Festival du film fantastique de Gérardmer (30 janvier – 3 février 2019)

Une nouveauté, une découverte. C’est la première fois que je me rendais à Gérardmer et à son festival du film fantastique. Et force est de constater que le festival se mérite ! Neige, froid, route verglacée. La première recommandation est de bien se couvrir et de ne pas oublier que vous allez au cœur des Vosges… Dans cette ambiance hivernale (qui nous a bien déconcertée en cette période précocement printanière que nous vivions à Dijon), tout était réuni pour créer un climat propice à l’esprit du festival (brume et nuit noire assez inquiétante aux abords du célèbre lac) et faire durer ainsi l’atmosphère fantastique que nous étions venu chercher dans les salles obscures.

La riche programmation comprenait dix longs-métrages en compétition, cinq courts-métrages en compétition et douze longs-métrages hors compétition, mais aussi deux « Nuits blanches » et trois films de l’histoire du genre en séance culte (La Rose écorchée de Claude Mulot, Maniac de William Lustig et Le Renne blanc de Erik Blomberg). Il y avait donc largement de quoi faire en deux jours avec le « pass week-end ». Bien évidemment, je suis loin d’avoir tout vu et ai dû faire des choix, liés à des impressions lors de la lecture des synopsis et au bouche à oreille, mais aussi à la programmation. 

Que retenir de ce visionnage boulimique de 48h ? D’abord, comme un grand nombre d’autres spectateurs·rices, qu’aucun film ne s’est vraiment distingué dans la compétition longs-métrages. Les délibérations du jury, présidé cette année par Gustave Kervern et Benoît Delépine, ont d’ailleurs, semble-t-il, été longues, sans qu’aucun film ne fasse vraiment l’unanimité pour l’ensemble de ses membres. Finalement, c’est Puppet Master: The Littlest Reich, film américain de Sonny Laguna et Tommy Wiklund qui a remporté le grand prix. Pas d’inquiétante étrangeté ici (comme finalement très peu à travers la programmation d’ensemble de ce cru 2019) ; nous étions au contraire dans un univers surchargé d’hémoglobine, mais à l’esprit ouvertement parodique. Commandées depuis le tombeau d’Andre Toulon, un ancien Nazi émigré aux Etats-Unis après la guerre, des poupées diaboliques vont s’animer une nuit dans une petite ville américaine à l’occasion de la commémoration du 30ème anniversaire de la mort du terrible Toulon. Dans l’hôtel où se trouvent rassemblés les touristes venus assister à la commémoration (et par ailleurs possesseurs et vendeurs de ces « puppets » à la vente aux enchères qui doit avoir lieu sur place), les faux jouets vont disparaître mystérieusement avant de s’animer, de semer la panique et de faire un carnage parmi les clients et les employés de l’hôtel. Dans la lignée des films de poupées et de figurines horrifiques très célèbres, de Gremlins à Chucky, les Puppets s’inscrivent aussi dans une franchise, et donc dans la suite directe du film Puppet Master, premier opus de la série, réalisé il y a tout juste trente ans (1989) par David Schmoeller. Devenu culte dans l’univers du film de genre, Puppet Master a engendré une multitude de suites, dont Puppet Master: The Littlest Reich est le… 13ème opus ! Mais comme un autre très célèbre film d’horreur (le Halloween de John Carpenter, 1978) ayant eu droit à une énième suite très récemment (le Halloween de David Gordon Green dans nos salles françaises fin 2018), le Puppet Master de 2018 revient au film d’origine et fait fi des suites réalisées entre-temps. Quoi qu’il en soit, tout y est prétexte à régaler l’amateur·rice de séquences gore. Les poupées font preuve d’une inventivité à chaque fois renouvelée pour mettre à mort leur nouvelle victime et le film se construit dans la surenchère et dans la recherche de l’effet de surprise permanent. En ce samedi 2 février à 20h, dans une salle pleine à craquer de geeks en quête de scènes sanguinolentes à la drôlerie revendiquée, il faut bien reconnaître que la séance fut un véritable triomphe. Mais dans votre salon, en solitaire devant votre téléviseur ou votre ordinateur, le film fera peut-être moins son effet. Beaucoup de connaisseurs·ses de la franchise disent déjà qu’il n’arrive pas à la cheville du premier opus et qu’il s’agit là d’une suite bien décevante et inutile. A vous de vous faire votre opinion donc. En ce qui me concerne et en tant que piètre connaisseuse de la franchise qui n’ai vu aucun autre Puppet Master, j’ai trouvé le film sympathique parce que sans prétention et bien aidé, encore une fois, par l’ambiance de feu qui régnait dans la salle. Mais au-delà, un de ses atouts majeurs, qui faisait trépigner les fans d’impatience, était la présence au générique du grand acteur Udo Kier dans le rôle d’Andre Toulon himself. Dans une scène d’ouverture située en amont de l’intrigue principale du film, alors que le personnage est encore vivant, Udo Kier nous fait la primeur d’une nouvelle apparition maléfiquement ambiguë comme lui seul en a le secret. Et cerise sur le gâteau, le festival lui rendait ce soir-là hommage juste avant la projection. Présent pour l’occasion, son discours, vivant, drôle, spontané et plein d’anecdotes de tournage, a enthousiasmé les spectateurs·rices et favorablement conditionné tout le public pour le film qui allait suivre. Ne serait-ce que pour l’acteur allemand à la filmographie monumentale, de ses rôles de Dracula ou Frankenstein à ceux qu’il tint chez Fassbinder ou Lars Von Trier en passant par celui de Frank Mandel dans l’inoubliable Suspiria de Dario Argento, le film valait la peine d’être vu.

