Festival du film d’animation – Annecy – du 12 au 17 juin 2017

Du 12 au 17 juin avait lieu à Annecy, comme chaque année, le festival du film d’animation. Indéniablement, la sélection officielle n’était pas au même niveau que l’année précédente. Il faut dire, pour la défense du festival, que 2016 avait été un cru particulièrement exceptionnel. On se souvient notamment de La Jeune Fille sans mains, le très beau film de Sébastien Laudenbach, entièrement dessiné au pinceau à l’heure de la domination du numérique au niveau mondial, mais aussi et surtout du grand succès (amplement mérité) de Ma vie de Courgette de Claude Barras, qui avait reçu en même temps (chose suffisamment rare pour être notée) la plus grande récompense attribuée par le jury (le Cristal) et le Prix du public, (ré)conciliant ainsi visée critique et regard de spectateur.

Cette année, rien de tel, à l’exception du très beau Loving Vincent (La Passion Van Gogh) de Dorota Kobiela et Hugh Welchman, qui a d’ailleurs obtenu le Prix du public. Si l’intrigue du film ne captive pas forcément (une enquête posthume sur la mort de Van Gogh, menée par le fils du facteur Roulin), l’incroyable esthétique choisie et mise en œuvre a de quoi subjuguer : une animation réalisée à partir de cent vingt toiles de Van Gogh, copiées à la main par soixante-huit peintres. Le résultat est stupéfiant : la peinture de Van Gogh y est rendue vivante et vibrante, grâce au mouvement permanent de l’image, qui reproduit le côté frémissant du geste du peintre.

Pour le reste, aucune révélation esthétique ou émotionnelle notable. Si l’Asie était comme toujours bien représentée avec trois longs-métrages japonais et un long-métrage chinois en compétition officielle, le résultat nous a plutôt déçue. Mention spéciale toutefois au pudique et délicat In This Corner of the World de Sunao Katabuchi, qui a obtenu le Prix du jury, et qui retraçait la vie d’une jeune femme originaire d’Hiroshima dans le Japon en guerre dans les années 1940, nous rappelant ainsi une nouvelle fois que l’animation est une technique adulte, aux vertus salvatrices lorsqu’il s’agit d’évoquer les cataclysmes historiques. Les autres films en revanche nous ont semblé s’égarer plus ou moins, et perdre par la même occasion le spectateur lui-même. Big Fish and Begonia de Xuan Liang et Chun Zhang, film poético-mystique sans fin et aux (trop) multiples rebondissements, nous entraîne dans un univers parallèle qui est celui des esprits. Mais l’utilisation trop prononcée de la musique pour créer l’émotion et un scénario mal maîtrisé montrent que n’est pas Miyazaki qui veut, et le film demeure donc loin de la grâce et de l’équilibre du Voyage de Chihiro, qui semble bien être ici la référence, assumée ou non. Cependant, la plus grande surprise est venue de Lou et l’île aux sirènes (Lu Over the Wall) de Masaaki Yuasa, qui, en recevant le Cristal du long-métrage, en a laissé plus d’un(e) pantois(e). Le film suit un adolescent mal dans sa peau, qui vit dans un village de pêcheurs isolé et qui rencontre une jolie sirène dont il va devenir l’ami. La musique pop adolescente envahit ce film là encore très long et au propos assez vague.

Le reste de la sélection proposait un joli film anglais de Roger Mainwood, Ethel and Ernest, adapté de la bande dessinée de Raymond Briggs, le long-métrage Animal Crackers (USA / Espagne / Chine), au scénario et à l’image de synthèse assez conformes à tout ce que peut aujourd’hui proposer l’animation anglo-saxonne mainstream, et l’adaptation de la BD d’Arthur de Pins, Zombillénium, qui lorgne là aussi du côté d’une animation branchée et tapageuse. Seul Téhéran tabou (Tehran Taboo) de Ali Soozandeh nous a semblé sortir du lot en tentant de montrer les contradictions de la société iranienne contemporaine à travers de très beaux portraits de femmes. Et même si la rotoscopie peut dérouter (plus que dans Loving Vincent, où elle s’alliait parfaitement au choix de la peinture mise en mouvement), le propos du film ne peut en revanche que captiver.

On l’aura compris, ce festival n’aura pas suscité l’engouement attendu, en ce qui concerne les longs-métrages du moins (je m’abstiendrai en effet de vous parler des courts, n’ayant tout simplement pas eu le temps d’en voir suffisamment pour juger). Mais il aura surtout laissé un goût amer en bouche suite au retrait d’un film chinois de la sélection officielle, moins de deux semaines avant l’ouverture du festival. Have a Nice Day de Jian Liu a ainsi été déprogrammé et retiré de la sélection suite à des pressions officielles venues du Bureau du cinéma chinois (BCC), et ce alors même que le film avait été présenté au festival de Berlin en février dernier. L’année où la Chine était justement mise à l’honneur à Annecy, la censure de ce long-métrage prenait inévitablement une tournure très ironique.

Restera toutefois dans les mémoires, pour vraiment nous consoler et même nous enchanter, la séance spéciale du jeudi soir dans la grande salle de Bonlieu, consacrée au Grand Méchant Renard et autres contes de Benjamin Renner et Patrick Imbert. Celles et ceux qui craignaient le passage à l’animation de la truculente bande dessinée ont finalement été pleinement rassuré(e)s. Si l’on retrouve bien, d’une part, le trait et la couleur de Renner et un scénario aux rebondissements tous plus imaginatifs les uns que les autres, l’on découvre d’autre part avec joie le soin extrême apporté au casting des voix, qui, couplé à des dialogues d’une justesse et d’une intelligence rares, rend hilarant (et parfois même émouvant) chaque personnage. Diffusé en milieu de semaine, entre Moi, moche et méchant 3 et Cars 3, ce Grand Méchant Renard avait une saveur toute particulière, proposant, à l’écart de sentiers trop balisés, un film en trois séquences capable de séduire petits et grands et de réussir le pari de s’adresser à tous les publics.


A propos Vanessa Besand

Maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Bourgogne.
Elle a soutenu en 2009 une thèse portant sur les transferts culturels entre la France et les Etats-Unis aux XXème et XXIème siècles et intitulée « Discours théoriques et fictions narratives : France / Etats-Unis ».
Elle travaille sur la fiction romanesque postmoderne, mais aussi dans des perspectives culturalistes.
Elle a dirigé avec Victor-Arthur Piégay un ouvrage collectif sur le cinéma d’animation intitulé « Révolutions de l’animation à l’ère postmoderne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *