Archives pour la catégorie 2. Littératures et arts

Les Confitures : un film des étudiants sur la transmission culturelle

Les étudiant.e.s de la licence Lettres ont conçu un beau film qui parle du destin de la culture dans un monde du prêt à consommer. Tout à fait dans les thématiques de « Littérature, arts mineurs, arts Majeurs ». A consommer et diffuser sans modération :

 

Séminaire 2017-2018

L’été approche, mais l’année prochaine se prépare déjà pour l’axe LmM. Nous parlerons chanson ! Les séances ne sont pas encore prévues, mais vous pouvez déjà noter les dates (23 novembre, 21 décembre, 25 janvier, 15 février, 22 mars, 26 avril) ! Au plaisir de vous retrouver en novembre.

 

Chanson populaire, pop et folk songs, tubes et zinzins : La chanson entre arts mineurs et arts Majeurs.

L’attribution du prix Nobel de Littérature à Bob Dylan en octobre 2016 a soulevé une suite de débats, les uns dénonçant la dévalorisation de la littérature impliquée par l’ouverture du canon à un auteur de folk songs, les autres acclamant la modernité des jurés qui reconnaissaient enfin à sa juste valeur, littéraire, le génie de Dylan parolier.

Ces débats seront l’occasion pour l’axe LmM d’appliquer son interrogation générale sur les rapports de domination à l’intérieur du champ artistique, sur les échanges entre les différents arts au sein de ce champ et sur la dimension esthétique qu’on peut trouver dans les objets mineurs ou Majeurs, à un art particulier. Quelle que soit la qualification qu’on lui donne (populaire, pop, folk), la chanson, par sa situation intermédiaire entre l’écriture et la musique, par sa place fluctuante entre littérature savante, littérature de masse, littérature populaire, voire article de journal ou tract politique, se trouve au centre de nos interrogations. Répondant à la question que pose le débat « Bob Dylan », nous nous interrogerons sur le statut de la chanson dans le champ artistique : peut-on considérer, suivant une généalogie qui va de Shakespeare, Ronsard, Hugo, jusqu’à Brassens et donc Dylan, que la chanson est une forme de la littérature ? Doit-on considérer que l’association des paroles et de la musique lui conserve un statut mixte particulier qui la distingue ? Plus encore, nous nous interrogerons sur la place de la chanson dans le champ culturel et sur sa faculté de reconfigurer les hiérarchies et places respective entre les arts.

Cependant, suivant notre interrogation esthétique du champ artistique, nous réfléchirons aussi aux échanges qui s’effectuent autour du champ de la chanson : de quelle façon la chanson s’empare-t-elle des autres arts, aussi bien dans le champ populaire que dans le champ savant ? On pourra s’interroger aussi bien sur l’utilisation d’une intertextualité littéraire dans les paroles de la chanson (voir sur ce point, par exemple, le travail de Françoise Salvan-Renucci sur les chansons d’Hubert-Félix Tiéphaine) que sur les citations musicales, venues de la musique savante comme de la musique populaire. Mais on pourra aussi s’interroger sur d’autres emprunts, au théâtre, à la peinture, à la bande dessinée (pensons à Comic strip de Gainsbourg). Inversement, on pourra réfléchir à la façon dont d’autres arts articulent l’apport de la chanson. L’utilisation de chansons populaires dans les pièces de Shakespeare est depuis longtemps documentée ; de même, on connaît l’importance des chansons dans l’Opéra des XVIIe et XVIIIe siècle, ou dans la musique du XVIIIe siècle (voir les variations sur des mélodies populaires chez Mozart, Beethoven). De même, théâtre du XIXe siècle, valorisation de la chanson. Au XXe siècle, les chansons populaires, les standards de jazz, les pop songs vont constituer les bandes-son non seulement de films, mais de romans (la citation est de ce point de vue un procédé courant aussi bien dans les livres de James Baldwin, Harlem Quartet que de Jean Echenoz). L’opéra lui-même, parangon de la haute culture, expérimente des formes rock ou punk (Franck Zappa, The Who), sans parler de l’opéra pour enfants, qui emprunte naturellement à la forme de la chanson (Isabelle Aboulker). Et on peut ajouter, au cinéma, le genre de la comédie musicale, où la chanson devient le véritable fil narratif et fait partie intégrante du scénario. On pourra à la fois s’interroger sur ces réutilisations, sur les citations en forme d’hommage ou de parodie.

Enfin, on pourra s’interroger sur le destin de chansons qui jouent un rôle particulièrement important dans le champ culturel et artistique (voir Douglas Coupland, le romancier de la « génération x » dont plusieurs titres – Eleanor Rigby, Girlfriend in a coma – s’inspirent de hits). Il s’agira non seulement de réfléchir à ce qui fait un « tube », depuis Il pleut Bergère jusqu’à Let It be, mais aussi à la façon dont le champ artistique et culturel s’empare de certains tubes, pour les répéter jusqu’à la nausée, mais aussi pour les réécrire, les modifier, parfois les magnifier.

Journée des doctorant.e.s CPTC Université de Bourgogne

L’information arrive un peu tard, toutes nos excuses. Demain, la journée organisée par, pour et avec les doctorant.e.s du CPTC, Université de Bougogne aura lieu au Conseil des Lettres, Bâtiment Lettres et Droit, de l’Université de Bourgogne (parvis Erasme). Nous y entendrons :

10 h : Accueil des participant.e.s

10 h 15 : Présentation de la journée

Matinée : « La recherche hors du canon : quand les doctorant.e.s s’emparent du mineur »

Modératrice : Léonie Olagnier

10 h 30 : Emmanuelle Rougé : « La reprise des grande et petite culture dans les comic strips : les exemples de Peanuts, Mafalda, Calvin et Hobbes »

11 h 15 : François Bonnefont : « Redécouvrir et traduire un auteur en quête de reconnaissance : l’oeuvre latine de Martin Thierry »

Après-Midi : « Dans les coulisses de la thèse en chantier : évolution et reconfiguration des notions et des corpus »

Modératrice : Lisa Sancho

13 h 30 : Simon Stawski : « Le travail de la limite : contours problématiques du moi et du non-moi (Michaux, Bataille, Daumal et Gilbert-Lecomte)

14 h 15 : Thibault Catel : « Du bon usage des exemples : paradigmes, exceptions et échantillons »

 

Venez nombreux-euses !

Avant de commencer la saison deux, un petit résumé.

Pour patienter d’ici jeudi, un bilan de la première année « Dominations », réalisé par une de nos étudiantes. Cela permettra à celles et ceux qui nous ont suivi l’an dernier de se rafraîchir la mémoire et à celles et ceux qui nous découvrent… de nous découvrir…

 

Bonne lecture !

 

soffiantini_domination-feminin

Séminaire culturaliste : Dominations. Séance d’introduction

seminaire domination 1er semestre

Mardi 3 novembre de 11 heures à 13 heures aura lieu, amphi PEG, à l’Université de Bourgogne, la séance d’introduction du séminaire culturaliste consacré pour l’année 2015-2016 à la notion de « Domination ». Cette séance sera animée collectivement par Vanessa Besand, Henri Garric et Marion Lafouge.

Entrée libre et gratuite. Venez nombreux-ses !

Figurations visuelles de la parole, du son musical et du bruit de l’Antiquité à la Renaissance

Le samedi 13 juin, Jean-Marie Fritz interviendra au colloque « Les Figurations visuelles de la parole, du son musical et du bruit de l’Antiquité à la Renaissance » à propos de « Mots longs, mots brefs : la figuration du son dans les manuscrits de traités de chasse ».

 

Colloque Musiconis_programme-1