Pour le reste de la sélection des longs-métrages en compétition, rien qui n’ait vraiment retenu notre attention (en sachant que je n’ai vu ni Aniara, ni The Unthinkable, tous deux prix du jury ex-aequo). Un mot peut-être quand même de Endzeit de Carolina Hellsgård, film de zombies allemand post-apocalyptique qui suit le parcours d’une jeune fille qui a fui Weimar et se retrouve en pleine nature soumise à tous les dangers. On aurait pu s’attendre à des attaques multiples et répétées de zombies, précédées de toute la panoplie des effets classiques pour faire sursauter le spectateur·rice. Rien de cela. Le film, au rythme lent, prend le temps d’accompagner son héroïne et de construire son personnage sans jamais vraiment chercher à faire peur. Evidemment, c’est un peu paradoxal dans un tel festival et une grande majorité du public était d’ailleurs très déçue (« un zombie toute les demi-heures, c’est bon ! Et pis, il se passe rien ! »). Pourtant, j’ai apprécié. Est-ce mon goût prononcé pour les films contemplatifs ? Je trouvais qu’il y avait là un certain charme à utiliser le film de genre pour finalement suivre une toute autre voie et proposer une réflexion mélancolique sur une jeunesse perdue. Certes, le discours écologique présent en filigrane n’est ni nouveau ni très original (la planète va mal et il faut réagir d’urgence si nous ne voulons pas finir comme ça), mais le film ouvrait d’autres pistes d’analyse et surtout, le faisait avec beaucoup d’élégance, dans une mise en scène soignée.

Du côté de la compétition des courts-métrages, un constat s’est vite imposé. Sur les cinq film présentés, quatre se passaient en pleine campagne et faisaient de celle-ci un cadre inquiétant, espace lié à toutes les perversions possibles. C’était très net dans Pleine campagne de Pierre Mouchet et surtout dans Diversion de Mathieu Mégemont (par ailleurs vainqueur de la compétition et grand prix du court-métrage) où un homme se retrouve pris au piège d’une communauté villageoise dégénérée. Non sans humour, le réalisateur reprend une thématique célèbre du film d’horreur, celle du territoire malsain (on pense à un certain Massacre à la tronçonneuse…), mais la transpose dans la campagne française.

Les longs-métrages hors compétition n’ont pas non plus donné lieu à de grandes révélations, même si Mandy de Panos Cosmatos avec Nicolas Cage (que je n’ai pas pu voir) sortait apparemment du lot. Trois films étaient clairement à classer dans la catégorie « frissons », mais tous trois reprenaient des intrigues, des lieux et des motifs classiques et le faisaient sans grande originalité : Dawn a Dark Hall (Blackwood, le pensionnat) de Rodrigo Cortés d’abord, sur des jeunes filles prises au piège d’une école maléfique (un manoir isolé en plein campagne) dirigée par une sorcière prête à tout (Uma Thurman, qui ne fait pas dans la demi-mesure…) ; Mermaid le lac des âmes perdues, film russe de Svyatoslav Podgayevskiy, qui reprend pour sa part le motif de la sirène et de la femme fatale (eh oui, encore et toujours…) dans un décor de studio (le lac en question) qui renvoie à l’univers du conte noir ; Ghost House de Rich Ragsdale enfin, dont le titre est finalement assez trompeur car l’intrigue se passe en Thaïlande et la maison aux esprits ne renvoie pas à la traditionnelle maison hantée, mais à un site sacré que l’héroïne profane sans le savoir, réveillant ainsi une force surnaturelle maléfique. Mais les références majeures présentes dans ce dernier film, de Ring à L’Exorciste, sont davantage de l’ordre de l’imitation que de l’hommage citationnel.

Reste pour terminer l’un des longs-métrages présentés lors d’une séance culte : La Rose écorchée de Claude Mulot (1970). Ce film français est une rareté et un sommet du kitsch pour nous, spectateurs·rices de 2019. Frédéric, célèbre peintre au succès retentissant et don juan notoire, tombe éperdument amoureux de Anne, qu’il épouse. Mais son ancienne maîtresse, Moira, se venge et pousse Anne dans un bûcher qui la défigure. Réécriture avouée de Les Yeux sans visage de Georges Franju (1960), le film reste très en-dessous de son modèle. D’abord parce qu’il a très mal vieilli et que les rires qu’il a suscités pendant la projection n’étaient pas recherchés ; ensuite parce qu’il accumule les stéréotypes à la fois dans les décors (le château où vivent Anne et Frédéric n’est que ruines à l’extérieur, donnant lieu à des scènes que le roman gothique anglais n’aurait pas renié) et dans les plans (par exemple le souvenir heureux du mélancolique Frédéric qui voit sa femme au temps de sa splendeur courir au ralenti dans un champ en fleurs baigné de soleil). Je vous laisse découvrir les autres savoureuses trouvailles de ce film dont je semble me moquer mais qui était aussi très plaisant, à la fois malgré et en raison de ses hommages prononcés au gothique et au fantastique. Et vous conviendrez pour finir qu’un film avec à la fois Anny Duperey dans le rôle-titre et Elizabeth Teissier dans celui de la maîtresse abandonnée, ce n’est pas tous les jours qu’on en voit…   


A propos Vanessa Besand

Maître de conférences en littérature comparée à l'Université de Bourgogne. Elle a soutenu en 2009 une thèse portant sur les transferts culturels entre la France et les Etats-Unis aux XXème et XXIème siècles et intitulée "Discours théoriques et fictions narratives : France / Etats-Unis". Elle travaille sur la fiction romanesque postmoderne, mais aussi dans des perspectives culturalistes. Elle a dirigé avec Victor-Arthur Piégay un ouvrage collectif sur le cinéma d'animation intitulé "Révolutions de l'animation à l'ère postmoderne"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.