Tous les articles par Henri Garric

Compte rendu de la deuxième séance (16 novembre 2023) du séminaire LmM 2023-2024

La séance du 16 novembre 2023 a été consacrée intégralement aux travaux de Marie Nédelec, chercheuse en histoire de l’art dont les travaux, d’abord orientés sur les avant-gardes (elle a soutenu en 2019 une thèse sur la diffusion et la réception de Dada dans la presse française dans les années 1920), se consacrent à la place du sport dans l’art, particulièrement dans une perspective d’étude de genres. Ça a été une belle séance, très dense (pratiquement deux heures et demi de conférence !) où Marie Nédelec a présenté de façon très large les liens entre sport et art aux XXe et XXIe siècles.

Marie Nédelec a d’abord proposé une présentation générale du sport dans la société contemporaine (la websérie « Tous musclés » sur laquelle elle s’est appuyée porte bien son nom : nous sommes dans une société où le sport est omniprésent !) puis un historique spécifiquement consacré aux liens entre sports et arts. Les sports et les arts sont les enfants de la révolution industrielle. En conséquence, ils se trouvent de plus en plus articulés, dans l’entre-deux-guerres d’abord, sous le régime de Vichy. Cet historique a justifié une longue période où le sport était plutôt dénigré du côté artistique (à l’exception de certains artistes, comme Nicolas de Stael ou René Magritte qui représentent des scène sportives). C’est à partir des années 1980-1990 où, le sport prenant une place incontournable dans la vie quotidienne, et l’art s’intéressant beaucoup plus à la réalité sociale, le sport devient un sujet artistique majeur.

Pourtant, très peu d’historien·nes d’art se sont intéressés au sport. On trouve des études liées au corps, à la mode, à l’histoire politique (par exemple dans l’Italie fasciste) ou dans des monographies mais très peu de questions esthétiques sur le sport. Marie Nédelec cite cependant les travaux pionniers de Jean-Marc Huitaurel, critique qui s’intéressait à des artistes qui s’intéressaient au sport (L’art est un sport de combat aux Presses du réel en 2011). De même, le marché de l’art, les galeries se sont emparées tardivement du sport, mais le « sport » devient aujourd’hui une catégorie de vente. Du côté des États-Unis, le sport entre dans les musées (à Boston) dès les années 1950, alors qu’en France, le sport met très longtemps à entrer dans les musées – avec, en 1963, la fondation du musée national du sport à Nice. Par rapport à cette situation, les JO ont sans doute changé la donne (la prochaine manifestation du festival d’histoire de l’art de Fontainebleau est consacrée au sport).

L’idée des institutions culturelles est de s’emparer l’art et le sport pour réunir les deux publics (et donc aider, notamment, à la diffusion de l’art par le sport). À titre de comparaison, Marie Nédélec rappelle que les spectateurs de la finale de la Coupe du Monde France-Argentine, c’est 24 millions de spectateur·euses alors que la grande exposition « blockbuster » du Parc de La Villette, c’est à peine 2 millions de visiteur·euses. D’où plusieurs tentatives de s’appuyer sur le sport pour faire sauter un verrou dans l’accès au public (c’était par exemple le but affiché de la pièce de Mohamed El Khatib, Stadium au Théâtre National de la Colline en 2017 : confronter le « meilleur public de football de France », les supporteurs du RC Lens, et le « meilleur public de théâtre », celui du Théâtre de la colline).

https://www.colline.fr/spectacles/stadium

Pourquoi des chercheurs et chercheuses vont-ils s’intéresser au sport ? Pour une bonne partie d’entre eux·elles, ce sont des praticiens et des praticiennes. Or, il est possible que les chercheurs et chercheuses en histoire de l’art ne soient pas très impliqué·es.

Les chercheurs et chercheuses en sociologie s’y intéressent aussi parce que le sport serait un miroir de la société ; ce point est remis en cause, notamment par les chercheurs et chercheuses sur le genre : le sport aurait un rôle d’agentivité, le sport participerait à la construction des identités imposées idéologiquement dans la société (cf. les travaux d’Anaïs Bohuon Le Test de féminité dans les compétitions sportives : « Le sport est profondément marqué par une bicatégorisation genrée […] fondée sur l’idée que les hommes seraient naturellement plus fort. »). À partir de là, Marie Nédélec propose des datations sur la naissance du sport et sur ses définitions (moyens de pouvoir, élément culturel).

