Tous les articles par Henri Garric

Séminaire « Chanson populaire : pop et folk songs, tubes et zinzin » Saison 2 – Troisième séance

Bonjour à toutes et à tous,

Jeudi 14 mars aura lieu de 14 h à 17 h la prochaine séance du séminaire culturaliste de l’axe LmM du CPTC. Nous y accueillerons Sophie Rabau (Université Paris III) qui nous parlerons de Carmen : “Surprise de Carmen : conversation avec mezzo-soprano et habaner-ah !”. Cette séance donnera lieu à une performance avec la mezzo-soprano Mariane Seleskovitch.

Nous vous attendons nombreuses et nombreux à l’Amphithéâtre de la MSH Université de Dijon !

Appel à Communication Pif le Chien

Appel à communications

Colloque international – Pif le chien, histoire, politique, esthétique : regards croisés

Université de Bourgogne Amphithéâtre de la MSH de Dijon

8-9 octobre 2019

Le projet PIFERAI (Pif dans tous ses états : recherches, archives, interdisciplinarité) a permis de mener à bien, durant l’automne 2018, la numérisation complète des strips de Pif le chien parus dans L’Humanité de 1948 à 1968. Un premier groupe de chercheur·euse·s, rassemblant des historien·ne·s, des littéraires, des historien·ne·s de l’art, des sociologues, a déjà proposé une approche analytique complète de ce corpus, croisant les interrogations esthétiques, historiques et politiques. Il s’agissait à la fois d’évaluer le langage esthétique spécifique des strips composant les Aventures de Pif le chien (la mécanique du gag, l’usage de la saisonnalité, la technique du dessin, la représentation anthropomorphe des personnages, la conscience réflexive de ces principes esthétiques) et de comprendre les impacts de ce langage sur les enjeux politiques et sociologiques qui se font jour : quel statut de l’enfance dans ce médium destiné à des lecteur·rice·s mineur·e·s ? quelle représentation de la famille nucléaire ? quelle représentation de ses loisirs et de ses pratiques ? quelle présence de l’actualité et de la politique dans un contexte fictif et imaginaire ?

L’ouverture de ces travaux à un groupe plus large de chercheur·euse·s prétend compléter cette première approche, essentiellement interne, du corpus à une approche plus large et plus complète. Un travail d’analyse externe est à mener. On attend notamment des propositions :

  • sur le destin éditorial de Pif le chien. Initialement édités dans L’Humanité, les strips ont en effet été repris sous diverses formes, dans la revue Vaillant, à partir de 1948, revue devenue Vaillant, le journal de Pif, à partir de 1966, puis dans la revue Pif gadget, à partir de 1969 ; parallèlement, les strips ont été repris en volume dans Les Aventures de Pif, ainsi que dans L’Almanach de l’Humanité (ces deux corpus ont en partie été numérisés lors du projet PIFERAI). La place des strips dans ces nouveaux supports médiatiques pourra être interrogée. De même, une approche plus historique de ces éditions – choix économiques, acteurs impliqués, etc. – pourra être proposée. On pourra en particulier étudier, d’un point de vue historique, les interactions entre la rédaction de L’Humanité, celle de Vaillant, et le milieu politique du Parti Communiste Français.
  • sur les modèles esthétiques actualisés par Pif le chien. Les modèles de José Cabrero Arnal ont déjà été évoqués, mais une enquête plus complète est nécessaire : comment le dessinateur et ses successeurs utilisent-ils la tradition américaine du family strip ? quelle connaissance et quel usage ont-ils de la bande dessinée comique animalière américaine et française ? quelle utilisation en particulier est-il fait du modèle disneyen (on a noté en particulier l’utilisation de la structure des Silly Symphonies, avec l’usage des rimes de mirliton, ou l’usage du dessin animalier) ? Quelle importance du milieu de la presse espagnole, dont José Cabrero Arnal est issu ?
  • sur les interactions de Pif avec le milieu de la bande dessinée française et belge dans les années 1950 et 1960 : comment la création bédéique de cette époque s’inspire-t-elle du modèle pifien ? Quel héritage de Pif dans la bande dessinée après 1969 ?
  • sur les transferts et circulations : il s’agirait non seulement de travailler sur les origines de Pif mais aussi sur lesreprises de Pif en URSS ou dans les démocraties populaires.
  • sur le bain culturel dont se nourrit Pif : on a noté les multiples citations de chansons dans les dialogues du strip. Plus largement, on pourra réfléchir à toutes les références culturelles que Pif convoque, aux manipulations qu’il leur impose, à l’usage esthétique par lequel elles les détourne.
  • Sur la diffusion de Pif : diffusion militante et abonnements. Comment le PCF organise-t-il la distribution et la promotion de Pif.
  • sur la réception : Pif a connu un immense succès, non seulement dans le milieu des communistes français, mais de façon plus large dans l’ensemble de la jeunesse des années 1960 puis 1970. Il a en conséquence été l’objet de réécriture, de caricature, de représentations diverses. Leur étude pourra être complétée par une étude des produits dérivés nombreux qu’il a suscités (jouets, jeux, affiches, verres, tasses, etc.) : Pif joue un rôle essentiel dans la culture matérielle des années 1950 et 1960.
  • sur les contenus politiques et historique : on pourra ajouter aux études déjà menées (allusions politiques, vie dans le pavillonnaire petit-bourgeois, jeux et activités enfantines, relations familiales, loisirs et activités sportives) des études portant sur la culture matérielle mise en scène dans les strips (représentation de la nourriture, représentation du travail, formes des pratiques culturelles).

