cassils.net/

 

 

Troisième séance du séminaire LmM 2023-2024

Bonjour à toutes et tous !

La troisième séance de notre séminaire consacré au Sport aura lieu jeudi 15 février de 14 h à 17 h, dans l’amphithéâtre de la MSH de Dijon, sur le campus de l’Université de Bourgogne.

Nous y entendrons :

Virginie Brinker (Université de Bourgogne, CPTC) : « Figures de Mohamed Ali dans quelques morceaux de rap français »                    

 – Jean Vigreux (Université de Bourgogne, LIR3S), « Écrire l’histoire du sport, à propos de Rino della Negra, footballer et partisan»

L’entrée est libre, venez nombreux et nombreuses !

Colloque “Le Réalisme magique et ses définitions : mode majeur ou mode mineur ?” – Dijon, Amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) – 23 et 24 novembre 2023

Colloque international organisé par Vanessa Besand (UB, CPTC) et Pauline Franchini (Lyon 3, IHRIM)

PROGRAMME

Jeudi 23 novembre 2023

9h00 : Accueil

9h30 : Mot de bienvenue et introduction du colloque (Vanessa Besand, Université de Bourgogne, Pauline Franchini, Université Lyon 3 Jean Moulin)

10h00 : Session 1 : Réalisme magique et sociologie de la littérature

Modérateur : Henri Garric (Université de Bourgogne)

10h00-10h30 : Philippe Postel (Nantes Université) : « Le réalisme magique, une voie assurée pour obtenir le prix Nobel de littérature ? »

10h30-11h00 : Raphaël Luis (École Normale Supérieure de Lyon) : « Le réalisme magique, un genre mou ? »

11h00-11h30 : Marion Labourey (Sorbonne Université) : « Pouvoirs du roman magico-réaliste américain contemporain (Toni Morrison, Gisèle Pineau et Jesmyn Ward) »

11h30-12h00 : échanges et questions

 14h00 : Session 2 : Aux origines de la notion : le rapport aux définitions européennes

Modérateur : Philippe Postel (Nantes Université)

14h00-14h30 : Yves-Michel Ergal (Université de Strasbourg) : « D’un réalisme magique au            « réalisme magique » dans le roman »

14h30-15h00 : Maria Eugénia Pereira (Université d’Aveiro, Portugal) : « Le Réalisme magique sans heurts et sans à-coups »

15h00-15h30 : Charles Brion (Université de La Rochelle) : « Du Partage des eaux (1953) à Concert baroque (1974), du réel merveilleux au baroque : l’esthétique en mouvement d’Alejo Carpentier »

15h30-16h00 : échanges et questions

16h30 : Session 3 : Le Réalisme magique en Russie

Modératrice : Claude Le Fustec (Université Rennes 2)

16h30-17h00 : Alexia Gassin (Université de Caen) : « Les Âmes mortes de Nikolaj Gogol et Le Maître et Marguerite de Mihail Bulgakov à l’aune du réalisme magique russe »

17h00-17h30 : Sylvia Chassaing (Inalco) : « Ambivalences du réalisme magique dans la littérature russe contemporaine »

17h30-18h00 : échanges et questions

18h00 : Fin de la première journée

 

Vendredi 24 novembre 2023

9h30 : Accueil

10h00 : Session 4 : Réalisme magique et postmodernisme

Modératrice : Vanessa Besand (Université de Bourgogne)

10h00-10h30 : Evagrina Dîrţu (Université Technique Gheorghe Asachi de Iaşi, Roumanie) :          « Quand les diables sortent des greniers. Réalisme Magique et ironie dans La Révolte des anges d’Anatole France, Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov et Les Versets sataniques de Salman Rushdie »

10h30-11h00 : Claude Le Fustec (Université Rennes 2) : « La postmodernité réaliste magique au service d’un art de la Vie : une lecture de La Route de la faim (Ben Okri), Les Enfants de Minuit (Salman Rushdie) et Beloved (Toni Morrison) »

11h00-11h30 : Élodie Coutier (Sorbonne Université) : « Réalisme magique et quête narrative d’un “moi parabolique” (Olga Tokarczuk) : récits d’intériorités partagées dans Maison de jour, maison de nuit d’Olga Tokarczuk et Le Papillon d’Andrus Kivirähk »

11h30-12h00 : échanges et questions

14h00 : Session 5 :  Les animaux fabuleux : littératures mondiales et décentrement de la magie occidentale

Modératrice : Pauline Franchini (Université Lyon 3 Jean Moulin)

14h00-14h30 : Marie Mossé (Université Gustave Eiffel) : « Corbeau et Renard : existe-t-il un réalisme magique inuit ? Étude comparée de Split Tooth (2018) de Tanya Tagaq et de Naasuliardarpi / Blomsterdalen (2021) de Niviaq Korneliussen »

14h30-15h00 : Miaonan Yan (Université Lumière Lyon 2) : « Les définitions et les variations du réalisme magique dans la littérature chinoise : l’exemple d’Au pays du Cerf blanc »

15h00-15h30 : Bruno Anselmi Matangrano (École Normale Supérieure de Lyon) : « Ces dragons ne sont pas comme les autres : distinguer réalisme merveilleux et fantasy à partir des représentations d’une image mythologique dans la littérature brésilienne contemporaine »

15h30-16h00 : échanges et questions

16h00 : Clôture du colloque

Deuxième séance du séminaire LmM 2023-2024 sur le sport

Bonjour à toutes et à tous, 

Deuxième séance du séminaire 2023-24 sur le sport ce jeudi 16 novembre 2023, de 14 à 17h, dans le forum des savoirs de la MSH sur le campus de l’Université de Bourgogne. 

Nous y entendrons Marine Nédelec, pour une double communication : 

– “Pourquoi croiser arts et sports ?”

– “Le mythe d’un humain-machine dans le bodybuilding ou le dépassement des genres et de l’humain ?”

Nous vous attendons nombreuses et nombreux ! 

Compte rendu de la première séance du séminaire LmM 2023-2024

Première intervention.

– Bernard Andrieu (Paris Descartes, URP3625 – I3SP, L’institut des Sciences du Sport-Santé de Paris) :

« Le corps en formes : quel sport-santé ? »

La communication de Bernard Andrieu s’appuie sur son livre, Rester beau (ed le murmure). Dans celui-ci, il questionne le beau et ses normes corporelles par le prisme des formes. En partant d’une présentation des injonctions adressées au corps, le propos évolue pour discuter d’une possible jonction entre le sujet, son corps et les normes imposées.