Sa thèse consacrée à Dada et au surréalisme dans la presse des années 1920-1930 l’a amenée à penser qu’elle était plus spécialiste des mentalités que de l’histoire de l’art. Dans le domaine de l’histoire des représentations, Georges Vigarello, Le corps redressé puis Le Sentiment de la fatigue, ou encore Histoire de la fatigue a pu être un modèle (une des réflexions importantes dans l’histoire des mentalités qui commencent à toucher le sport).

La limite entre art et sport n’a pas toujours été évidente : le hip hop est présent aux Jeux Olympiques ; inversement les premiers Jeux Olympiques ont eu des épreuves de peinture ! Enfin, on peut considérer qu’à certains moments de l’histoire de l’art, des pratiques sportives nourrissent des pratiques artistiques, notamment du côté de la performance (et particulièrement de la performance féministe). Exemple de JonOne qui peint en boxant (dans la suite de Pollock).

https://jonone.com/

Le sport permet ainsi d’interroger la question des canons et des genres mineurs. Plusieurs peintres amateurs peignent des courses de chevaux, des combats de boxe, etc. Le sport est ainsi au cœur des problématiques de notre axe de recherche, autour du high and low, de l’art noble et de l’art populaire : se pose nettement la question de ce qui est de l’art. On trouve beaucoup de détournements. Asger Jorn, Football à trois côtés construit un terrain de football « situationniste » sur lequel on peut jouer ! Pendant longtemps, l’art qui s’intéresse au sport a été un peu marginalisé dans des catégories artistiques « sport », mais certains artistes, comme Rakajoo finissent aujourd’hui au Palais de Tokyo, intégrant ainsi pleinement le canon.

https://goob.me.uk/3sided.php

Enfin, s’intéresser au sport dans l’art c’est aussi interroger les questions de société, des questions de genre et de sexualité, des questions postcoloniales : Marie Nédélec travaille notamment sur les boxeurs noirs et le lien que leur représentation peut entretenir avec le primitivisme – voir Kees Van Dongen, Jack Johnson ou The Morning Walk (1914 ou 1918) ; c’est une question qui s’articule à la fois à des éléments d’histoire de l’art (lien du primitivisme et de représentations racistes) et à des questions sociales (racisme et histoire de l’intégration des boxeurs noirs dans le champ de la boxe aux États-Unis, des victoires de Jack Johnson qui déclenchaient des émeutes raciales, de la volonté de « revanches blanches »).

 

Des exploits, des chefs-d’œuvre ou les combats des femmes dans l’art et le sport

Florys Castan-Vicente montre dans sa thèse qu’il y a, contrairement à ce qu’on a longtemps dit, des points de rencontre entre féminisme et sport fin XIXe et début XXe siècle. Marie Nédélec réfléchit à la façon dont des pratiques comme la boxe, le football, les sports qui ont plus construit la masculinité, rentrent dans ce croisement féminisme / sport / art féministe.

Marie Nédélec commence par poser la question : les sportifs et les sportives sont-elles soumises aux mêmes processus d’exclusion. Linda Nochlin, dans « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes artistes femmes ? » [1971] dans Femmes, art, et pouvoir et autres essais, 1993, pose la question sociologiquement et en conclut qu’une femme génie comme Picasso est tout simplement impossible (dans une logique proche de la réflexion de Virginia Woolf dans Une chambre à soi). L’éducation et le fonctionnement des institutions ont bloqué l’épanouissement des artistes. La question peut être transposée vers le sport : un « Mohamed Ali au féminin » est-il possible ? Là aussi, barrages institutionnels sont forts : la boxe féminine était présente aux JO de Saint-Louis en 1904 mais seulement sous forme de démonstration. Le public venait chercher un spectacle amusant, burlesque. Tout un corpus est construit autour des combats de femmes, dans la caricature, dans l’érotisme.

Les femmes sont délaissées de l’histoire de l’art. Gombrich, The Story of Art ne mentionne pas une seule artiste femme, ce qui interroge le canon (cf. Griselda Pollock, « Des canons et des hommes »). On retrouve cet effacement dans l’histoire du sport, qui rend difficile la lutte pour l’égalité hommes/femmes : le mythe de l’apolitisme du sport (qu’on pourrait mettre en parallèle avec le mythe de l’universalisme de l’art) et un certain anti-intellectualisme rendent difficile d’avancer sur ces questions.