Précision importante : notre travail porte essentiellement sur Pif le chien de 1948 à 1969, donc pas sur Pif gadget. Des interventions proposant des ouvertures ponctuelles pourront être acceptées, mais pas des interventions portant seulement sur l’époque Pif gadget.

Les propositions devront être adressées avant le 15 mai 2019 à :

Henri Garric : henri.garric@u-bourgogne.fr

Jean Vigreux : jean.vigreux@u-bourgogne.fr

Croquer l’actualité – 50 ans de dessins de presse et de BD Reportage

La semaine prochaine, le CentreInterlangue TIL organise à l’Université de Bourgogne , à l’Amphithéâtre de la MSH, un colloque consacré notamment à la BD Reportage. On y entendra plusieurs chercheurs importants dans le domaine de la bande dessinée (Jan Baetens, Pierre Fresnault-Deruelle, Jean-Paul Gabilliet, Laurent Gerbier, Philippe Marion). Henri Garric y interviendra, sur la place des reportages comiques dans La Revue dessinée. Venez nombreux·ses !

Séminaire « Chanson populaire : pop et folk songs, tubes et zinzin » Saison 2 – Journée d’étude « Aragon et la chanson »

C’est dans deux semaines mais l’événement est suffisamment important pour qu’on en fasse la publicité dès maintenant : le 14 février, amphithéâtre de la MSH de Dijon, une belle journée d’étude co-organisée par l’axe LmM du CPTC et par le Centre Interlangues TIL :

Séminaire « Chanson populaire : pop et folk songs, tubes et zinzin » Saison 2 – Séance exceptionnelle Fabcaro. Enregistrement !

Vous avez manqué la séance Fabcaro et vous vous en mordez les doigts !

Eh bien, exceptionnellement, vous avez droit à un rattrapage : l’entretien a été enregistré sur radio campus Dijon. Il s’agit de l’émission du 14/12/2018 à 16 heures. Bonne écoute !


http://radiodijoncampus.com/redactionnelles/les-conferences/

Journée d’études : PIFERAI (Pif, dans tous ses états : recherches, archives, interdisciplinarité)

Journée d’études : PIFERAI (Pif, dans tous ses états : recherches, archives, interdisciplinarité) Vendredi 21 Décembre 2018, 10:00 – 17:00

Pour Noël, l’axe LmM s’associe aux historiens pour une première exploration de l’univers de Pif le Chien. Venez nombreux et nombreuses pour cette dernière journée de l’année !


Organisateurs : Henri Garric (CPTC, uB) et Jean Vigreux (CGC UMR CNRS uB 7366)

Au début de la Guerre froide (en 1948) Jose Cabrero Arnal (qui signe Claude Arnal), républicain espagnol exilé qui revient du camp de concentration de Mathausen (libéré le 5 mai 1945) crée pour l’Humanité un feuilleton dessiné, Pif le Chien. Les pages paraissent aussi bien dansl’Humanité que l’Humanité-Dimanche ; il est aussi publié dans Vaillant. Mais « Pif le chien », est aussi repris par d’autres dessinateurs, selon une logique sérielle commune aux héros de bande dessinée d’après-guerre (Spirou, notamment) : c’est l’esprit d’équipe et la logique éditoriale de Vaillant qui priment.

L’approche pluridisciplinaire se propose d’analyser le corpus numérisé des strips de Pif le chien aussi bien dans sa dimension formelle (construction des planches, articulation textes/images) que thématique. Il s’agira de voir comment une bande dessinée héritée de la bande dessinée familiale des années 1920-1930 (en France et aux Etats-Unis : family strip) articule l’adresse à un public enfantin (caractérisée par l’usage du dessin anthropomorphique et la logique du gag) à la volonté d’éducation populaire et politique. Au sein des thèmes on retiendra la culture de Guerre froide, mais aussi des sujets graves (manque de nourriture, logement, problèmes des classes et des disparitions des richesses, sans oublier les loisirs de masse comme le Tour de France, etc.). Le projet articule ainsi une réflexion esthétique et sociale sur la place des arts mineurs dans la culture contemporaine avec une approche de sociologie historique et politique.


