Colloque International Pif le chien – Compte-rendu de la première journée

En guise de mot de présentation en ouverture du colloque, Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, revient sur la genèse du projet Pif, un travail de plus d’un an, fruit de la rencontre entre différentes disciplines : littérature, histoire contemporaine, histoire du sport, des loisirs, de la presse enfantine, etc. Le colloque international « Pif le chien » des 8 et 9 octobre 2019, qui s’est tenu à la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université de Bourgogne à Dijon, a réuni des chercheurs et chercheuses qui se sont penché·e·s sur les publications de la période 1948-1968, grâce au formidable travail de numérisation d’un corpus de 7000 strips et 28000 images sur la plateforme ADN (Archives – Documentation – Numérisation), qui permet d’imaginer une future exposition.

Jean Vigreux annonce que l’importance de Pif Gadget dans la France des années 1970-1980, ou encore la réception de Pif en Roumanie ou en Bulgarie, pourront faire l’objet d’un prochain rendez-vous. Pour l’heure, les intervenants et intervenantes du colloque se sont attaché·e·s aux questions de poétique, aux aspects linguistiques, aux mécanismes du gag et du comique, au dessin anthropomorphique, au destin éditorial de Pif, aux enjeux de réception de l’imaginaire de Pif dans la mémoire intime et collective, à la portée du message de Pif dans la société française et dans la culture communiste dans le contexte de la guerre froide et dans la logique des Trente Glorieuses – ce qui amène à penser le rapport à la propriété, aux loisirs ou au sport. Dix communications qui tendent à montrer que Pif, c’est pour rire, mais pas seulement.

Le présent billet rend compte des trois interventions de la première journée de colloque organisée autour de deux axes : « Poétique et origines » et « Questions d’édition ».

Henri Garric (Université de Bourgogne, CPTC) : Pif le chien : répétitions et saisonnalités du « strip » quotidien

Au sein de l’axe Littérature, art mineur, art majeur (LmM) du CPTC, Henri Garric a l’habitude de travailler sur les petits objets. L’étude de Pif relève d’une logique tout à fait mineure (les petits objets que sont les strips à 4 cases), mais à l’intérieur d’un corpus démesuré de presque 7000 strips. Il introduit sa communication par l’expérience de lecture utopique et anormale que représente cette immersion de quelques semaines dans le corpus intégral des strips publiés quotidiennement dans l’Humanité durant vingt ans. Cette expérience de lecture, à contre-courant de la façon normale de consommer les strips, n’est pas exempte d’un effet de lassitude et de répétition, mais permet de percevoir de façon précise le fonctionnement des gags. Henri Garric a par ailleurs proposé une typologie du gag lors de la seconde journée de colloque.

Les strips comportent quatre cases. Le plus souvent, la troisième case sert de moment de basculement : la situation est retournée après une une explosion, une onomatopée, un choc, une bagarre. Ce renversement signe presque systématiquement l’effet de gag. Pour les deux dessinateurs de Pif, Jose Cabrero Arnal jusqu’en 1959 puis Roger Mas, le défi est de taille : se renouveler tous les jours sans tomber dans la répétition et le bégaiement. Henri Garric propose d’examiner la logique de répétition-variation et de saisonnalité. De la même manière que dans Little Nemo in Slumberland de Winsor McCay, la saisonnalité est marquée par le retour d’événements et de thématiques en fonction du calendrier : Noël, Nouvel An, le passage des saisons, les vacances, etc. Chez Pif, le tour de France, la fête de l’Huma et le salon de l’automobile font partie de ces événements qui rythment l’année et donnent lieu à des séries de strips unifiés autour d’une thématique, contrairement au reste de l’année où les gags s’enchaînent sans rapport les uns avec les autres. Il s’agit surtout de dates familiales qui concernent directement le rapport aux enfants, comme Noël, la Chandeleur, Mardi Gras ou les vacances.

Outre ces dates, les strips indiquent et jouent du passage des saisons. Les sports d’hiver et les vacances à la plage dans le Sud de la France font l’objet de gags récurrents et permettent de fonctionner en séries et en petits récits avec un milieu, un début et une fin. Le gag sort alors de son quotidien répétitif dans le pavillon familial.

Ce principe de petites séries est dupliqué dans des logiques thématiques comme l’épisode du rhume, qui court sur quatre jours de la semaine. Un autre exemple de thème permettant un effet de suite est celui du gag fonctionnant sur le principe de l’objet résistant, comme le gag de la saucisse que Pif ne parvient pas à couper sans qu’elle ne s’échappe, du lundi au samedi, selon une répétition comique. Il arrive que les répétitions surviennent à quelques années de distance avec des variations, comme le gag de la glace et du ventilateur, ou celui de Pif boxant son ombre. Henri Garric a repéré quatre cas d’images reproduites à l’identique, avec le même numéro de série, et seulement une dizaine de gags déplacés avec des variations, ce qui est très peu en vingt ans de strips. Malgré une production immense, Pif ne tombe jamais dans la routine.

Irène Leroy-Ladurie (Université de Bourgogne, CPTC) : Généalogie des vers de mirliton dans les strips de Pif

Irène Leroy-Ladurie introduit son propos en pointant le préjugé selon lequel la bande-dessinée serait essentiellement un récit par l’image, le texte étant perçu comme un élément de second plan qui pourrait même alourdir ou desservir l’œuvre. Pourtant, entre 1947 et 1952, Arnal collabore sur Pif le chien avec le dialoguiste Pierre Olivier, qui est aussi un parolier. Cette collaboration permet-elle d’identifier une marque d’auteur ? Les mémorialistes de Pif ont abondamment commenté et salué la présence de vers dans les dialogues, qu’ils brandissent comme ce qui ferait l’originalité, voire le succès, de la série. Quels sont les mécanismes propres à cette versification ? Pourquoi trouve-t-on de la versification dans des strips pour enfants au sortir de la guerre ? Cet humour verbal qui fait partie de l’humour de Pif et s’inscrit dans la tradition de la bande-dessinée francophone nous invite à ne pas laisser de côté les textes et leur poétique.

Entre chantefables, comptines, proverbes et vers de mirliton – c’est-à-dire des vers courts, de faible qualité et aux rimes assez attendues –, les strips de Pif se présentent parfois comme un véritable bazar sonore. Irène Leroy-Ladurie a sélectionné et commenté précisément certains exemples très significatifs : un strip comportant un poème aux abeilles en forme de chantefable (hexasyllabes, thème animalier, reprise de la rime en -eur) ; des bulles travaillées par des assonances et des allitérations (« Cessez sangsues de sucer mon sang ») ; des cas d’alexandrins ; des rimes marquées graphiquement – comme en poésie – par un retour à la ligne, avec un amusant contraste entre l’enflure de l’usage pédant du vers et la pauvreté et la maladresse du langage de Pif. On relève aussi des pastiches et des jeux avec le canon littéraire et scolaire, comme la reprise parodique de Rimbaud dans un strip écrit en vers de mirliton où Pif se nomme « alchimiste du vers » après avoir confectionné une potion d’invisibilité. C’est en même temps un clin d’œil à la culture fantastique (l’homme invisible). Le lecteur adulte peut également reconnaître l’usage de la veine paillarde, le texte jouant sur les registres mais en effaçant toute vulgarité. Dans un strip entièrement construit sur une paronomase autour du mot « neige », la référence évidente au Cid de Corneille et au théâtre tragique bascule dans le registre de la chanson à boire à mesure que le personnage s’enivre, la chute corporelle mimant la chute verbale et poétique. La liberté de ton que s’autorise Pierre Olivier, l’usage du pastiche et de l’argot, la confrontation des registres de langue, la double énonciation, sont peut-être liés à l’autonomie dont il disposait sachant qu’Arnal ne maîtrisait pas bien le français. On note en tout cas une recherche de poétisation.

Dans un second temps de son analyse rythmé par les réjouissants exemples des « rimes en pouf » et du « boudin à la trichinose » , Irène Leroy-Ladurie montre comment les vers se logent dans les plis de l’enfance, ou comment la gaieté, le burlesque et les fables joyeuses marquent l’imaginaire de Pif. Il y a de nombreux jeux mémoriels sur les fables connues de La Fontaine, comme pour revendiquer une culture nationale face à l’américanisation. Enfin, la chercheuse propose des hypothèses concernant les potentielles origines et inspirations de l’usage de la versification dans les strips pour enfants, depuis la tradition des garnements impossibles de Pim Pam Poum de Rudolph Dirks (The Katzenjammers Kids) jusqu’aux vers de la « symphonie folâtre » publiée dans le journal de Mickey, bien qu’une référence à Disney dans un journal communiste n’aille pas forcément de soi. Mais il est possible d’y voir également l’influence du renouveau de la versification et de la rime dans la poésie des années 1940 après les expérimentations du surréalisme dans le contexte de crise de l’occupation allemande. Aragon tente par exemple de donner un nouveau souffle à la poésie nationale au service de la résistance. Or, Pierre Olivier a été résistant et a été emprisonné, comme Arnal. Une autre hypothèse est à chercher du côté du renouveau de la poésie française de cette époque grâce à la chanson. De fait, les textes de Pif sont émaillés de nombreuses références à la chanson populaire.