Des artistes se sont emparées de l’histoire du sport pour lui redonner une visibilité ; ainsi pour le football : Mikaël Phelippeau, Footballeuses (2017) ; Pauline Bureau, Féminines (2019) et Horthense Belhôte, Une histoire du football féminin (2019).

 

La conception d’un « éternel féminin » associé aux valeurs de fragilité, insuffisance, délicatesse (sexe faible) opposé à la construction de l’homme fort et viril a bien sûr contribué à cette invisibilisation. Linda Nochlin montre comment ces éléments idéologiques se retrouvent dans les œuvres d’art, notamment Le Serment des Horace de Jacques-Louis David, opposant l’énergie et la force des corps masculins et la faiblesse des corps féminins. Mais ils se retrouvent aussi dans la façon dont les artistes femmes sont caractérisées (c’est la façon dont Berthe Morizet, par exemple, est qualifiée par Roger Marx dans un article de 1906). Or, ce sont exactement les mêmes stéréotypes qui sont opposés aux femmes sportives. Les boxeuses ont eu besoin d’affirmer leurs spécificités féminines (beauté artistique du geste).

Aujourd’hui, si ces stéréotypes disparaissent du monde de l’art, ils persistent dans le site du sport. Cela ne veut pas dire que des inégalités ne persistent pas, notamment autour du canon et de la diffusion. Mais bien entendu, malgré les évolutions post-#metoo le sexisme reste très présent.

Les artistes contemporain·es s’emparent de ces questions d’inégalités et violences de genre. Sarah Trouche et Wynn Homes, Je ne peux pas rester silencieuse (2018-2019) met en parallèle le portrait de boxeuses et leurs réactions dans le musée des Beaux-Arts de Bordeaux face à des œuvres représentant des violences sexuelles, du viol, etc. De même, de nombreux combats féministes ont été représentés dans des œuvres (dès la République de Weimar, jusqu’aujourd’hui : Judy Chicago). La boxe dans les années 1980 et 1990 joue un rôle très important dans les représentations (notamment politique) et donc les artistes (Barbara Kruger, Salla Tykkä, Power 1999 : interroge les rapports de domination ; sur la musique de Rocky, elle met en scène un homme très corpulent qui fait un sparing très inégal avec une femme, sans arbitre, sans règle, sans limite de temps : un combat du quotidien). Aujourd’hui, la boxe étant à la mode, elle apparaît dans de très nombreux contextes comme allégories du combat (pas toujours de genre, d’ailleurs).

De même, Marie Nédelec a évoqué le travail de photographie de Lourdes Grobet, qui photographie des « doubles journées » des catcheuses ; le travail de Lenka Klodová qui s’empare des images de grandes sportives au moment où elles effectuent un record et les déforme pour les faire apparaître enceintes ; enfin, le travail de Fatima Mazmouz, Super Oum, qui présente la figure d’une catcheuse enceinte. Il y a là une façon, dans les productions artistiques contemporaines, de confronter la façon dont le genre est réduit à ses fonctions naturelles (reproductives) avec la pratique sportive.

 

Conclusion : pour éradiquer les stéréotypes en profondeur, il faudrait que ces images contre-stéréotypiques deviennent de plus en plus nombreuses.

 

Arts et bodybuilding : à la conquête du muscle

La deuxième partie de la présentation de Marie Nédelec a porté sur le bodybuilding.

Le bodybuilding (le « culturisme ») est une pratique particulière parce qu’esthétique : elle consiste à augmenter sa masse musculaire, en croisant pratique sportive et contrôle strict de l’alimentation, pour des raisons uniquement esthétiques. Il est devenu un phénomène qui dit quelque chose de notre société, de notre rapport à la virilité.

  • Le bodybuilding, de la conquête du muscle à son entrée dans la culture de masse.

Le bodybuilding apparaît à peu près en même temps que le sport (fin XIXe siècle, éventuellement 1930s), même si on peut considérer que ces pratiques apparaissent dès l’Antiquité. La pratique est théorisée au début du XXe siècle et ne deviendra une pratique sportive, une compétition, que dans la deuxième partie du XXe siècle.

Nathalie Nédélec présente différentes figures qui mettent en place la pratique et la théorisent : Eugen Sandow, Bernarr McFadden, Geo Steckel, Edmond Desbonnet.