Programme :10 h 00 – Accueil : Henri Garric et Jean Vigreux

Henri Garric :
Usages du gag dans « Pif le chien »
Emmanuelle Rougé :
La relation enfant-animal dans « Pif le chien »
Vincent Chambarlhac :
Pif peintre : quelle peinture à l’heure où New-York vole l’idée d’art moderne ?
Bertrand Tillier :
Pif, chien anthropomorpheTable-ronde : « Pif le chien » et le strip comique dans la France d’après-guerre

13 h 30 :Jean Vigreux :
Un peu de politique dans « Pif le chien » ?

Jessica Kohn :
Le pavillon de Pif : la mise en scène du confort des Trente Glorieuses

Sébastien Laffage-Cosnier, Lucas Profillet, Christian Vivier :
« Pif le chien » sportif : un reflet des représentations des activités corporelles des Trente Glorieuses ? Étude exploratoire

Irène Leroy-Ladurie :
Pif, de père en fils : l’intimité d’un chien
Table-ronde : Société et politique dans « Pif le chien »

Entrée libre, gratuite, sans inscription,
dans la limite des places disponibles

Séminaire « Chanson populaire : pop et folk songs, tubes et zinzin » Saison 2 – Séance exceptionnelle Fabcaro.

Jeudi 13 décembre, le séminaire culturaliste propose une séance exceptionnelle. Dans le cadre d’une réflexion sur les rapports entre bande dessinée et chanson, nous recevrons en effet le dessinateur Fabcaro, auteur d’albums qui ont connu un vif succès ces dernières années : Zaï zaï zaï (6 pieds sous terre éditions, 2016), Moins qu’hier (plus que demain) (Glénat, 2018).

La présentation sera effectuée par Irène Leroy-Ladurie (Université de Bourgogne) et Henri Garric (Université de Bourgogne). Elle aura lieu exceptionnellement à 17 heures, dans l’amphithéâtre du site Chabot-Charny de l’Université de Bourgogne (36, rue Chabot-Charny). https://www.google.com/maps/place/Universit%C3%A9+de+Bourgogne/@47.319333,5.0409677,17z/data=!4m5!3m4!1s0x0:0x8191314dee33703f!8m2!3d47.3190277!4d5.0431671

Nous vous attendons très nombreux et nombreuses pour cet événément exceptionnel !

Les chercheurs de LmM parlent du geste à Angoulême

Demain matin, Irène Leroy-Ladurie et Henri Garric participent au colloque “Gestes et bande dessinée” qui se tient à l’auditorium du Musée de la bande dessinée. D’un côté, apprentissage du geste chez Bastien Vivès, de l’autre, doigts d’honneur et rire.

http://www.citebd.org/IMG/pdf/programme_rencontres_de_la_bd_2018_-_web-2.pdf

Venez nombreux et nombreuses !

Séminaire « Chanson populaire : pop et folk songs, tubes et zinzin » Saison 2 – Deuxième séance

Bonjour à toutes et à tous,

La semaine prochaine aura lieu la deuxième séance de l’année de notre séminaire culturaliste. Nous y entendrons :

Pascal Vacher (Université de Bourgogne) : “L’usage de la chanson et la tentation de la comédie musicale chez Jean-Luc Godard”.

et Nathalie Mauffrey (Université de Bourgogne) : “la chanson dans l’oeuvre d’Agnès Varda : évocations d’une vocation”.

La séance aura lieu jeudi 22 novembre à 14 heures à l’amphi de la MSH.

Venez nombreux et nombreuses !

Séminaire « Chanson populaire : pop et folk songs, tubes et zinzin » Saison 2 – Première séance : LES PLAYLISTS !!!!

Je sais que vous étiez inquiets et inquiètes et vous demandiez si la nouvelle année avait abandonné le principe des playlists. Certainement pas et même, pour la séance de jeudi prochain, les deux interventions proposent deux très belles playlists que vous aurez à coeur d’écouter attentivement avant de venir nous entendre :

Pour l’intervention de Françoise Salvan-Renucci vous écouterez une belle sélection des chansons d’Hubert-Félix Thiéfaine : https://www.youtube.com/watch?v=N58rejcSAWM&list=PLeqtDo-HEfMSHu6zTlLa4ArFvqtcNn39d

Pour l’intervention de Gabriel Gaudette, vous avez le droit à une anthologie du rap québecois : https://www.youtube.com/watch?v=k_mcB5MThUk&list=PLeqtDo-HEfMROEjvoeumUE9npfoDmM2dK

Bonne écoute à toutes et à tous ! Et à jeudi prochain !