Le débat autour des injonctions corporelles est assez ancien et se construit en plusieurs étapes.  Bernard Andrieu nous propose de réfléchir dans un premier temps sur l’intervention de l’état et la création de ce qu’on nomme sport-santé. L’injonction d’être en forme avec le sport-santé est devenue un processus de bio-contrôle : contrôler la pandémie, l’obésité, la sédentarité. (Foucault 1975 ; Stiegler, 2022). Il faut être absolument en forme. Toutefois l’injonction n’est pas unilatérale. Puisque c’est le corps qui est jeu, la question de la santé vient nuancer l’injonction à la norme corporelle. S’il y a une forme normalisatrice (histoire de la silhouette, du régime etc), il y a aussi un intérêt personnel à la bonne santé et à la lutte contre l’obésité par exemple. Il y a surtout une jonction entre corps et esprit, une union qui devient une écologie corporelle pour définir une body-positivité (accepter les formes, les âges, les changements).

La body positivity est une notion que développe notamment Barbara Stiegler (cf son ouvrage « Il faut s’adapter », 2019). Ses recherches suivent une forme de néo-libéralisme qui remet au centre le bien-être et le corps en forme. Ce néo-libéralisme que défend Andrieu ouvrirait, selon lui, la porte à une nouvelle connaissance du corps (le sien et celui de l’autre) : le processus de transformation du corps en accord avec une recherche d’un sport bien-être permet la découverte de nouvelles sensations corporelles.

Il faut ici s’arrêter sur le corps tel qu’il est compris avant de revenir sur les transformations qu’il peut connaître. Pour cela, Bernard Andrieu développe l’importance du capital corporel. On considère de plus en plus le corps comme un capital génétique (exemple récent : Rihanna a dépensé des milliers pour un scanner total et préventif : on peut aujourd’hui analyser le corps pour prévoir les possibles maladies et la « richesse » des gènes). Il y a donc un capital du corps (qui ne s’arrête pas à la question de la beauté) et une préservation qui est mise en place autour de ce capital. C’est une des raisons pour lesquelles l’essence et le naturel continuent d’être mis en valeur. Il faut conserver sa beauté, sa santé pour se maintenir dans ce qu’est l’essence du corps. Il s’agit surtout de ralentir le vieillissement (processus qui met en valeur les inégalités sociales et économiques : ce sont évidemment les sociétés libérales qui sont le plus en avance sur ces techniques).

C’est alors qu’il faut revenir sur l’injonction : les processus de conservation du corps sont notamment pris en charge par des politiques et s’exercent selon différents degrés. Depuis 2015, le gouvernement a créé le « sport sur ordonnance », protocole pour les malades chroniques, remboursé par la sécurité sociale. La médicalisation du sport s’amplifie. C’est aussi un moyen de prendre le contrôle (pour le gouvernement) de certaines populations pauvres ou socialement exclues (l’obésité est très marquée socialement et économiquement) : le sport sur ordonnance concerne en effet notamment les populations en situation de pauvreté extrême, permettant à la fois leur inclusion mais aussi une forme de surveillance de la santé et du capital corporel. Un autre degré d’injonction qui diffère du sport sur ordonnance est le sport-santé abordé rapidement en introduction. En effet l’injonction est différente car elle joue sur la prise de conscience et la décision des acteur.ices. Des maisons de sport-santé ont par exemple été créées, notamment pour les étudiant.es, afin de favoriser une mise au sport. L’injonction est étendue pour jouer sur la culpabilité et l’intériorisation de la norme subie par l’individu. La jonction entre norme extérieure et norme intérieure revient ici. Le sport devient aussi une affaire personnelle. Une nouvelle nuance apparaît lorsque le sport-santé devient « activités physiques de santé ». Une façon très simple de l’illustrer serait de montrer que la marche nordique est devenue bien plus populaire que le 100mètres. Pour contrer la sédentarité, on parle plutôt d’activité physique sous forme de sport modéré (marche, étirements, yoga, montée d’escalier etc.). Nommé le slow sport, ces nouvelles activités physiques échappent aux fédérations usuelles et l’injonction évolue : le sport a échoué, on évolue vers une autre forme d’activité.

 

Bernard Andrieu nous invite par la suite à aborder un autre point de son livre : on passe de la conservation du corps à l’étude de la transformation du corps et du « devenir beau ». Il s’agit de quitter l’essence pour trouver l’évolution. Jusqu’où peut-on se modifier ? Comment se modifie-t-on ? Les transformations sont plus ou moins réversibles (et la majorité des individus préfèrent aujourd’hui la réversibilité) mais elles sont aussi de plus en plus nombreuses (du tatouage à la transition). Les modèles évoluent comme les normes socioesthétiques et le processus de subjectivation apparaît petit à petit en jouant toujours avec les codes de chaque milieu. Chaque transformation présente un équilibre particulier entre la subjectivité et l’injonction.

 

Le livre de Bernard Andrieu se termine sur la présentation de la body positivity et de l’estime de soi. Se transformer n’est plus seulement l’augmentation de soi mais aussi l’approfondissement et la recherche de soi qui permettrait de trouver un corps en lien avec l’esprit. Dans la body positivity, on se trouve au croisement de différentes luttes qui touchent la représentation (des luttes féministes, raciales, à la lutte écologie, particulièrement intéressante pour Bernard Andrieu parce qu’elle questionne une nouvelle forme de vie et d’écobeauté).

 

En guise de conclusion, le sport-santé pourrait évoluer jusqu’à devenir  une forme d’auto-santé, qui est née des courant féministes américains (« our body, our selves, our responsability »). Plutôt que la performance, on recherche la performativité qui permet une auto-régulation corporelle pratiquée au quotidien.

 

Connaître sa santé        

Techniques réflexives

Expériences du corps sain

Se constituer un savoir perceptuel

savoir expérientiel

être à l’écoute de son corps

S’écologiser par les interactions

écologie de soi 

sentir sa santé

Analyser ses data bio-subjectifs

corps médecin

se soigner par soi-même

Réfléchir à ses actions  

se savoir en santé

agentivité des malades

 

L’agentivité et l’autoréflexivité est très importance pour le sujet occidental. On veut un corps de plus en plus performant et spécialisé dans ses fonctions biotechnologiques afin de pallier le déficit et la dégénérescence naturelle. Le sujet devient acteur de son autonomisation biotechnologique en dessinant les formes et la matière de son corps. Enfin, l’invention d’espèces biotechnologiques vient modifier l’imaginaire sanitaire. Le corps-sujet définit un soi-même en inventant ses nouvelles matières et ses nouvelles-formes.

 

Questions et échanges.

Remarque : la logique du slow sport semble apparaître aussi dans le sport de haut niveau. La performance est toujours là pour être dépassée mais la question de la progression aujourd’hui est plus délicate et l’éthique du sport, notamment, se développe fortement. On met en cause les conditions physiques mais aussi psycho-sociales (harcèlement par exemple) des entraînements. Les conditions d’obtention de la performance sont plus lisibles et critiquées aujourd’hui.

