Archives mensuelles : janvier 2017

Notes de festival, deuxième saison – Atelier « Recherche dessinée » le 25 janvier 2017 au festival d’Angoulême

Julien Baudry et Jessica Kohn ont animé un atelier de création d’un article en bande dessinée qui rassemblait chercheur.e.s et auteur.e.s autour d’un objectif : faire de la recherche dessinée. Nicolas Labarre avait initié l’ambition de la recherche dessinée lors d’une démonstration à la Brèche pendant l’édition précédente du festival. Certains membres du groupe de jeune recherche en bande dessinée ont décidé de poursuivre l’expérience. Cette fois-ci le principe de l’atelier mettait aux prises directement recherche et dessin : à partir d’un article de recherche, de la démarche qui s’y déployait, ainsi que des résultats qui s’y trouvaient communiqués, chercheur et dessinateur devaient concevoir une planche. Dialogique et attentif à la méthode de recherche, le binôme ne pouvait se contenter de traduire un savoir préformé.

labrechejourneeplanche

Mettre en contact deux pôles de la production des savoirs pour donner naissance à une planche inédite était l’objectif initial de cette journée et préparée quelques semaines auparavant de part et d’autre de la table à dessin. Hébergé.e.s au sein du musée de la bande dessinée d’Angoulême, les courageux et courageuses participant.e.s nous ont donné à voir une large étendue de résultats. De la pédagogie scientifique autour d’une donnée complexe et technique comme l’ont proposé Guillaume Bertrand (Paris-Saclay) et Morgane Parisi (www.studiobrou.com) à la création expérimentale d’une investigation historique dans des archives photographiques élaborée par Jean-Charles Andrieu de Lévis (La Sorbonne-Paris IV) et Sébastien Laffage-Cosnier (Université de Bourgogne-Franche-Comté), cette journée a montré qu’il n’était pas qu’un chemin dans la médiation scientifique. La richesse des possibles de ce type d’expérimentation bat en brèche ( !) les idées reçues autour de la vulgarisation scientifique qui ne rime pas toujours avec lourdeur et simplisme, ni laideur et maladresse.

Afficher l'image d'origine

Ainsi les spectateurs ont pu découvrir l’usage du lavis d’encre de Chine dans la restitution des ambiances embuées des classes de neige dans la France des années d’après-guerre, que la prévention des radiations nucléaires pouvait aussi être pétillante et colorée, ou encore que de la confrontation des bonnes et mauvaises bactéries un récit était possible…

Si un accrochage n’a pu avoir lieu le jour même, vous pourrez retrouver dans quelques temps l’ensemble des productions du 25 janvier sur le site de la Brèche (https://labrechebd.wordpress.com/ ), et peut-être bien d’autres surprises encore…

 

Compte rendu de la séance n°5 du séminaire « Dominations » (13 octobre 2016) – Quelques aspects de l’hellénisme dans « La vie d’Apollonios de Tyane » de Philostrate par Alexandre Jacquel

Compte rendu de la séance n°5 du séminaire « Dominations » (13 octobre 2016)

« Quelques aspects de l’hellénisme dans La vie d’Apollonios deTyane de Philostrate » par Alexandre Jacquel

Le sage Apollonios de Tyane arpente les contrées barbares de l’actuelle Asie mineure et pousse jusqu’aux terres des brahmanes chercher la sagesse suprême, qui, dans ces lointains mythiques, s’énonce en langue grecque… C’est pour répondre à cette étrange déterritorialisation de la langue d’Euripide qu’Alexandre Jacquel, doctorant en langue et littérature grecque de l’Université de Bourgogne (CPTC), propose un parcours du concept d’hellénisme au prisme de cette œuvre tardive du 2ème-3ème siècle après J.-C. Outil de domination linguistique et culturelle, l’hellénisme prend, en ces temps d’imperium romain, une inflexion toute particulière.

  • Barbare et hellénisme : les deux faces de la domination culturelle et militaire des cités grecques au Ve siècle avant J.-C.

L’hellénisme se comprend avec la construction parallèle de la figure du barbare. En effet, est barbare toute personne qui n’est pas hellène. Dans cette catégorie sont rangés les hommes qui parlent grec et qui pratiquent la vertu. Ainsi par nature le barbare est soit esclave soit tyran. Ce manichéisme n’est pas sans poser question car à l’époque où le concept d’hellénisme commence à prendre racine, au Ve siècle avant J.-C., il n’est de monde plus éclaté que l’univers grec, dont la langue se partage en différentes branches : l’ionien, dorien, éolien. En réalité il semble dans la naissance de l’idée d’hellénisme la conscience d’une différence précède la pensée d’une identité. Ses détracteurs, dont Platon en particulier, signaleront le caractère artificiel de cette unification face à la myriade des peuples grecs.

