14 mars 2019 : Sophie Rabau (Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle) et Marianne Seleskovitch (chanteuse lyrique mezzo-soprano) : “Surprise de Carmen : conversation avec mezzo-soprano et habaner-ah!”

C’est une expérience exceptionnelle que nous ont offerte Sophie Rabau, de l’Université Paris 3, et la chanteuse lyrique mezzo-soprano Marianne Seleskovitch, à l’amphithéâtre de la MSH de l’Université de Dijon pour cette nouvelle séance du séminaire culturaliste de l’axe LmM du CPTC. Sous la forme d’une conférence-performance avec participation active du public, le duo virtuose a livré une exégèse inédite de la habanera (« Prends-garde à toi… ») de la Carmen de Bizet (1875), un des airs les plus connus et les plus entêtants de l’opéra.

Si l’on ne prend pas garde aux instruments de musique, aux objets bigarrés, aux costumes et aux accessoires étalés sur la table derrière les deux intervenantes, tout semble commencer par un commentaire littéraire en bonne et due forme du texte écrit par les librettistes Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Sophie Rabau démontre comment, dans ce texte, la femme singulière – la bohémienne – ne fait qu’un avec la figure allégorique de l’Amour. Parler de Carmen, c’est parler de l’amour, et inversement. Comment alors ne pas s’inquiéter, lorsqu’on aime à la fois l’amour et la savante en amour, la spécialiste des lois universelles de l’amour ? Comment ne pas prendre garde à soi, si l’on est épris de Carmen, l’érotique et l’érotologue Carmen ? Car c’est bien à José, l’amant, que s’adresse la mise en garde. Et pourtant, c’est elle qui meurt d’un coup de poignard à la fin de l’histoire. La liberté (mais quelle liberté?) de Carmen dérange : il faut la contrôler, par tous les moyens. En la tuant, en la mariant, en l’enfermant ? Mais Carmen au couvent, c’est un peu Sister Act : elle serait bien capable de carméniser les carmélites !…

Finalement, la meilleure solution pour contrôler et enfermer Carmen n’était-elle pas de faire d’elle… un tube ? Le rythme de la habanera, ostinato obsessionnel, est très simple. Il est resserré, corseté, au demi-ton près. C’est bien le propre du tube : il est à tout le monde, tout le monde le connaît, tout le monde se l’approprie, et tout le monde le chante faux. On attend de la chanteuse qui l’interprète un sourire, une impression de liberté, d’allégresse, de facilité. Avec humour et brio, Marianne Seleskovitch nous prouve cependant combien l’exercice est difficile et contraignant, comme les pointes de la danseuse. D’ailleurs, à bien y regarder, les paroles de cet air entraînant comme une chanson de variété ne sont pas si joyeuses. Elles contiennent une menace. Carmen aurait-elle dans la bouche le discours d’un autre, le discours d’un homme ? Chez Mérimée, nous n’avons pas accès aux pensées de la bohémienne. Un homme raconte à un autre ses mésaventures. Une femme ose lui résister, et revendique sa liberté amoureuse et sexuelle. Le propre du tube, c’est d’hypnotiser : est-ce vraiment José qui est ensorcelé par la dangereuse séductrice, ou le lecteur de Carmen, hypnotisé par l’impression de mécanique implacable et de destinée qui se déroule sous ses yeux ? En fin de parcours – de spectacle – surgissent de nouvelles surprises, et une nouvelle hypothèse subversive : et si le tube était aussi le moyen de libérer Carmen ? Si un tube est fait pour être repris et déformé à l’infini, rien n’interdit de le réécrire. Qu’est-ce qui empêche, après tout, de chanter Carmen à l’envers ?

Entre chant, saynètes, morceaux de hautbois et improvisations comiques, Sophie Rabau et Marianne Seleskovitch interrogent le mythe tragique de la femme fatale dans une relecture politique, féministe et jubilatoire de l’œuvre.

À lire pour en savoir plus sur le carmensplaining et sur diverses façons de sauver Carmen :

Sophie Rabau, Carmen, pour changer, Anacharsis, 2017.

Sophie Rabau, « Carmen, le pistolet, le metteur en scène et le ministre ou Comment lire autrement ? », Les Possibles, n°16, printemps 2018. Article disponible en ligne : https://france.attac.org/nos-publications/les-possibles/numero-16-printemps-2018/dossier-le-s-feminisme-s-aujourd-hui/article/carmen-le-pistolet-le-metteur-en-scene-et-le-ministre-ou-comment-lire-autrement


A propos Pauline Franchini

Pauline Franchini prépare une thèse, "La littérature de jeunesse des Amériques à la croisée des minorités : Brésil, Caraïbe, États-Unis", sous la direction d'Henri Garric.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.