Question sur la méthode philosophique de l’étude du corps et du sport. L’immersion et l’observation participante est le point de départ, sûrement, de cette philosophie. La philosophie du corps est une philosophie de la pratique. L’entretien qualitatif en première personne est bien sûr très important : il faut rencontrer et partager la vie des sujets pour comprendre. Voir son livre Le Corps du chercheur.

Question sur la « disparition du sport ». La sédentarité, particulièrement, produit une baisse des facultés motrices et une perte d’intérêt pour les activités sportives. Une nouvelle génération se déplace, par exemple, de manière moins physique (vélos et trottinettes électriques) pour gagner en rapidité. Les espaces structurés et les fédérations perdent en dynamisme (notamment à cause des politiques et des répartitions de subventions) et les espaces de sport qui demeurent sont surtout ceux de sports nés dans la rue (basketball par exemple).

Question sur le lien au care dans ce rapport au corps de l’autre. Bernard Andrieu souligne l’importance du « soin du toucher ». Beaucoup de pratiques slow aujourd’hui mettent l’accent sur les pratiques d’éveil, d’accompagnement, de toucher conscientisé etc. La recherche s’intéresse aussi aujourd’hui à la refigurer les pratiques sportives pour trouver un rapport au corps vidé de performativité (public âgé par exemple).

Remarque sur la richesse des textes féministes pour la question de la subjectivation, par exemple avec les nombreux ouvrages sur la self-defense, à la limite entre le sport et l’activité politique.

Question sur le paradoxe de ces injonctions d’activité physique dans une société peu modelée sur celles-ci (salles de classe statiques, ehpad fermés etc.). La réponse développe sur les sociétés réinventées qui mettent l’activité physique au cœur de l’organisation structurelle. Des alternatives sont développées et oublient souvent le terme « sport » pour, au contraire, développer une vie active : activité de jardinage, de marche, de construction ; ce qu’on appellerait des activités en pleine nature. Ces alternatives sont intéressantes et riches mais sont aussi détournées par le capitalisme et les structures gouvernementales. La construction d’alternatives sous forme de politiques publiques pose des limites sur la création d’un éco-corps. Le gouvernement se positionne sur cette question et impose des heures d’activités sportives dans les nouvelles maquettes d’enseignement par exemple. Les alternatives sont nombreuses, parfois combattues, parfois englouties par les politiques capitalistes mais elles existent.

Remarque sur ce que permet le sport aussi en tant que subversion : à l’inverse de la beauté, c’est parfois la monstruosité qui est recherchée ou permise par le sport. Dans l’activité, le corps est déformé, devient rouge, suant, et le sport permet aussi une représentation du corps qui quitte la beauté pure. La performance et le plaisir sportif peut conjurer pour un temps l’injonction à la beauté. On peut aller plus loin en évoquant le culturisme, dans lequel le rapport à la performance est inversé : on pratique le sport pour sculpter un corps qui sort finalement des normes à la fois naturelles et de beauté.

 

 

 

Deuxième intervention.

– Gaëlle Debeaux (Université Rennes 2) :

« Sport, corps et littérature chez quelques autrices contemporaines »

Gaëlle Debeaux propose un état des lieux de son travail exploratoire autour d’un corpus d’œuvres narratives contemporaines. Il s’agit d’écrits d’autrices qui, sous le prisme autobiographique, abordent le sport, ou plutôt leurs sports,  quotidiens, laborieux, révélateurs et maladroits.

Comment cette pratique sportive en elle-même peu propice à la mise en récit devient, pour ces autrices, un espace d’exploration de leurs corps et de leur auctorialité ?

Le partage du sport et le spectacle sportif, au sein de la famille, jouent souvent comme matrices importantes : c’était le cas pour Gaëlle Debeaux qui débute son étude par quelques anecdotes personnelles pour justifier son intérêt sur le sujet. Elle évoque en effet plusieurs points de départs de son travail sur la sportive notamment deux clichés que son travail contredit : le football est un sport uniquement masculin ; les littéraires ne sont pas sportif.ves. En réalité, de nombreux travaux questionnent le sport par le prisme de corpus artistiques et littéraires ; il s’agit d’analyser ces corpus.

Plusieurs anthologies existent et Gaëlle Debeaux en mentionne quelques-unes :

Dans ces ouvrages, très souvent, on aborde surtout le sportif et le masculin comme un reflet fidèle de la place accordée à la femme dans le milieu sportif.

« Si l’on s’en tient à l’histoire du sport en particulier, nous pouvons noter à quel point les sportives ont été elles aussi « empêchées », longtemps invisibilisées voire maintenues dans une zone aveugle »
Mélanie Boissonneau et Jean-François Diana dans « L’Image de sport n’a pas (mauvais) genre », Genre en séries [en ligne], 14 | 2023.

Pour cadrer le corpus sur lequel elle centre son travail, Gaëlle Debeaux présente d’abord les œuvres qu’elle exclut. Hors du corpus présenté aujourd’hui se trouvent les œuvres d’écrivains et les œuvres de fiction.

Pour Gaëlle Debeaux, il ne s’agit pas de découvrir le personnage de la sportive mais plutôt de s’intéresser aux romancières qui décident d’évoquer leurs propres souvenirs sportifs. Le corpus présenté aujourd’hui est le suivant :

Le sport n’y est pas vu comme une performance ni un exploit mais plutôt comme une pratique quotidienne, maladroite et souvent peu spectaculaire. Ce corpus permet de poser la question de l’identité féminine et de l’écriture. La pratique sportive et son écriture semblent exacerber les interrogations sur l’identité féminine et c’est cela que Gaëlle Debeaux propose de nous présenter aujourd’hui.  

 

1. Etudier la façon dont ces œuvres cherchent à faire corps avec la pratique sportive

Pour commencer, il faut resituer le personnage de la sportive dans la littérature masculine. De façon générale, il semble qu’il ne s’agit, dans ses œuvres, pas tant de traiter du sport que du corps de la sportive dans des perspectives masculines et hétéronormées. Une citation de Paul Morand, dans son roman Ouvert la nuit, nous montre un exemple parfait de male gaze. Il présente des corps sportifs dans un cadre naturiste. La description passe rapidement sur les corps d’hommes, de mères de familles, de vieilles femmes sans intérêt pour le narrateur avant de s’attarder sur le corps rendu particulièrement désirable d’une « adolescente » qui fait des anneaux.  

Le corpus étudié aujourd’hui ouvre un espace totalement différent. Avoir un corps ne vient pas de soi et le sujet du sport pris à bras le corps par ces écrivaines permet de mettre en place un espace de réappropriation. Cette réappropriation semble naitre de l’association sport-écriture, et pour la comprendre, il faut problématiser la tension qui existe entre le corps et l’esprit, de la même façon qu’elle existe entre le sport et l’écriture. En renégociant cette dichotomie, les écrivaines peuvent se sortir d’une contrainte imposée en créant une nouvelle relation avec leur propre corps. Cette nouvelle relation est évolutive et reste difficile à saisir, car le corps, trop longtemps, aura été perdu de vue.