Ce bodybuilding est le résultat de l’industrialisation ; il incarne l’idéal de productivité. Il est à comprendre aussi par rapport au contexte de guerre : la gymnastique intervient pour préparer les corps à la confrontation guerrière. La grande défaite de la virilité a été la 1ère Guerre Mondiale. D’où dans le système nazi cette volonté de forger des corps. De même, dans la grande crise américaine, le développement du bodybuilding apparaît comme une compensation de la crise, de la mise en danger de la virilité par la crise. Cette situation va donner naissance à un lieu, « Muscle Beach » à Santa Monica dans les années 1930, 40, 50 : la musculation s’y pratique, donne lieu à une pratique de photographie qui diffuse une image autorisée du corps masculin musclé. Après ce développement social « spontané » de la musculation, on passe du côté du cinéma. La figure la plus célèbre de ce glissement du bodybuilding vers le cinéma est Arnold Schwarzenegger (pouvoir du corps, pouvoir médiatique, pouvoir politique, Schwarzenegger finissant gouverneur de Californie). Son rôle dans Terminator, où il incarne un homme-machine aux muscles surdéveloppés, est particulièrement significatif de la façon dont le corps devient un objet travaillé de façon presque industrielle.

 

Marie Nédelec montre ensuite la prégnance de la pratique du bobybuilding dans le monde contemporain (particulièrement dans le cinéma où aucun corps d’acteur masculin non « travaillé » n’apparaît à l’écran). Il s’agit bien sûr d’une économie (avec ses clubs, ses coachs, ses produits, etc.) Annika Lundgren a proposé une installation The Power and Illumination Project à Göteborg pour donner une visibilité à ces pratiques, en mettant en avant l’énergie qu’elles pouvaient produire.

 

  • De l’Antiquité au corps-spectacle, le bodybuilding entre idéal et stéréotypes virils.

Les bodybuilders et les coaches se comparent à des œuvres d’art et à des artistes.

Les entraînements sont là pour sculpter un corps, mis en valeur par du maquillage, du fond de teint. Chaque muscle est travaillé pendant des mois et mis en valeur pendant les compétitions avec des pauses particulières. Le découpage du corps en éléments travaillés d’une façon pratiquement fétichiste conduit à une forme de corps bionique.

Nadège Wolf distingue des figures récurrentes dans l’imaginaire des bobybuilders, figures antiques allant de l’Hercule, au corps fort, exagéré, à l’Apollon, plus fin. Ce sont des personnages masculins (dieux, héros, guerriers) dont vont s’emparer les contemporains. Ces muscles ne sont pas des muscles naturels : ils correspondent à des prises d’anabolisants, à du chimique. L’idée intuitive selon laquelle plus un muscle est gros plus on est fort est fausse. Ces muscles sont plutôt inutiles : ils ont bien seulement une valeur esthétique et donc la question se pose vraiment de savoir à quoi ils servent. Pour Courtine, cette hypertrophie des muscles est une compensation de la crise de virilité. Les personnages de Conan, de Hercule, de guerriers antiques, sont justement des retours nostalgiques à un moment de virilité.  

  • Subvertir

Dans cette dernière partie, Marie Nédelec a présenté des reprises et déplacements de ces stéréotypes du muscle, soit dans des pratiques d’art contemporain, soit dans une pratique féminine du bodybuilding. Elle a fini avec l’exemple de Heather Cassils qui utilise le bodybuilding comme façon de sculpter son corps hors de la norme de genre.

https://www.cassils.net/

 

 

Troisième séance du séminaire LmM 2023-2024

Bonjour à toutes et tous !

La troisième séance de notre séminaire consacré au Sport aura lieu jeudi 15 février de 14 h à 17 h, dans l’amphithéâtre de la MSH de Dijon, sur le campus de l’Université de Bourgogne.

Nous y entendrons :

Virginie Brinker (Université de Bourgogne, CPTC) : « Figures de Mohamed Ali dans quelques morceaux de rap français »                    

 – Jean Vigreux (Université de Bourgogne, LIR3S), « Écrire l’histoire du sport, à propos de Rino della Negra, footballer et partisan»

L’entrée est libre, venez nombreux et nombreuses !

Première Séance du Séminaire LmM 2023-2024

Bonjour à toutes et tous !

Le séminaire LmM reprend demain avec une séance qui n’avait pas pu avoir lieu l’an dernier !

