C’est bientôt la rentrée

C’est bientôt la rentrée pour le séminaire de LmM. Alors, pour vous faire patienter, je vous livre l’extrait d’un article publié dans Le Figaro littéraire en 1960 à propos du roman de Marguerite Duras Dix heures et demie du soir en été. Article étonnamment perspicace sur certains points, qui réactive des poncifs misogynes sur la lecture et l’écriture sur d’autres points – mais sa façon de placer l’oeuvre de celle qui va devenir une expérimentatrice de l’écriture, au seuil des années 1960, dans la lignée de la chanson populaire française et de lire in fine l’oeuvre de Piaf comme équivalente de celle de Duras ou d’Hemingway ne peut que nous réjouir. Bonne fin d’été à toutes et à tous et à très bientôt pour le programme de l’année 2018-2019 !

« Que chante aujourd’hui Mme Bovary ? Elle chante l’amour parfait, qui se prouve par le sang et dont finalement, plus réservée et plus désabusée que l’héroïne de Flaubert, elle se tient à l’écart en sirotant verre de rouge sur verre de rouge ou cognac sur cognac. […] Nous connaissant bien [le personnage fascinant du criminel par amour] par la chanson et par les romans sentimentaux, ce forçat innocenté par l’amour, cet assassin qui a tué parce qu’il était trahi, prouvant ainsi qu’il est de ceux qui peuvent aimer. […] En feuilletant les romans d’aujourd’hui, et surtout des romans féminins, il me semble parfois reconnaître des voix ou percevoir des correspondances de timbre à timbre : est-ce que les grandes dames des lettres et les grandes dames de la chanson ne raconteraient pas souvent la même histoire sur le même air ? […] En lisant le dernier roman de Mme Marguerite Duras, Dix heures et demie du soir en été, j’étais obsédé par le souvenir d’une rengaine, jusqu’au moment où il m’a semblé que c’était évident : Mme Marguerite Duras, c’est Édith Piaf. Qu’on ne prenne pas ici rengaine en mauvaise part : c’est un mot auquel la chanson populaire a donné ses lettres de tendresse, et je pense que Mme Marguerite Duras elle-même sait ce qu’il entre dans son art de complainte et d’invocation. […] De même que dans un mouvement d’autocritique Mme Edith Piaf chantait il y a quelques années “c’est toujours la même chanson”, il est temps de reconnaître que Mme Marguerite Duras écrit maintenant toujours le même livre. Les Petits Chevaux de Tarquinia, Le Square, Moderato cantabile, Dix heures et demie du soir en été sont quatre épreuves de la même image. Une femme rencontre un homme, elle lui parle, elle entend au fond d’elle-même un certain appel, elle n’y répond pas ou pas assez, et les deux vies un instant rapprochées s’éloigneront à nouveau l’une de l’autre. Les romans de Mme Duras ne sont ni des romans de l’ennui ni des romans d’amour : ils sont des romans de l’amour vécu par les autres, et c’est bien ce que Piaf a chanté souvent. De l’autre côté de la rue, il y a une fille heureuse, c’est-à-dire précisément qu’entre moi et l’amour il y a cette rue infranchissable. Ou bien cette autre très belle chanson “Les Amants d’un jour” où l’idylle banale et sanglante est racontée par celle qui reste à la porte de l’amour, la bonne de l’hôtel, celle qui essuie les verres, dont tout le drame est exprimé à la fin par une seule notation bien digne de l’art d’un Hemingway ou d’une Marguerite Duras : elle casse un verre. »

https://www.youtube.com/watch?v=t9RbvsfP0n8

Robert Kanters dans Le Figaro littéraire 20 août 1960.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.