Exemple de Troussier, Pendant que les champs brûlent : « Je souhaitais aussi soigner mon corps. Je l’avais laissé en friche trop longtemps, modelé ailleurs. »
Plus loin « Je ne voulais être qu’un pur esprit. »
Troussier rapporte ici une projection du corps comme en dehors d’elle, à l’image d’une enveloppe qu’il faudrait réinvestir. L’écriture, pourtant, permet de l’incarner à nouveau.  

Exemple de Bechdel, The Secret to superhuman strength : dans sa bande dessinée, elle invite la pensée à garder le silence pour donner place au corps. Dans l’activité sportive, elle écarte les pensées pour laisser le corps atteindre sa pleine force et cette mise à l’écart des pensées intrusives se rapproche de l’état de conscience propre à la création. Performer une action sportive et créer serait une seule et même chose : mettre en silence les pensées intrusives pour pouvoir accomplir quelque chose ; Bechdel touche ici du doigt le rêve de la fusion.

Exemple de Coulon, Petit éloge du running : « plus c’est difficile pour le corps et pour la tête, plus les coureurs apprécient […] c’est à se demander d’ailleurs si l’on ne se met pas à courir le marathon uniquement pour affronter cette épreuve, si l’on ne prend pas le départ d’une course aussi longue pour découvrir, avec le mur, les limites du corps et, surtout, de l’âme ».

La citation débute par une scission entre le corps et la tête (cette dernière ne fait-elle pas partie du corps ?) pour terminer sur un vrai relai : l’âme soutient le corps quand celui-ci lâche et l’union des deux permet d’atteindre une performance particulière.

Il faut, à cette étape de l’étude, rappeler la différence entre la corporéité, qui traite du corps objet et la corporalité, qui traite du corps sujet. Cette rencontre entre le corps objet et le corps sujet semble possible et constitue un moment systématique dans les récits abordés. La douleur est réversible, souvent renversée mais reste inévitable et lie la douleur physique à la douleur mentale de différentes façons. Le mental peut prendre le pas sur le physique, mais l’inverse se produit aussi, chez Bechdel par exemple, lorsque le sport devient nécessaire pour se sortir d’un drame personnel, et d’une douleur mentale.

Peu importe le registre dans lequel la pratique sportive est décrite (épique ou quotidien), on trouve toujours un retour à soi permis par le corps qui aide à comprendre les forces et les faiblesses de celui-ci. Ces éléments permettent d’élargir le thème du corps sportif et une attention plus large est souvent prêtée aux sensations. Grâce au corps dans l’effort on touche au corps malade, au corps jouissance… bref, à un corps décuplé.

 

2. Difficile de décrire l’action sportive : quels sont les mécanismes utilisés ?
Petite étude de la nage.

Exemple Debré, Playboy : la nage de la narratrice est décrite de façon paratactique et joue d’effets de focalisation. Le style de l’autrice se ressent ici et bien que la mise en séquence nécessaire de l’écriture tente de créer une harmonisation des gestes, celle-ci ne fonctionne pas totalement.  Décrire son propre corps en mouvements est complexe et ne peut se résumer à une succession de gestes. La sensation de ces mouvements doit être évoquée et l’écriture passe par différentes stylisations et use des métaphores pour tenter d’en rendre compte. Ces métaphores invitent la métamorphose qui est très souvent organique, végétale et animale.
Exemple Coulon, Petit éloge du running : « le corps, à ce moment précis, ressemble à une plante secouée ».
Chez Troussier, l’animal est réellement un élément matriciel de son écriture du sport. «  J’ai tout de suite aimé sentir l’animal que je connaissais bien et qui m’habitait […] je sentais en moi ce qui allait advenir très vite : ma mue, mon passage à l’animal. ».

Ces métamorphoses du corps permettent de saisir l’expérience du vivant : pour atteindre la corporalité recherchée, il faut faire corps avec soi-même mais surtout se saisir du mystère qui perdure dans le vivant. La découverte de soi survient à un moment précis et est rendu dans l’écriture par des métaphores qui le rendent mystérieux. Une forme d’émancipation de la sportive est possible quand, par l’écriture, elle parvient à dire ce sentiment de plénitude associé à sa force propre.

Pourtant, on ne peut pas dire que le sport est uniformément libérateur. Pratiquer une activité sportive revient à se plier à ses contraintes ; il est nécessaire de garder le contrôle de son corps, de le modeler, de le faire correspondre. Le sport peut aussi faire naître une obsession des corps, une « convoitise du corps parfaits » comme le dit Chantal Thomas (Journal de nage). Peut-on façonner le corps sans subir les normes patriarchales ? La métamorphose dans ces œuvres est souvent plus radicale. Les femmes qui se racontent ne cherchent pas seulement à modifier leur corps mais tentent de se débarrasser de tout. De refaire un corps. Ces récits d’émancipation sont possibles par la réappropriation du corps qu’ils produisent et donnent un nouveau sens au sport. Ces émancipations sont aussi des affronts faits à la belle société. Le parcours de ces personnages rend compte de la difficile émancipation féminine. Le sport devient représentatif du rapport des femmes à leur corps dans le mouvement. Toutefois, cette émancipation n’est pas décrite que par la douleur. La joie d’une émancipation féminine envahie aussi les romans.
Exemple Yamina Benahmed Daho, Poule D, dans laquelle la joie est celle d’une femme solitaire, individualiste, qui s’étend à son équipe de football. « C’était comme Noël ».

Cette lutte émancipatrice contre les stéréotypes de corps n’est pas unilatérale et donne lieu à des lectures parfois difficile. Parfois, comme dans les œuvres de Troussier, bien que les femmes soient sportives, ce sont toujours les corps d’hommes qui incarnent la force.

Brigitte Giraud, elle, associe le sport à la masculinité et les filles ou femmes qui pénètrent cet univers s’identifient progressivement aux codes viriles. « Je ne veux pas être comme les autres filles, avec des jambes molles et des maux de ventre. Je ne veux pas être empêchée parce que je suis une fille. Je deviens une fille-garçon ». Sortir de l’empêchement serait alors sortir de la féminité, la rejeter.
Un exemple plus difficile vient de l’œuvre de Constance Debré, Playboy, dans lequel la découverte du sport fait prendre conscience à la narratrice de la faiblesse des femmes allant jusqu’à mépriser entièrement le genre, et justifier la violence des hommes. Son récit interroge ce qu’est une femme mais il semble impossible pour la narratrice de sortir des clichés.
Debré reste toutefois un contre-exemple de ce corpus : l’émancipation physique et intégrée par le sport permettrait au contraire de comprendre les mécanismes misogynes et d’en sortir.