Avec des historiens, Thucydide et Hérodote, l’idée prend source dans le mythe fondateur de la Guerre de Troie, pour laquelle, enfin, les grecs s’unissent. La notion d’abord linguistique et morale s’enrichit avec Hérodote d’une coloration politique. Est hellène celui qui participe à l’unité du peuple grec : même sang, même langue, mêmes religion et sacrifices, et même respect des lois qui garantissent la liberté. Ainsi la liberté, comme notion philosophique mais aussi politique vient opposer l’hellène au barbare.

Pour le poète, dans le chant II de L’Iliade, le barbare s’entend plus qu’il ne se comprend : l’autre est barbaraphonos, –phonos de –phonê, signifie celui qui parle, et barbar– est une onomatopée rocailleuse dépourvue de signification. A ce titre le barbare n’est pas tant celui qui parle mal mais devient rapidement celui dont la parole est vide de sens, le barbare a une pensée malhabile.

Ni seulement autre géographique, ni seulement autre linguistique le barbaros se distingue du xenos, étranger à une contrée dans laquelle il se trouve et de l’alloglossoi, celui qui ne parle la langue. Le barbaros est l’autre politique, l’ennemi ou celui qu’il faut civiliser. Concept qui craque de tous côtés, il subit les critiques de ses détracteurs qui voient d’un mauvais œil l’usage propagandiste qui en est fait pendant les guerres médiques. La grande tirade d’Iphigénie sur le bûcher dans la pièce d’Euripide peut être lue comme la parfaite incarnation – et simultanément leur subversion – des valeurs de l’hellénisme détournées à titre de propagande pour encourager l’effort de guerre.

Mais conquise, dominée par l’impérialisme romain qui s’étend sur toute la Méditerranée, étrangère au sein d’un plus vaste ensemble, selon quelles modalités la Grèce de Philostrate va-t-elle convoquer l’hellénisme, cette identité morale, linguistique et politique, désormais mise à mal ?

  • Le sage Apollonios, ou le parfait conseiller des empereurs

Alexandre Jacquel souligne comment Apollonios de Tyane, sous la plume de Philostrate, revivifie le concept d’hellénisme sous un jour nouveau. Sa biographie romanesque date du début du 3ème siècle après J.-C. soit pendant la période de la « Grèce romaine ». Le prestige culturel et politique des cités et la gloire militaire d’Alexandre se sont effacés. Apollonios, connu comme philosophe pythagoricien, devient sous la plume de Philostrate un sage magicien qui accomplit miracles et merveilles. Dès l’Antiquité et pour beaucoup de critiques aujourd’hui, il serait la figure d’un Jésus païen, mais pour Alexandre Jacquel, cette interprétation est très exagérée dans la mesure où il incarne et dispense les valeurs de l’hellénisme partout où il voyage.

Le récit fonctionne sur une fiction romanesque devenue traditionnelle dans la modernité : des tablettes retrouvées par Philostrate, où Damis, fidèle et fictif élève d’Apollonios, consigne l’enseignement du sage vont nourrir la biographie du sage. Ce dispositif permet à l’auteur, orateur et sophiste, de renouer une première fois avec l’hellénisme, car il doit réécrire en bon grec, attique, les notes de Damis qui écrit mal car il vient de Ninive. Apollonios, lui, maîtrise toutes les langues, il peut même parler aux animaux, et faculté nécessaire dans un monde où la langue grecque n’est pas parlée. Les voyages d’Apollonios incarnent un front entre un monde civilisé hellénophone et un vaste univers barbare.

L’usage de la langue grecque chez des xenos qu’il rencontre dénote d’ailleurs une nature supérieure. Apollonios au cours de ses voyages ira au-devant de trois rois philhellènes , en particulier le dernier, roi des brahmanes. La quête de la sagesse a mené Apollonios aux confins de l’ancien empire d’Alexandre, dans l’orient mythique et, jusque dans ces régions reculées, dans l’actuelle Inde, la sagesse hellène a trouvé un terreau fertile. Présence magique et inexpliquée, l’hellénisme des brahmanes conforte le sage dans l’idée qu’il n’est de vertu en dehors de l’hellénisme.

Ces trois hommes d’état incarnent à la perfection la maîtrise vertueuse du pouvoir. Mais, après le parcours des périphéries, Apollonios revient au centre de l’Empire et conseillera également les Vespasien, Titus et Nervien. Fort de son enseignement, ils sont tous de bons chefs d’état. La vie d’Apollonios entretient la fiction d’un pouvoir sous influence grecque. A contrario le sage rencontre le roi des Indes qui ne parle pas grec et dont le portrait est celui de la tyrannie. Sagesse philosophique, sagesse politique, dans le roman de Philostrate l’hellénisme n’est pas qu’un vernis culturel c’est aussi une vertu en acte, bien que la Grèce ne soit plus.