Maël Rannou (auteur, critique et éditeur de bande-dessinée) : D’un support à l’autre, usage et perception des « strips » Pif

Après avoir montré comment Pif le chien a chassé l’américain Félix le chat, Maël Rannou s’intéresse à la stratégie éditoriale qui sous-tend la publication de Pif à travers deux décennies. Dès 1948 et le strip inaugural du 28 mars 1948, les strips de Pif ont souvent migré d’un support à l’autre. D’abord publiés aussi bien dans l’Humanité, l’Humanité-Dimanche ou l’Almanach de l’Humanité, Pif devient en 1965 Le journal de Pif, puis en 1969 Pif gadget. Il est aussi publié dans Vaillant. Simultanément, le magazine trimestriel Les aventures de Pif le chien, dont le premier numéro paraît en 1954, regroupe les dessins de façon thématique en effaçant les numéros des strips (par exemple : la série « Pif et le perroquet »).

Dans Vaillant les gags sont repris dans le désordre, tandis que le magazine Les aventures de Pif les présente de façon chronologique mais en éliminant certains gags, dans une démarche qui est presque celle d’une édition raisonnée, dans la mesure où des choix et des sélections sont opérés. Au lieu de choisir la facilité et de publier tous les strips jusqu’à épuisement des stocks dans une logique marchande, la suppression de certains strips vise à éviter l’effet de répétition et de lassitude et démontre une véritable démarche éditoriale.

En revanche, le trimestriel Pif poche fait une réutilisation intensive des dessins dans un petit format carré qu coupe en deux l’horizontalité du strip, avec des jeux sur la page de gauche et les gags sur la page de droite. Les dessinateurs Arnal et Mas y sont indifférenciés et confondus. Ce sont les seuls crédités, avant la reprise des dessins par « les studios Pif », sans signature d’auteur. Ce format, officiellement inventé pour rentabiliser les chutes de papier, se vend extrêmement bien : son succès est tel que tous les concurrents s’y mettent et copient le format, comme Mickey poche. C’est un objet très peu cher, à 1 franc 50, contrairement au magazine des aventures de Pif, un peu plus cher, que l’on offre aux enfants comme un véritable cadeau.

À partir de Pif Gadget, les personnages de Tonton, Tata et Doudou disparaissent et ne seront pas réutilisés dans Pif poche, même dans les numéros qui commémorent des dates anniversaires. Par la suite, les studios Pif chercheront à moderniser les aventures, avec l’apparition du méchant Krapulax, de soucoupes volantes, etc.

Le destin éditorial de Pif, qui s’extrait de l’Humanité pour embrasser le secteur éditorial réservé à la jeunesse, est intéressant à plus d’un titre. Pif a vécu des vies parallèles et multiples. Il est publié simultanément dans au moins quatre magazines différents, et dans des almanachs. On trouve tout autant des publications destinées à la consommation de masse comme Pif poche (« 100 jeux, 100 gags ») et son écrasant succès, que des albums qui sont presque des éditions scientifiques.

La réflexion sur les questions d’édition et la patrimonialisation se poursuit le lendemain avec l’intervention de Sylvain Lesage autour du passage du strip au livre. La deuxième journée a notamment permis de traiter du message politique de Pif dans la société française de cette époque. Cette question est aussi l’objet de l’article de France 3 « Université de Bourgogne : quel message politique dans Pif le chien ? »

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/dijon/universite-bourgogne-message-politique-pif-chien-1734287.html?fbclid=IwAR3aE-zG94MlukQPa5SgDSE1DDzn4dVHVdcLcYwywn5ztvtDDMpl56oRhXY


A propos Pauline Franchini

Pauline Franchini prépare une thèse, "La littérature de jeunesse des Amériques à la croisée des minorités : Brésil, Caraïbe, États-Unis", sous la direction d'Henri Garric.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.