 

3. Réappropriation de soi par les autrices = ressaisie de soi en tant qu’autrice.

Pour conclure, Gaëlle Debeaux propose de réfléchir à la question de la pudeur. Le corps féminin qui pratique un sport est un corps mis sous le regard, un corps qui se montre. Thomas, dans Souvenirs de la marée basse, décrit la pudeur d’une sportive. Aucun regard d’homme ne s’exerce directement sur elle, elle est seule mais semble tout de même exposée à des regards implicites. Le contraste est d’autant plus fort que la scène est précédée d’une description de la gymnaste en action, dont le corps s’étire, s’étend et semble s’ouvrir par ce sport.

Ainsi, pour se réapproprier totalement ce corps impudique, il semble que le passage par l’écriture est nécessaire. On peut citer Troussier, Pendant que les champs brûlent, « j’avais fixé ces vertiges sur papier pour comprendre, peut-être, dans un premier temps, comme si l’écrit allait accomplir la pensée plutôt que la traduire. On m’avait parlé d’impudeur, de malaise, quand j’exposais mes sentiments […] dans ces textes où l’intime renaissait sans fin. »

L’émancipation devient littéraire. La discipline, le dépassement de soi, la rencontre avec l’intime seraient des thèmes sportifs autant que créatifs jusqu’au point où dans certains récits, écrire et pratiquer un sport serait la même chose. Courir serait une discipline d’écriture. Nager serait une discipline d’écriture… et écrire serait une activité du corps. La fusion corps et esprit semble possible.

 

En guise de dernières remarques, Gaëlle Debeaux souligne que le sport n’est pas l’unique moyen d’atteindre cette fusion, cette émancipation féminine. Toutefois, le double geste iconoclaste qui fait entrer le sport dans la littérature ouvre celle-ci à un sujet mal jugé. Ecrire la sportive c’est ainsi lui donner ou lui redonner du crédit en tant que personne.  

 

Questions et remarques.

Question sur la médiation par le vêtement et les équipements techniques du sport, le plaisir du confort du sport. Très différent pour Poule D : le football reste masculin en France donc Benahmed Daho parle surtout du manque de sponsors. De façon général, il n’y a pas tant de réflexions de cet ordre-là, à l’exception de Bechdel qui travaille réellement sur la tenue, l’objet du sport : le sport donne accès à des vêtements probablement moins genrés et que l’on peut porter en dehors du sport, avec du confort. Chez Bechdel, c’est intéressant car cette tenue sportive devient en effet une tenue de tous les jours.

Question sur la dimension proprement féminine du rapport au sport. Découverte qu’hors du sport, la sportive de Bechdel ne peut pas combattre, refuse l’agression physique réelle du geste de karaté qu’elle sait réaliser parfaitement. Elle décide de ne pas aller jusqu’à la violence et le corps sportif, musclé, entraîné reste séparé du corps quotidien et de ses hésitations et faiblesses. En effet, une lecture politique possible : la puissance de l’expérience sportive ne s’étend pas forcément dans les autres espaces de la vie. Il y a une forme de désillusion pour cette narratrice, une prise de conscience de la limite du sport et de la puissance physique perçues qu’on ne peut pas toujours transposer en puissance physique concrète (ici faire mal à autrui).

Quel corps dessiné chez Bechdel ? Un corps assez extérieur, peu investi ? Les corps sont tout de même représentés en mouvement mais sans que cette représentation du mouvement ne devienne centrale. Gaëlle Debeaux s’est principalement intéressée à la traduction du corps en mots et propose de réfléchir à nouveau sur les corps dessinés.

Question sur l’obscène face à l’impudeur : de quoi se libèrent les écrivaines sportives ? Les œuvres sont en réalité exempts d’érotisme, ce serait donc bien de l’impudeur qui est marquée plutôt qu’une obscénité qui nécessiterait ce regard sexualisant. Pour préciser, ce serait en fait une façon de libérer la femme de l’obscène en explicitant plutôt l’impudeur. En effet le corpus n’offre qu’un intérêt peu marqué pour l’effet produit sur les lecteur.ices. Les écrivaines ne cherchent pas à offrir au regard un corps, peu importe l’état dans lequel il est. Souvent d’ailleurs, les femmes décrites pendant le sport ne remplissent pas les critères de beauté (transpiration, corps déformé, visage grimaçant et rouge…) : l’obscène est refusé mais une forme d’impudeur, comme réappropriation, apparaît bien.

Question sur l’extrait mentionné de Debré et sur un possible ton ironique. Gaëlle Debeaux rejette l’idée d’une ironie mais nuance tout de même le propos : il s’agit bien d’une provocation volontaire. Debré n’est pas ignorante du problème que posent ses mots, elle force volontairement le trait. On pourrait penser qu’elle cherche une forme de transparence absolue dans son propos. Tout n’est pas recevable dans ce qu’elle pense mais même ce qui ne l’est absolument pas peut, peut-être, être dit, avouer.  

Première Séance du Séminaire LmM 2023-2024

Bonjour à toutes et tous !

Le séminaire LmM reprend demain avec une séance qui n’avait pas pu avoir lieu l’an dernier !

Nous nous réjouissons d’accueillir :

– Bernard Andrieu (Paris Descartes, URP3625 – I3SP, L’institut des Sciences du Sport-Santé de Paris) : « Le corps en formes : quel sport-santé ? »

– Gaëlle Debeaux (Université Rennes 2) : « Sport, corps et littérature chez quelques autrices contemporaines

La séance aura lieu de 14 h à 17 h à l’amphithéâtre de la MSH de Dijon.

L’entrée est libre ! Venez nombreux et nombreuses.

Programme du séminaire LmM 2023-2024 : “Le Sport”

Bonjour à toutes et à tous, 

Vous l’attendiez impatiemment, le voici : le programme du séminaire LmM pour l’année universitaire 2023-24 ! Nous avons choisi de reconduire la thématique, très riche et très porteuse, de l’an dernier. À l’heure de la coupe du monde de rugby en France et à quelques mois des JO de Paris, nous allons donc continuer à parler de sport !

  • Jeudi 19 octobre 2023, 14h-17h, (Amphi, MSH, Dijon) 

– Bernard Andrieu (Paris Descartes, URP3625 – I3SP, L’institut des Sciences du Sport-Santé de Paris) : « Le corps en formes : quel sport-santé ? »

– Gaëlle Debeaux (Université Rennes 2) : « Sport, corps et littérature chez quelques autrices contemporaines »

  • Jeudi 16 novembre 2023, 14h-17h, (Forum des savoirs, MSH, Dijon) 

– Marie Nédelec :

– “Pourquoi croiser arts et sports ?”

– “Le mythe d’un humain-machine dans le bodybuilding ou le dépassement des genres et de l’humain ?”