Nous nous réjouissons d’accueillir :

– Bernard Andrieu (Paris Descartes, URP3625 – I3SP, L’institut des Sciences du Sport-Santé de Paris) : « Le corps en formes : quel sport-santé ? »

– Gaëlle Debeaux (Université Rennes 2) : « Sport, corps et littérature chez quelques autrices contemporaines

La séance aura lieu de 14 h à 17 h à l’amphithéâtre de la MSH de Dijon.

L’entrée est libre ! Venez nombreux et nombreuses.

Deuxième séance du séminaire “Sport”

La deuxième séance du séminaire LmM portant cette année sur le sport aura lieu ce jeudi 24 novembre, de 14 à 17h, à la bibliothèque municipale “La Nef” à Dijon. L’entrée est libre et gratuite ! Venez nombreuses et nombreux !

Nous recevrons les membres de la compagnie “Grand Chelem” qui viendront nous parler de leur spectacle “Libre arbitre” ! 

Journée d’étude “Dire le peuple, parler au peuple”

Vendredi prochain (8 avril) aura lieu à la MSH Dijon la journée de rattrapage de notre séminaire 2019-2020, annulé en temps de covid. Venez nombreux et nombreuses !

Journée d’étude : « Dire le peuple, parler au peuple »


Vendredi 8 Avril 2022
Amphithéâtre de la MSH (Université de Bourgogne, Dijon) / distanciel via Teams*


9h15 : Accueil
9h45 – 11h : « Peuple », « populaire » : enjeux définitoires et pluridisciplinaires
9h45 : Vincent Chambarlhac, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université
de Bourgogne : « Populaire, l’épithète d’un braconnage rêvé ? »
10h : Antoine Hoffmann, Doctorant au CRAE (Centre de Recherches en Arts et Esthétiques),
à l’Université Jules Verne Picardie (Amiens) : « Du peuple barbare insurrectionnel au peuple
docile ; une étude transversale de l’iconographie de la multitude sociale »
10h15 : Noël Barbe, Chercheur à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du
contemporain : « Clavel/Guilloux. De quelques gestes de fabrication du plébéien »
10h30 – échanges


11h : pause


11h15-12h15 : Théâtre et populaire

11h15 : Marion Denizot, Professeure des universités en Études théâtrales, Université
Rennes 2 : « Théâtre public et théâtre populaire : une (fausse) affinité élective ? »
11h30 : Hélène Beauchamp, Maîtresse de conférences en littérature comparée à l’université
de Toulouse Jean Jaurès : « Le théâtre de propagande est-il un théâtre du peuple ? »
11h45 – échanges

 


13h45 – 15h15 – Musiques et populaire du côté du « classique »
13h45 : Gaëlle Loisel, Maîtresse de conférences en littératures comparées à l’Université
Clermont Auvergne : « La ballade romantique entre littérature et musique : un genre
« populaire » ? »
14h : Frédéric Sounac, Maître de conférences en Littérature comparée à l’Université de
Toulouse : « Jean-Sébastien Bach, artiste du peuple ? »
14h15 : échanges
musiques actuelles et populaire
14h30 : Emmanuelle Carinos Doctorante en sociologie au CRESPPA, Université Paris 8
et Marie Sonnette Maîtresse de conférences en sociologie, Université d’Angers :
« Légititimation et illégitimation du rap : musique et pratiques populaires en procès »
15h – échanges


15h15 : pause


15h30 : Littérature et populaire
15h30 : Déborah Cohen, Maîtresse de conférences en Histoire moderne, Université de Rouen-
Normandie (Grhis) : « Le peuple est-il vertueux ? Individus et groupe populaire dans une
littérature sentimentaliste fin XVIIIe »
15h45 : Irène Langlet, Professeure de littérature contemporaine, Université Gustave Eiffel,
(EA LISAA) : « L’émotion littéraire peut-elle être populaire ? L’exemple d’un cours de licence
sur le thème du travail dans la littérature contemporaine »
16h – échanges et perspectives
*

Le Baiser : séance à la Nef !

 

Jeudi 25 novembre à 14 h aura lieu la deuxième séance du séminaire “Le Baiser”. Cette séance aura lieu à la “Nef”, Bibliothèque du Centre Ville, 1, place du Théâtre.

Pour cette séance double, nous entendrons parler de baiser interrompu dans le théâtre français du XIXe siècle, version tragique, version comique.

Nous accueillerons à cette occasion Florence Fix (Université de Rouen) et Corinne François-Denève (de l’Université de Bourgogne).