Séminaire “Chanson populaire : pop et folk songs, tubes et zinzin” Saison 2 – Première séance

Bonjour à toutes et à tous,

La semaine prochaine aura lieu la première séance de l’année de notre séminaire culturaliste. Nous y entendrons :

Gabriel Tremblay-Gaudette : “Parler vrai, les identités linguistiques et culturelles du rap québecois”

et Françoise Salvan-Renucci (Université de Nice) : “chanteur de rock” et “poète illusoire”: le projet artistique de H.F. Thiéfaine et sa traduction dans le discours poétique et musical de ses chansons.

Attention : remarquez que le titre de la deuxième intervention a changé par rapport au programme initial !

La séance aura lieu jeudi 25 octobre à 14 heures à l’amphi de la MSH.

Venez nombreux et nombreuses !

C’est bientôt la rentrée

C’est bientôt la rentrée pour le séminaire de LmM. Alors, pour vous faire patienter, je vous livre l’extrait d’un article publié dans Le Figaro littéraire en 1960 à propos du roman de Marguerite Duras Dix heures et demie du soir en été. Article étonnamment perspicace sur certains points, qui réactive des poncifs misogynes sur la lecture et l’écriture sur d’autres points – mais sa façon de placer l’oeuvre de celle qui va devenir une expérimentatrice de l’écriture, au seuil des années 1960, dans la lignée de la chanson populaire française et de lire in fine l’oeuvre de Piaf comme équivalente de celle de Duras ou d’Hemingway ne peut que nous réjouir. Bonne fin d’été à toutes et à tous et à très bientôt pour le programme de l’année 2018-2019 !

« Que chante aujourd’hui Mme Bovary ? Elle chante l’amour parfait, qui se prouve par le sang et dont finalement, plus réservée et plus désabusée que l’héroïne de Flaubert, elle se tient à l’écart en sirotant verre de rouge sur verre de rouge ou cognac sur cognac. […] Nous connaissant bien [le personnage fascinant du criminel par amour] par la chanson et par les romans sentimentaux, ce forçat innocenté par l’amour, cet assassin qui a tué parce qu’il était trahi, prouvant ainsi qu’il est de ceux qui peuvent aimer. […] En feuilletant les romans d’aujourd’hui, et surtout des romans féminins, il me semble parfois reconnaître des voix ou percevoir des correspondances de timbre à timbre : est-ce que les grandes dames des lettres et les grandes dames de la chanson ne raconteraient pas souvent la même histoire sur le même air ? […] En lisant le dernier roman de Mme Marguerite Duras, Dix heures et demie du soir en été, j’étais obsédé par le souvenir d’une rengaine, jusqu’au moment où il m’a semblé que c’était évident : Mme Marguerite Duras, c’est Édith Piaf. Qu’on ne prenne pas ici rengaine en mauvaise part : c’est un mot auquel la chanson populaire a donné ses lettres de tendresse, et je pense que Mme Marguerite Duras elle-même sait ce qu’il entre dans son art de complainte et d’invocation. […] De même que dans un mouvement d’autocritique Mme Edith Piaf chantait il y a quelques années “c’est toujours la même chanson”, il est temps de reconnaître que Mme Marguerite Duras écrit maintenant toujours le même livre. Les Petits Chevaux de Tarquinia, Le Square, Moderato cantabile, Dix heures et demie du soir en été sont quatre épreuves de la même image. Une femme rencontre un homme, elle lui parle, elle entend au fond d’elle-même un certain appel, elle n’y répond pas ou pas assez, et les deux vies un instant rapprochées s’éloigneront à nouveau l’une de l’autre. Les romans de Mme Duras ne sont ni des romans de l’ennui ni des romans d’amour : ils sont des romans de l’amour vécu par les autres, et c’est bien ce que Piaf a chanté souvent. De l’autre côté de la rue, il y a une fille heureuse, c’est-à-dire précisément qu’entre moi et l’amour il y a cette rue infranchissable. Ou bien cette autre très belle chanson “Les Amants d’un jour” où l’idylle banale et sanglante est racontée par celle qui reste à la porte de l’amour, la bonne de l’hôtel, celle qui essuie les verres, dont tout le drame est exprimé à la fin par une seule notation bien digne de l’art d’un Hemingway ou d’une Marguerite Duras : elle casse un verre. »

https://www.youtube.com/watch?v=t9RbvsfP0n8

Robert Kanters dans Le Figaro littéraire 20 août 1960.