  • Jeudi 14 décembre 2023, 14h-17h, (Forum des savoirs, MSH, Dijon)

– Étudiants et étudiantes de M2 Lettres, parcours « Recherche »: « Représentations artistiques du sport »

  •  Jeudi 15 février 2023, 14h-17h, (Amphi, MSH, Dijon)

Virginie Brinker (Université de Bourgogne, CPTC) : « Figures de Mohamed Ali dans quelques morceaux de rap français »                    

 – Jean Vigreux (Université de Bourgogne, LIR3S), « Écrire l’histoire du sport, à propos de Rino della Negra, footballer et partisan»

  • Jeudi 14 mars 2023, 14h-17h, (Amphi, MSH, Dijon) 

-Geneviève di Rosa (INSPE de Paris), « Comment les arts plastiques mettent au jour les mythologies du football (approche sémiologique) »

-Olivia Lewi (INSPE de Paris), « Rapport aux normes, rapport aux modèles dans la littérature de jeunesse autour du sport »

Jeudi 11 avril 2023, 14h-17h (Amphi, MSH, Dijon)

-« Écrire et mettre en scène le sport en série. Entre comique et émancipation. » Entretien avec Géraldine de Margerie, Maxime Donzel et Julien Patry, scénaristes et réalisateur de Toutouyoutou.

-Étudiants et étudiantes de M2 Lettres, parcours « Recherche »: séance conclusive et formation à la recherche

 

Programme de la journée d’étude “Sang sensible : couleur, fluide et fonction vitale dans la littérature et les arts (XIXe-XXIe siècles)”

Nous sommes heureuses de vous communiquer ci-dessous le programme de la journée d’étude sur le “sang sensible”, qui aura lieu le jeudi 27 avril, de 9h à 19h, à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) sur le campus de Dijon (Esplanade Erasme)

Pour celles et ceux qui voudraient suivre la journée à distance, une connexion sera mise en place. Il vous suffit d’ouvrir le lien ci-dessous et de cliquer sur “Lien Teams” sur l’affiche de la journée :  

https://lmm.hypotheses.org/files/2023/04/AFFICHE-ET-LIEN-VERS-LA-VISIO.pdf

PROGRAMME

9h : Accueil des participants et mot de bienvenue

9h45 – 11h15 : « Du sang entre les lignes ». Modératrice : Vanessa Besand

     – 9h45 – 10h05 : Maël BAUSSAND (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Sang des femmes et romance vampirique »

     – 10h10 – 10h30 : Manon RAFFARD (Université de Bourgogne) : « Sang et Encens : penser la chair et le sacré dans la culture décadente (1857-1914) »

     – 10h35 – 10h55 : Élise TOURTE (Université de Strasbourg) : « Elles rêvent quand elles saignent : figures du sang menstruel chez quelques poétesses francophones contemporaines »

11h – 11h30 : Discussion et pause

11h30 – 13h : « Tabous du sang : entre occultation et exhibition (BD, littérature, cinéma) ». Modératrice : Irène Le Roy Ladurie

     – 11h30 – 11h50 : David PINHO BARROS (Université de Porto) : « Alix en rouge : portrait d’un sang caché »

     – 11h55 – 12h15 : Marie ENRIQUEZ (Université d’Angers) : « L’Île au trésor, une aventure jalonnée de sang : représentations de cet élément symbolique dans les adaptations en bande dessinée du roman »

     – 12h20 – 12h40 : Fabien DEMANGEOT (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « Écoulement pornographique : le sang dans le torture porn extrême »

12h45 – 13h : Discussion

14h – 15h : « Contaminations, circulations et visualisations sanguines (littérature, cinéma, photographie) ». Modératrice : Maël Baussand

     – 14h – 14h20 : Lorenzo RUZZENE Sorbonne Université) : « “There is something in my blood and it’s trying to kill me” : microscopies sanguines dans les productions artistiques d’Hervé Guibert et de Derek Jarman »

     – 14h25 – 14h45 : Guillaume GOMOT (Université de Haute-Alsace) : « “Je n’ai plus que du sang pour votre nourriture ” : les puissances de la cruauté dans La Reine Margot et Entretien avec un vampire »

14h45 – 15h : Discussion

15h – 15h45 : Conférence plénière

     – Hervé AUBRON (critique aux Cahiers du cinéma et sélectionneur à la Quinzaine des cinéastes, ancien rédacteur en chef du Magazine littéraire) : « La figure transfusée chez Brian De Palma, entre hémorragie et entaille »

15h45 – 16h15 : Discussion et pause

16h15 – 18h30 : Projection et débat

     – 16h15 – 16h30 : Philippe MENTH (président de l’association Cinécyclo) et Tanguy RENOUD-LYAT (chargé de mission à Cinécyclo) : présentation du film

     – 16h30 – 18h : Projection du film The Addiction d’Abel Ferrara (1995)

      – 18h – 18h30 : Débat autour du film animé par Philippe MENTH et Tanguy RENOUD-LYAT

18h30 : Clôture de la journée

 

Appel à contributions : “Le réalisme magique et ses définitions : mode majeur ou mode mineur ?” Colloque international, 23 et 24 novembre 2023

Date : Jeudi 23 et vendredi 24 novembre 2023

 Lieu : Université de Bourgogne (Amphithéâtre de la MSH, Dijon)

Laboratoires : Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures (CPTC) / Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (ihrim)

Deadline : 15 juin 2023

Argumentaire

On connaît le succès retentissant du réalisme magique dans le paysage littéraire mondial depuis plusieurs décennies maintenant. Pourtant, cette expression apparue dans les années 1920 en Allemagne dans le milieu de l’art pour qualifier la peinture européenne post-expressionniste, avant d’être accolée à un certain type de fictions narratives, continue de poser des problèmes définitionnels importants. Qu’est, au fond, le réalisme magique ? Un mode ? Un genre ? Un registre ? Un style même (Scheel, 2010, p. 220) ? Certain.e.s critiques parlent de « courant », dans le sens où il permettrait de rassembler des œuvres issues de périodes et d’horizons géographiques très différents. Par ailleurs, comment distinguer le réalisme magique d’autres littératures de l’imaginaire, telles que la fantasy par exemple ? S’il existe des définitions précises de la fantasy (Besson, 2007), il n’en demeure pas moins que le réalisme magique a parfois du mal à s’en distinguer et à se définir de manière autonome. Le débat célèbre autour des dénominations de « réalisme magique » et de « réalisme merveilleux » est lui-même venu complexifier les définitions plutôt que les clarifier, et aujourd’hui encore, les tentatives pour séparer les deux notions et les identifier de manière précise et autonome restent nombreuses.  