Venez nombreuses et nombreux !

Séminaire culture LmM 2021-2022 : Baisers

Bonjour à toutes et à tous. Après plus d’une année de fermeture, c’est avec un plaisir non dissimulé que nous ouvrons à nouveau notre carnet de recherche, pour vous annoncer le programme de notre séminaire. Pour l’instant, voici le programme du premier semestre :

 

BAISERS

 

21 octobre 2021 (salle des conseils MSH Dijon) : introduction

Vanessa Besand (Université de Bourgogne – CPTC) : Les baisers de Blanche Neige

Henri Garric (Université de Bourgogne – CPTC) : Baisers absolus et baisers burlesques dans la littérature du XIXe siècle et dans le cinéma muet.

 

25 novembre 2021 (salle à préciser) :

Florence Fix (Université de Rouen) et Corinne François-Denève (Université de Bourgogne, CPTC) : « Le baiser interrompu dans le théâtre français du XIXe siècle ».

 

16 décembre 2021 (forum des savoirs, MSH Dijon) :

Lisa Sancho (Université de Bourgogne, CPTC) : Galehaut, maître des baisers ? Fortunes d’un chevalier entremetteur et amoureux, du Moyen Âge à nos jours.

Elara Bertho : Histoire de baisers. En 3 palimpsestes littéraires – choix de baisers dans la littérature africaine (CNRS LAM)

 

Notez bien les dates, nous vous attendons nombreux et nombreuses. Les séances seront probablement retransmises en visio, mais elles seront bien entendu plus intéressantes à vivre en chair et en os !

Nous parlerons donc de baisers ! Petite explication ici :

 

Nous sortons d’une période où, pour lutter contre une pandémie, une pratique sociale s’est vue frapper d’un interdit radical : promouvant les gestes barrière, le ministère de la Santé déconseille vivement la bise jusqu’à nouvel ordre. L’interdit touche ici un élément anthropologiquement fondamental. Dans l’espoir que l’année 2021-2022 voie un retour à la normale en nous permettant de tenir en présence notre séminaire de recherche et de nous faire à nouveau la bise, nous avons voulu faire de cette pratique le centre thématique de notre nouveau séminaire. Le baiser a déjà fait l’objet d’études importantes articulant littérature, sociologie et anthropologie – on pense ici notamment aux livres dirigés par Alain Montandon, Les Baisers des lumières et Le Baiser. Le corps au bord des lèvres. Nous reprendrons cette année cette approche en la déplaçant vers les corpus abordés par l’axe Littérature, arts mineurs, Arts Majeurs.

Du fait de son importance dans les pratiques et les intrigues sentimentales, le baiser joue un rôle essentiel dans les romans, les romans photos, les bandes dessinées, mais surtout bien sûr à l’écran. Il s’est figé en un stéréotype qui triomphe dans le cinéma hollywoodien et qui associe le climax d’une intrigue amoureuse à une pause spectaculaire appuyée d’un accompagnement musical adéquat. Il s’agira pour nous de voir comment ce cliché se développe dans l’histoire des arts jusqu’au cinéma (jouant en particulier de la censure portée par le code Hays), comme il circule innocemment ou sous des formes plus ou moins critiques qui vont jusqu’à la parodie (on pense par exemple aux difficultés à embrasser simplement dans les films burlesques des années 1910-1920). On réfléchira aussi à la façon dont cette circulation massive du baiser dans les arts et les médias de masse modernes s’articule aux types de baisers (osculum, suaevium, baesium) et aux pratiques littéraires déjà bien étudiées dans la littérature classique. On s’interrogera en particulier sur tout le continuum des pratiques qui mène de pratiques sociales de politesse à l’érotisme et à la sexualité. On n’oubliera pas que le baiser n’est pas une pratique universelle et qu’il doit toujours être mis en regard des saluts et politesses construites dans des sociétés extra-occidentales et qu’à l’intérieur même de la culture occidentale il peut être contesté par d’autres pratiques (des hugs aux checks). Enfin, on portera une réflexion intermédiale sur la représentation du baiser, pris entre exposition spectaculaire (de la photographie au cinéma en passant par le théâtre) et sensations délicates du toucher, traduites par la métaphore et l’image dans sa dimension haptique.

