Tous les articles par Anne Grand d'Esnon

Compte rendu de la journée d’étude « Plaisir de lire » à l’ENS de Lyon

Comme l’a souligné Christine Détrez en introduction, l’initiative de cette journée d’étude était guidée par une volonté de décloisonner les disciplines en faisant dialoguer sociologie, littérature comparée et sciences de l’éducation, en dépit de la méfiance réciproque qu’entretiennent en particulier la sociologie et la littérature. Il s’agissait à l’occasion de cette journée d’étude sur le « plaisir de lire » d’interroger des dichotomies qui semblent à première vue évidentes : légitimité et sérieux des lectures savantes ou scolaires d’un côté, implication personnelle et identificatoire des lectures ordinaires de l’autre. La journée d’étude proposait de prendre au sérieux le plaisir de lire,  en montrant qu’il engage l’identité, l’altérité, l’émancipation, des sociabilités.

Anne-Claire Marpeau, doctorante en littérature comparée et co-organisatrice de la journée avec Élodie Hommel, doctorante en sociologie, a insisté sur l’intérêt de cette thématique qui renvoie à une expérience commune aux organisatrices, littéraires comme sociologues, et qui permet d’articuler pratique et perspective théorique. Le constat de départ est celui d’un sentiment d’un fossé grandissant au cours de l’itinéraire de ces chercheuses entre des lectures de loisir et des lectures professionnelles, entre le plaisir gratuit et ce qui peut être rentabilisé : on apprend à ne pas mentionner certains de nos titres favoris avec tout le monde et à ne pas exprimer toutes les pensées que font naître la lecture. Cet itinéraire amène en même temps à éprouver la complexité du plaisir, qui ne vient pas forcément d’un désir de lire : on peut découvrir le plaisir d’un texte avec l’étude ; inversement, on peut vouloir lire un livre et le refermer avant la fin.

En se situant dans un contexte général de revalorisation de la lecture identificatoire, les organisatrices ont proposé d’interroger la place de ce plaisir de lire : le plaisir de lire, qui provoque une émotion, a-t-il réellement une place dans l’expérience étudiante et enseignante ? Pourquoi seule l’expérience esthète est-elle mise en avant, alors même que les études que l’on fait sont souvent motivées par ce plaisir ?

La journée d’étude interrogeait dans un premier temps le plaisir de lire en relation avec les différents usages de la lecture. Dans un deuxième temps, il s’agissait de replacer le plaisir de lire dans les réseaux de sociabilités qui accompagnent la lecture. La dialectique entre identité et altérité dans la lecture était interrogée dans un troisième temps. Enfin, Hélène Merlin-Kajman concluait la journée d’étude en interrogeant les enjeux du plaisir de lire du point de vue de la transmission des œuvres.

Continuer la lecture de Compte rendu de la journée d’étude « Plaisir de lire » à l’ENS de Lyon