 Au-delà de ce flou terminologique qui montre les difficultés du réalisme magique à se définir lui-même, mais aussi vis-vis d’expressions concurrentes ou vis-à-vis d’autres formes littéraires de l’imaginaire, la critique semble se diviser en deux grands champs : celui où primerait une analyse poétique et/ou narratologique des œuvres, en dépit de leurs contextes géographiques et socio-historiques, et celui où la dimension politique et postcoloniale prendrait le dessus. Dans cette seconde optique, on notera que dès les années quatre-vingt, la critique, notamment anglo-saxonne, s’est moins intéressée au réalisme magique pour en décrire les traits formels que pour montrer comment il fonctionne comme stratégie narrative du discours postcolonial. On sait que la part surnaturelle et résolument non-réaliste présente au cœur de la fiction réaliste magique est assez rapidement apparue comme un moyen de remettre en question les pouvoirs dominants, souvent à travers la voix et le point de vue des minorités. La coexistence de deux codes au sein même de la diégèse (réalisme et surnaturel), analysée de manière fouillée dans une perspective narratologique (Chanady, 1985), a aussi conduit à la mise en doute des vérités établies et notamment des affirmations du discours politique ou identitaire dominant. Par ailleurs, Gilles Deleuze et Félix Guattari confèrent aux usages « mineurs » de la langue un pouvoir émancipateur : serait « mineure » toute transgression, toute appropriation subversive et minoritaire des grands genres et des langues majeures faisant tendre la norme vers un devenir-mineur (Deleuze et Guattari, 1975). Dans la mesure où les littératures postcoloniales ont volontiers recours au réalisme magique ou merveilleux dans une « volonté postcoloniale de réappropriation du territoire imaginaire » et dans celle « d’échapper aux stéréotypes imposés par le colonisateur » (Durix, 1998, p. 14), l’écriture magico-réaliste relèverait d’une poétique mineure, au sens deleuzien du terme.

Mais cette bipartition dans l’analyse du réalisme magique a aussi eu tendance à mener à une autre distinction entre réalisme magique « épistémologique » et « ontologique » (Echevarrίa, 1974, p. 36-37, puis Faris, 1995, p. 165). Dans son ouvrage sur le réalisme magique, Jean Weisgerber définit ainsi le réalisme magique européen comme intellectuel, car lié avant tout à la pensée et ayant pour objectif de rebâtir un univers, alors que le réalisme magique latino-américain lui apparaît comme mythique et folklorique dans la mesure où il explore la mémoire des peuples (1987, p. 218). Cette distinction rejoue à sa manière l’opposition entre un réalisme magique plus poétique et esthétique, qui descendrait directement de la tradition picturale définie par Franz Roh, et un réalisme magique ancré dans la matérialité d’un territoire bien précis et lié à un regard spécifique porté sur le monde qui serait lui-même magique – ce qui rappelle le concept de « foi » développé dès 1949 par Alejo Carpentier dans la préface de son roman El reino de este mundo (2015 [1948], p. 8) –, et qui conduit à limiter la pratique du réalisme magique à certaines régions du monde, en l’occurrence celles où subsistent des croyances fortes et des rites qui les éloignent de la rationalité occidentale. Or, ne serait-il pas possible de sortir de cette approche clivante qui a, de manière plus ou moins explicite, fini par opposer le Nord et le Sud et le plus souvent, l’Europe dite rationaliste et l’Amérique « magique en soi » (Carpentier, 2015 [1948]), même si, à la suite de l’Amérique latine, beaucoup d’autres régions du monde ont investi un réalisme magique à tendance postcoloniale ? Des pistes ont déjà été explorées, notamment celle proposée par Wendy B. Faris dans son ouvrage de 2004. Elle stipule que, même si la situation politique et sociale décrite dans les textes ne relève pas du postcolonial au sens strict, le point commun entre toutes les fictions magico-réalistes demeure le sentiment d’une culture perdue, dominée, à réhabiliter face à l’imposition d’une culture dominante (2004, p. 134).

Par ailleurs, une autre question d’importance sous-tend aujourd’hui les définitions même du réalisme magique. Ce dernier ne serait-il pas paradoxalement devenu l’un des marqueurs de la littérature dite élitiste ? Alors même qu’il se présentait, dans une optique postcoloniale, comme une stratégie au service des minorités ethniques ou raciales, il peut de nos jours apparaître comme un courant mainstream dans le paysage littéraire mondial, pratiqué par des auteurs et des autrices qui rencontrent une très forte audience internationale (Noriega-Sánchez, 2002, p. 190). Des écrivain.e.s semblent d’ailleurs avoir pris leurs distances avec l’étiquette même de « réalisme magique », alors que leurs éditeurs ont tendance à l’utiliser de plus en plus à des fins commerciales, tant elle semble être un véritable argument marketing, ce que Charles W. Scheel nommait pour sa part un « label » (2010, p. 220). Étant donné la très forte aspiration des œuvres à la littérarité (Ouyang, 2005, p. 19), leur volonté d’être considérées comme incontournables sur le plan du discours politique et leur apport dans la compréhension d’une époque et d’une société, on pourrait même se demander si le réalisme magique n’est pas devenu un moyen, voire une garantie, de sortir de la marginalité littéraire et artistique, par opposition, justement, à d’autres littératures de l’imaginaire qui restent davantage cantonnées au champ de la culture populaire, comme la fantasy ou la science-fiction, et continuent de faire débat dans les milieux académiques. Ce glissement d’une marginalité politique et sociale des œuvres à une centralité littéraire nous intéresse d’autant plus qu’il rejoint les préoccupations centrales de l’axe de recherche « Littératures, arts mineurs, arts Majeurs » (LmM) du Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures (CPTC), qui se propose d’explorer la place des littératures dans un champ artistique large et de confronter culture de masse, culture populaire, et culture des élites, afin de mettre en regard des œuvres venues de tous les horizons et de pratiquer un comparatisme articulé aux questions politiques, sociales et anthropologiques. Qu’en est-il donc de ce rapport entretenu par le réalisme magique avec le mineur, non pas seulement sur le plan politique, mais aussi sur le plan littéraire ? Sur ce point, le cas de la littérature de jeunesse est particulièrement intéressant. Si l’enfance est souvent pensée comme le domaine par excellence du merveilleux, les romans pour la jeunesse, marqués par une certaine hybridité générique, sont rarement envisagés à travers la catégorie poétique du réalisme magique ou merveilleux, dans le paratexte éditorial comme dans la critique universitaire. Tout se passe comme si le réalisme magique était une catégorie pertinente seulement dans l’analyse de la littérature pour adultes, dans la mesure où les œuvres destinées à l’enfance présupposent déjà un lien avec les littératures de l’imaginaire – et parallèlement, les « genres de l’imaginaire », comme la fantasy, la science-fiction ou les contes de fées, présupposent un lectorat plus jeune ou populaire. C’est d’autant plus avéré que les fictions pour la jeunesse qui traitent de sujets historiques tels que la colonisation ou l’esclavage privilégient un cadre rigoureusement réaliste à visée documentaire et didactique. Le recours au fantastique a ainsi pu être perçu comme inapproprié dans Alma de Timothée de Fombelle, roman historique sur l’esclavage (cf Anne-Marie Mercier, http://www.lietje.fr/2020/08/22/41215/). Pourtant, le réalisme magique et les pouvoirs surnaturels des personnages sont tout à fait admis et même interprétés comme des éléments de subversion postcoloniale dans des récits d’esclaves fictifs pour adultes comme Moi, Tituba, sorcière… Noire de Salem de Maryse Condé ou Beloved de Toni Morrison. Une telle différence de traitement porte à s’interroger : que dit-elle de nos hiérarchisations littéraires et de nos modes de classifications génériques ?

