Archives mensuelles : décembre 2015

Séminaire culturaliste: Compte rendu de la séance d’introduction « Dominations » (3 novembre 2015)

Autour de deux interventions, l’axe LmM a proposé le mardi 3 novembre 2015 une introduction théorique et thématique au concept de la domination au travers des études culturelles et de la sociologie.

Ainsi, Henri Garric passe au crible, pour l’analyser, la typologie weberienne de la domination. Tripartite et découlant de la typologie de la légitimité politique, la domination weberienne est bureaucratique, patrimoniale ou charismatique.

La domination bureaucratique repose sur l’organisation rationnelle des règles qui régissent un groupe ou une société. Dans les représentations, elle prend la forme du sérieux comme les ordres du chef de bureau que refuse avec un systématisme qui confine à l’absurde le personnage de Bartleby dans Bartleby, le scribe de Melville. Ce système de domination trouve sa légitimité dans l’obéissance.

La domination charismatique repose sur la figure du héros, irrationnelle, émotionnelle et instable, elle fonde l’Etat mais ne peut le faire subsister. Siegfried dans le cycle des Nibelungen de Fritz Lang incarne cette violence fondatrice qui se résout par la mort du héros.

La domination patrimoniale repose sur la notion d’héritage biologique ou spirituel : la légitimité politique passe par une filiation qui fait glisser le pouvoir d’une personnalité vers une autre. La trilogie des premiers épisodes de la saga Star Wars repose sur la reconnaissance ou non de l’autorité patrimoniale. Palpatine fait accéder comme son héritier spirituel – dans son projet de faire du jeune padawan un seigneur Sith, comme lui –  Anakin au conseil des Jedi, contre les règles internes de cette organisation.

Outre le fait que Max Weber évacue du schéma de la domination politique la figure féminine, le problème que pose cette typologie touche à la « volonté affirmée » qui fait de la domination dans la sociologie de Weber, une sorte de contrat, une  « configuration d’intérêts » qui, dans l’Allemagne de ce début de 20ème siècle, fait l’économie de la domination par le capital. Il n’y a de domination qu’intentionnelle pour Max Weber. Ce que contredira par la suite la sociologie bourdieusienne qui analyse la domination comme inhérente à des structures sociales, notamment à travers le concept de « domination symbolique ».

Vanessa Besand propose une relecture de l’histoire des études culturelles autour plusieurs faits marquants : d’une part une histoire internationale dans laquelle la France fait figure de résistante, et d’autre part la profonde redéfinition de la notion de culture passant au filtre d’un élargissement et d’un éclatement.

On peut dater l’apparition du terme cultural studies autour d’un centre de recherche de Birmingham dans les années 60 (Centre for Contemporary Cultural Studies) qui visait à décloisonner le regard universitaire par l’étude d’objets culturels considérés comme subalternes. Les Etats Unis prennent le relais dans les années 80. La France, avec l’Allemagne, semble hermétique, malgré le fait qu’un groupe d’intellectuels français, de ceux qu’on appellera par la suite la « French Theory » (Deleuze et Guattari, Michel Foucault, etc.), ait considérablement nourri ces recherches autour de grands colloques internationaux comme le colloque Semiotext en 1973 à Columbia.

Ces axes de recherche questionnant toutes formes de dominations – de genre, de race ou de classe – interrogent également la place des arts dans le champ dominant. Redéfinissant profondément la notion de culture, comme sujet d’étude, en l’élargissant à la culture « pop’ » et en faisant la promotion d’une circulation des savoirs au-delà des cloisonnements disciplinaires, le critique se propose de « trouver dans la culture populaire une expression authentique de valeur[1] » (Jonathan Culler, page 244). S’intéressant au corpus écrit notamment, les études culturelles reposent sur ce « glissement fondateur qui mobilise vers la culture profane les outils théoriques issus des études littéraires » (Armand Mattelart et Erik Neveu, page 40). Il peut s’agir, par exemple, des outils développés par Roland Barthes avec la sémiologie. Le décloisonnement disciplinaire passe par des interrogations en miroir de domaines de la pensée : le critique cherche une correspondance féconde entre les arts et les changements sociaux.

Ouvertement pluridisciplinaires, souterrainement « contre-disciplinaires », les études culturelles se construisent en marge des contenus dominants ou dominateurs. La culture précédemment liée à la construction d’une nation migre vers des cultures de groupe (de genre, social, ethnique), proposant des discours critiques contre les instances perçues comme dominantes par le passé comme le montre, par exemple, la critique du mâle blanc occidental et hétérosexuel.

Se voulant performatrices, les cultural studies, cherchent-elles à recréer des équilibres ou renverser les logiques ? Etablir la valeur esthétique d’objets littéraires considérés comme subalternes, par la recherche et l’analyse de la littérarité, par exemple, passe par un questionnement sur les modalités d’affirmation de ces nouvelles approches. Il ne s’agit pas de remplacer une lecture dominante par une autre mais de tenter de conserver cette approche critique et analytique envers tous les objets d’étude.

Bibliographie :

Jonathan Culler, The literary in Theory, California, Stanford University Press, coll. « Cultural Memory in the Present », 2007.

Armand Mattelart et Erik Neveu, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, 2003.

Max Weber, La domination, éditions La Découverte, traduction Isabelle Kalinowski, 2014.

[1] Ma traduction, je souligne.

Séminaire culturaliste : Dominations. Deuxième séance

Mardi 8 décembre aura lieu la deuxième séance du séminaire « Dominations », à l’amphithéâtre de la MSH à l’Université de Bourgogne.

Anne Debrosse (université Paris IV) : 2500 ans dans la vie d’un groupe de femmes.

Sylvie Laigneau-Fontaine (Université de Bourgogne) : « De la domination de la femme à la domination de l’élégie  : une révolution élégiaque ? »

Venez nombreux !