Archives mensuelles : décembre 2014

L’auto-illustration en Europe Centrale

Vendredi 19 décembre j’ai participé à la soutenance de la thèse d’Hélène Martinelli (en compagnie de Fridrun Rinner et Xavier Galmiche, les directeurs de thèse, de Carole Ksiazenicer-Matheron, Denis Mellier et Alexis Nuselovici), Pratique, imaginaire et poétique de l’auto-illustration en Europe Centrale (1909-1939) : Alfred Kubin, Josef Vachal et Bruno Schulz. Je ne pourrai pas rendre compte sur un court billet de l’intérêt exceptionnel de ce travail. Pour toutes les personnes qui s’intéressent aux rapports entre la littérature et les arts, pour celles qui souhaitent faire évoluer le champ des études culturelles, il s’agit d’un apport majeur, un modèle auquel il faudra se référer dans les années à venir et dont on espère qu’il sera publié très rapidement. La thèse expose la pratique de trois artistes-écrivains originaires d’Autriche, de Tchéquie et de Pologne (Galicie) qui ont en commun d’avoir produit (en plus ou moins grand nombre) des livres qu’ils ont eux-mêmes illustrés, si bien qu’on peut difficilement dire s’ils sont écrivains ou dessinateurs, si leurs images illustrent leurs textes ou si leurs textes illustrent leurs images.

De ce corpus passionnant, la thèse d’Hélène Martinelli donne une description extrêmement minutieuse et érudite, appuyée non seulement sur une connaissance impressionnante de la littérature d’Europe Centrale mais sur une connaissance pratique très poussée des différentes techniques de gravure employées par les artistes en question. Elle en fait ressortir l’imaginaire commun, lié aussi bien au fantasme du livre-total qu’à la séduction des brochures de pacotille. C’est sans doute pour nous le premier intérêt de ce travail : il montre de façon très convaincante comment des ouvrages qui mènent à bout le modèle du livre d’art de la fin du XIXe siècle, sous des formes parfois extrêmes et fanatiques (Josef Vachal, en particulier, produit des livres tirés à une dizaine d’exemplaires, dont il contrôle toutes les phases d’édition, de l’invention de ses propres caractères à la sculpture de la reliure) peuvent en même temps imiter les publications de « pacotille », propagande populaire de religion ou de superstition,. Il y a là un choc entre deux modèles culturels, high and low, qui bouleverse les hiérarchies et surtout donne une force critique à ces ouvrages marginaux. Hélène Martinelli lie très habilement ces décentrements culturels à la situation géographique marginale de l’Europe Centrale, qui a su créer, au sein de ses littératures mineures, des points de fuite où se font et se défont les certitudes des « grandes littératures ». À partir de là, elle peut donc affronter ce qui est le cœur de sa thèse et qui en fait toute la nouveauté : la définition d’une pratique exceptionnelle, « l’auto-illustration ». Cette définition donne lieu à des pages d’une grande densité théorique, notamment appuyées sur la notion derridienne de différance et sur les écrits de Foucault consacrés au texte et à l’image. Ces pages font le point sur tous les travaux récents qui tentent de cerner l’originalité esthétique de l’illustration ; surtout, elles montrent comment cette pratique suppose un échange constant de l’image au texte, sans jamais donner priorité à l’un sur l’autre. Là encore, la richesse de cette thèse ne se prête pas à un résumé hâtif. On notera simplement que l’image implique bien souvent des inflexions esthétiques du texte (métaphores des insectes comme grouillements de caractères d’imprimerie, jeux de lumière entre demi-teinte du crayon et contrastes de l’encre), que l’image se pose en commentaire ironique et dégradé du texte, mais que le texte en retour peut devenir une glose infinie du texte. L’auto-illustration devient ainsi un lieu original, toujours en décalage, d’affirmation d’une posture d’auteur complexe où autobiographies et autoportraits se mêlent et se contestent, sans jamais aboutir à une « fiction d’auteur » stable.

Un tel travail intéresse au plus haut point les inflexions nouvelles de l’axe « LmM » et j’espère que nous aurons l’occasion d’accueillir son auteure dans nos activités à venir.

Quatrième séance du séminaire de Master/Doctorat sur l’adolescence

La quatrième séance du séminaire de Master et de doctorat sur l’adolescence aura lieu ce mardi, soit le 16 décembre, de 11h à 13h30 dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) sur le campus lettres de l’Université de Bourgogne.

Au programme de cette séance, deux communications d’anciens comparatistes de l’Université de Bourgogne :

– Florence Fix (Université de Lorraine) : « Féminité impossible pour le personnage de l’adolescente dans True Grit de Henry Hathaway (1969) et True Grit des frères Coen (2010) »

– Sébastien Hubier (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Évolution de la représentation de l’adolescence dans les séries télévisées américaines »

La séance est ouverte à tous. Venez nombreux !

Soutenance d’HDR

Notre collègue Pascal Vacher a soutenu lundi 1er décembre à 14 heures son dossier d’habilitation à diriger les recherches, intitulé « Passerelles imaginaires : de la mémoire à la politique de la psyché ». Ce fut un intense moment d’échange intellectuel autour d’un beau dossier qui interroge à plusieurs reprises le rapport littérature / arts. Félicitations à notre collègue !