  • Domination culturelle ou domination politique ? Les contradictions de l’hellénisme selon Philostrate

Si dans l’empire romain  l’hellénisme est demeuré là où ses pratiques afférentes se perpétuent – aller au théâtre, pratiquer le sport – la prestance grecque s’est délestée de sa dimension géopolitique, elle se réduit à un facteur d’unité culturelle, dans la mesure où l’empire romain s’est approprié la culture grecque comme marqueur social, perpétuant ainsi la frontière originelle entre l’homme civilisé et le barbare. Le lettré, l’homme d’état parle la langue grecque et en connaît les auteurs. La paiedeia – la bonne éducation grecque – s’est maintenue dans les classes supérieures de la société, mais pour Apollonios s’est affadie en un simple ornement romanisé et digéré au sein d’un plus vaste ensemble qui fait peu de cas de la sagesse hellène, et notamment de la notion fondamentale de liberté. La diffusion de l’hellénisme sous sa forme romanisée n’est que décadence pour le sage.

L’auteur entretient la nostalgie d’une Grèce puissante, sans qu’une claire opposition aux Romains ne s’exprime. Ainsi Apollonios ira à Rome affronter Domitien, le mauvais empereur, dans une joute magique magistrale. Cependant, l’affrontement sous la plume de Philostrate ne renoue pas avec la tradition de la lutte contre le tyran, l’affrontement se déroule sur le terrain moral et non politique. Il faut que Domitien retrouve la sagesse hellène pour mieux gouverner. L’action d’Apollonios vise à révéler dans toute sa justesse l’héritage grec dont les Romains se sont emparés : il ne s’agit pas seulement d’articuler la langue grecque, mais il faut également redonner vigueur aux valeurs fondamentales de l’hellénisme.

Dans ce paysage où l’hellénisme n’est plus en Grèce, désormais occupée, où ses valeurs se sont affadies sous l’imperium romain, la geste d’Apollonios va au-delà des frontières mythiques du monde, sur une montagne qui n’a pas été assiégée ni par Dionysos, ni Héraclès, plus loin qu’aucun grec n’est jamais allé, pour retrouver la sagesse – grecque – dans le village des brahmanes et la rapporter en Grèce et dans l’Empire. Si cette influence orientale renvoie à l’origine syrienne de l’empereur contemporain de Philostrate – Caracalla, qui règne en Asie Mineure – la parabole du sage Apollonios ne vise pas seulement à plaire au pouvoir : dispensant par son enseignement la sagesse grecque qui s’est absentée du bassin méditerranéen, Apollonios fait renaître la Grèce sous ses pas et dans ses mots, où qu’il se trouve : « La Grèce n’est plus en Grèce, elle est tout où je suis. »

 

… et pour approfondir :

* Bowie, Ewen, Elsner, John (eds), Philostratus, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 2009.

* Bowie, Ewen, « Hellenes and Hellenism in Writers of the Early 2nd Sophistic », in Said, Suzanne (ed), ἙΛΛΗΝΙΣΜΟΣ : Quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque. Actes du Colloque de Strasbourg, 25-27 octobre 1989, Leyde, New-York et alii, Brill, 1991, p. 183-204.

* Follet, Simone, « Divers aspects de l’hellénisme chez Philostrate », in Said, Suzanne (ed), ἙΛΛΗΝΙΣΜΟΣ : Quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque. Actes du Colloque de Strasbourg, 25-27 octobre 1989, Leyde, New-York et alii, Brill, 1991, p. 205-216.

* Goldhill, Simon (dir), Being Greek under Rome : cultural identity, the second sophistic, and the development of empire, Cambridge, New-York, Cambridge University Press, 2001.

* Levi, Edmond, – « Naissance du concept de barbare », Ktèma, 9, 1984, p. 5-14.

* « Apparition des notions de Grèce et de Grecs », in Said, Suzanne (ed), ἙΛΛΗΝΙΣΜΟΣ : Quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque. Actes du Colloque de Strasbourg, 25-27 octobre 1989, Leyde, New-York et alii, Brill, 1991, p. 49-69.

* Mestre, Francesca, « L’Héroïkos de Philostrate : lieux de mémoire et identité hellénique dans l’Empire romain », in Lieux de mémoire en Orient grec à l’époque impériale, p. 37-61.

* Schmidt, Thomas, Fleury, Pascale (eds), Perceptions of the second sophistic : Regards sur la seconde sophistique, Toronto, Buffalo, Londres, University of Toronto Press, 2011.

* Saïd, Suzanne, « Grecs et barbares dans les tragédies d’Euripide. La fin des différences ? » Ktèma, 9, 1984, p. 27-53.

* Trédé, Monique, « Quelques définitions de l’hellénisme au IVe siècle avant J.-C. et leurs implications politiques », in in Said, Suzanne (ed), ἙΛΛΗΝΙΣΜΟΣ : Quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque. Actes du Colloque de Strasbourg, 25-27 octobre 1989, Leyde, New-York et alii, Brill, 1991, p. 71-80.