À partir de ces quelques éléments de réflexion, ce colloque propose de s’interroger sur les définitions même du réalisme magique, sur le lien qu’il entretient avec les champs politique et poétique et corrélativement, sur son rapport au couple conceptuel majeur-mineur en littérature. Voici quelques pistes, non exhaustives, que nous vous invitons à explorer :

            1. Comment définir le réalisme magique sans retomber dans la dichotomie entre Europe rationaliste et territoires magiques (Amérique, Caraïbe, Afrique, etc) ? Ne pourrait-on pas penser le courant sous un angle qui ne rejouerait pas la partition politique entre le Nord et le Sud ?

            2. Le réalisme magique est-il toujours le parangon de la littérature postcoloniale ? Ne peut-on le penser à partir d’autres catégories théoriques contemporaines (le postmoderne par exemple) ?

            3. Comment distinguer le réalisme magique d’autres genres également associés aux littératures de l’imaginaire ?

            4. Le réalisme magique permet-il toujours, sur le plan littéraire, de maintenir la distinction entre high et low culture ? Ne recrée-t-il pas au contraire aujourd’hui une hiérarchie entre littérature élitiste et littérature populaire, à la fois entre lui et d’autres genres, et en son sein même ?

Les propositions de communications, de 500 mots maximum, sont à envoyer, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, à Vanessa Besand (vanessa.besand@u-bourgogne.fr) et à Pauline Franchini (pauline.franchini@univ-lyon3.fr) jusqu’au 15 juin 2023.

Tous les corpus pourront être convoqués, même s’il ne s’agira pas de se contenter des œuvres issues de la veine postcoloniale, et les approches comparatistes, plutôt que monographiques, seront privilégiées.

Références citées et bibliographie indicative

– Vanessa Besand, « Réalisme magique et réalisme merveilleux : autour de quelques enjeux terminologiques depuis Alejo Carpentier », in revue Savoirs en lien, Université de Bourgogne, n°1, 2022 : https://preo.u-bourgogne.fr/sel/index.php?id=171&lang=fr

– Anne Besson, La Fantasy, Paris, Klincksieck, 2007.

Maggie Ann Bowers, Magic(al) Realism, Abingdon/New York, Routledge, 2004.

– Alejo Carpentier, « Prólogo », in El reino de este mundo, Barcelone, Austral, coll. « Contemporánea Narrativa », 2015.

– Amaryll Beatrice Chanady, Magical Realism and the Fantastic, Resolved versus Unresolved Antinomy, Abingdon/New York, Routledge, 2020 [1985].

– Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Éditions de Minuit, 1975.

– Jean-Pierre Durix, Mimesis, Genres and Post-Colonial Discourse. Deconstructing magic Realism, Basingstoke/New York, Macmillan Press, 1998.

– Jean-Pierre Durix, « Le réalisme magique : genre à part entière ou “auberge latino-américaine” », in Xavier Garnier (dir.), Le réalisme merveilleux, Paris, L’Harmattan, 1998.

– Roberto González Echevarrίa, « Isla a su vuela fugitiva: Carpentier y el realismo mágico », Revista Iberoamericana,vol. XL, 1974, n°86.

Wendy B. Faris, Ordinary Enchantments. Magical Realism and the Remystification of Narrative, Nashville, Vanderbilt University Press, 2004.

– Wendy B. Faris et Lois Parkinson Zamora (dir.), Magical Realism. Theory, History, Community, Durham (Caroline du Nord), Duke University Press, 1995.

– Angel Flores, « Magical Realism in Spanish American Fiction », Hispania 38/2, 1955, p. 114-129.

– María Ruth Noriega-Sánchez, Challenging Realities: Magic Realism in Contemporary American Women’s Fiction, Valence (Espagne), Université de Valence, Publications du département Filologia anglesa i alemanya, coll. « Biblioteca Javier Coy d’estudis nord-americans », 2002.

Wen-Chin Ouyang, « Introduction. Magical Realism and Beyond: Ideology of Fantasy », in  Stephen M. Hart, Wen-Chin Ouyang (dir.), A Companion to Magical Realism, Woodbridge, Tamesis Books, 2005.

Franz Roh, Postexpressionnisme. Réalisme magique. Problèmes de la peinture européenne la plus récente, Dijon, Les Presses du réel, coll. « Œuvres en sociétés », 2013, traduit de l’allemand par Jean Reubrez.

Hubert Roland et Eugene Arva, Magical Realism and Trauma, revue Interférences littéraires, n°14, 2014 : http://www.interferenceslitteraires.be/index.php/illi/issue/view/25  

– Hubert Roland, « La Catégorie du réalisme magique dans l’histoire littéraire du XXE siècle : impasses et perspectives », in Les nouvelles voies du comparatisme, Hubert Roland et Stéphanie Vanasten (dir.), Gent, Academia Press, 2011, p. 85-98.

Charles W. Scheel, Réalisme magique et réalisme merveilleux. Des théories aux poétiques, Paris, L’Harmattan, 2005.

– Charles W. Scheel, « Le réalisme magique : mode narratif de la fiction ou label culturaliste ? », Actes du XXXVecongrès de la SFLGC, Études culturelles : Anthropologie culturelle et comparatisme, Volume II, Neuilly-lès-Dijon, Éditions Le Murmure, 2010.

– Christopher Warnes, Magical Realism and the Postcolonial Novel. Between Faith and Irreverence, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2009. 

– Jean Weisgerber (dir.), Le Réalisme magique. Roman, peinture, cinéma, Lausanne, Éditions L’Âge d’homme, 1987.

 

Quatrième séance du séminaire sur le sport

La quatrième séance du séminaire “Littératures, arts mineurs, arts Majeurs” (LmM) portant cette année sur le sport aura lieu ce jeudi 2 mars, de 14h à 17h, dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH), sur le campus de Dijon
 
Nous aurons le plaisir d’accueillir et d’écouter deux collègues, en Lettres et en droit du sport : 

 

– Raphaël Luis (MCF en Littérature comparée, ENS Lyon) : « Stats et style : le football est-il encore littéraire ? »

– Cécile Chaussard (MCF HDR, Université de Bourgogne, CREDIMI – Laboratoire de Droit du Sport) : « Les règles et le sport » 

Dans l’attente de vous retrouver nombreuses et nombreux à cette occasion !