On ne négligera pas non plus l’interrogation sociale et politique qui porte sur ces pratiques. De nombreuses voix se sont élevées contre le caractère imposé dans le milieu du travail de la bise, de la dissymétrie genrée qu’elle implique bien souvent et ont vu dans la crise sanitaire une occasion d’affirmer la possibilité du choix individuel dans ce domaine. Plus encore, du baiser du prince à Blanche Neige aux harcèlements de Pépé le Putois (Pepe the Pew), la pop culture est prise dans l’interrogation sur le consentement qui traverse les pratiques sociales – nous nous efforcerons d’articuler cette interrogation aux descriptions du stéréotype et de ses reprises. On interrogera enfin le rôle que joue le baiser dans la stratégie du coming-out. Des baisers échangés par des personnages masculins dans les dessins animés des Looney Tunes aux spectaculaires baisers échangés par des super-héros dans l’univers des comics, le baiser équivaut à l’affichage d’une orientation sexuelle jusque-là cachée.

Annulation du séminaire culturaliste pour l’année 2019-2020

Suite aux incertitudes sanitaires qui pèsent sur nos activités et suite aux annulations qui ont déjà eu lieu, nous annulons toutes les séances du séminaire pour l’année 2019-2020. Nous annulons donc en particulier la séance “Game of Thrones” prévue demain soir et la séance “marionnettes” prévue jeudi.

Avec toutes nos excuses,

L’équipe du séminaire.

Deuxième séance séminaire “Dire le peuple, parler au peuple”

Dans le cadre du séminaire “Dire le peuple, parler au peuple”, jeudi 12 mars, à 14 heures, nous recevrons Hélène Beauchamp, maîtresse de conférences à l’Université Toulouse Jean Jaurès, autour de “Les marionnettes : un art populaire ?” (amphithéâtre de la MSH).
 
La première saison de ce séminaire a été bousculée par les grèves et annulations diverses, mais nous vous attendons nombreuses et nombreux pour la reprise de nos travaux !
 

Soirée Game of Thrones

Dans le cadre du séminaire culturaliste de l’axe LmM du CPTC “Dire le peuple, parler du peuple” nous organisons mercredi 11 mars à partir de 18 heures une soirée autour de la représentation du peuple dans la série Game of Thrones – deux épisodes choisis et commentés par Geoffrey Pauly seront diffusés avant une discussion collective. Elle aura lieu dans l’amphithéâtre du Pôle Économie et Gestion. Venez nombreux et nombreuses à cet événement qui relance notre saison !
 

Séminaire culturaliste “Dire le peuple, parler au peuple”. Première séance

Après un lancement manqué, le jeudi 14 novembre aura lieu, de 14 h à 17 h, dans l’amphithéâtre de la MSH, la première séance du séminaire culturaliste “LmM” : “Dire le peuple, parler au peuple”.

Nous y entendrons :

Jean-Luc Martine (Université de Bourgogne) et Virginie Brinker (Université de Bourgogne) pour une introduction à la notion de peuple.

 

Nous vous y attendons nombreux et nombreuses !

Séminaire culturaliste LmM 2019-2020

Le séminaire culturaliste LmM reprend ! Pour l’année 2019-2020, et sans doute la suivante, il portera sur les rapports au peuple et au populaire, avec le titre suivant : “Dire le peuple, parler au peuple”.

Le programme est presque arrêté :

« Dire le peuple, parler au peuple »

17 octobre : Le peuple : définitions (introduction par Virginie Brinker ; approche historique par Déborah Cohen – Université de Rouen)

14 novembre : Éduquer le peuple (Jean-Luc Martine – Université de Bourgogne)

19 décembre : L‘opéra : (comment) peut-on sortir du préjugé d’élitisme ? (Timothée Picard – Université de Rennes II )

13 février : Les processus d'(Il)légitimation du rap : analyse des traitement médiatiques et juridiques des paroles populaires. (Marie Sonnette – Université d’Angers – et Emmanuelle Carinos – Université Paris 8)

12 mars : Marionnettes : un art populaire ? : (Hélène Beauchamp – Université de Toulouse-Le Mirail)

9 avril : La littérature du XXIe siècle peut-elle parler du peuple et au peuple ? (Corinne Grenouillet – Université de Strasbourg).

Organisateurs, organisatrices : Vanessa Besand, Virginie Brinker, Corinne François-Denève, Henri Garric, Pascal Vacher

Amphithéâtre de la MSH (Université de Bourgogne – Dijon) de 14 h à 17 h.