Archives pour la catégorie Bandes dessinées

Angoulême: Où sont les femmes ? Notes de festival

Compte rendu de la table ronde « Bande dessinée : où sont les femmes ? » menée par Sylvain Lesage (maître de conférences en Histoire à l’Université de Lille 3) avec Marion Amirganian (éditrice Delcourt Editions), Jessica Kohn (doctorante, chargée de cours sur la Sociologie de la Bande dessinée à Paris 3 et Bordeaux Montaigne), Pierre Nocerino (doctorant en Sociologie, EHESS, Labex Tepsis, expert auprès des Etats Généraux de la BD) et Johanna Schipper (dessinatrice, enseignante).  Table ronde organisée par la Cité  Internationale de la BD et de l’image à Angoulême, le 30 janvier 2016.

La discussion organisée de manière impromptue dans le vif de la polémique soulevée par le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme[1] et après la séance 2016 des Etats Généraux de la Bande dessinée, a réuni des actrices du milieu professionnel de la bande dessinée : Johanna Schipper, enseignante, dessinatrice mais aussi membre du collectif et Marion Amirganian éditrice chez Delcourt, en charge d’autrices comme Marion Montaigne, mais aussi des représentant-e-s du monde scientifique, spécialistes de Bande dessinée, comme Jessica Kohn doctorante en Histoire et Pierre Nocerino sociologue, actif au sein des Etats généraux de la Bande dessinée.

  • De « l’erreur symbolique » à l’erreur symptomatique : retour sur la polémique du festival et les revendications du collectif

La discussion s’est pour beaucoup centrée sur l’analyse et la déconstruction des discours qui ont entouré la polémique et des formes que les revendications ont prises au terme du débat. Johanna Schipper a rappelé la suite des événements : le collectif des créatrices de la Bande dessinée contre le sexisme a soulevé un problème lorsque la liste pour le grand Prix du festival d’Angoulême 2016 publiée, il n’apparaissait aucun nom d’autrice. Après publication d’un texte[2], le collectif a rapidement subi moqueries et quolibets, avant que l’influence de ce pavé ne fasse son effet dans le monde du 9ème art, puis, jusqu’à la sphère politique, une fois relayé par les médias. La polémique a pris de l’importance au fur et à mesure que les errances et les tâtonnements des organisateurs du festival ne mettent au jour des discours minorant l’existence des créatrices de bande dessinée. Une rencontre politique a eu lieu entre, d’un côté Johanna Schipper et Marion Amirganian et de l’autre, Fleur Pellerin et Pascale Boitard.  Johanna Schipper et Marion Amirganian ont insisté au cours de la discussion que l’échange avait permis la transmission d’une demande spécifique pour les autrices de bande dessinée, en s’appuyant sur l’aboutissement de l’enquête des états généraux 2015.

Un accent tout particulier devrait être mis sur la place des autrices dans la chaîne du livre autour de questions de marketing et de commerce, afin de sensibiliser davantage les autrices aux moyens de se promouvoir dans cette économie qui semble faire abstraction d’elles. Marion Amirganian a souligné quant à elle l’importance de revoir la classification des auteur-e-s en bande dessinée et que dans les lieux stratégiques de promotion du 9ème art un effort soit fait autour des langages, revenant ainsi sur les paroles très durement vécues des représentants du FIBD au cours de la polémique.

Cette mise à l’écart des créatrices de bande dessinée, contre laquelle s’érigeait la discussion repose semble-t-il sur des constructions sociologique, éditoriale, culturelle et économique de la catégorie d’auteur en bande dessinée. Ainsi, comme le faisait remarquer Johanna Schipper, « l’erreur symbolique » dont se justifiait Franck Bondoux dans son communiqué sur l’absence de femmes dans la liste du grand prix, tiendrait davantage à une erreur symptomatique d’un sexisme du 9ème art, dont la prise de conscience doit s’ensuivre d’une volonté nette et franche de « refaire l’Histoire de la BD » pour paraphraser et contredire le délégué général du FIBD.

  • « Il était une fois l’auteur de bande dessinée » : construire la fiction de l’auteur et de l’autrice de bande dessinée

Comme le souligne Johanna Schipper, les catégories d’auteur et d’autrice de BD reposent largement sur ce qu’elle appelle des « fictions ».

La première fiction est celle du « maître » et de la transmission : de cette fiction découle, par exemple, l’idée que le dessinateur ou la dessinatrice n’apprendrait pas à l’école, elle apprendrait « sur le tas », au contact d’un maître d’atelier, réalité historique de la BD au 20ème siècle, semblable alors aux grands maîtres de la peinture. Dans cette économie la femme n’a pas sa place. Comme le souligne Jessica Kohn, les autrices de BD antérieures à 1968, travaillent aussi pour beaucoup dans les ateliers et les rédactions de journaux pour garçons, or, elles sont coloristes, lettristes, et n’ont presque jamais accédé au statut d’autrices à part entière. De plus, la fonction d’auteur, rappelle l’historienne, n’est plus au 21ème siècle polyvalente comme lors, alors que les femmes créatrices de BD ont conservé cette identité. Face à cette fiction du maître d’atelier doit s’inscrire, comme c’est le cas à l’EESI désormais des figures d’autrices au centre de la formation des étudiants en art de l’image. Johanna Schipper relate, par exemple, le sentiment d’espoir qu’elle a ressenti lorsqu’elle a découvert des figures de « maîtres » reconnues par la profession dans les autrices féministes de la fin du 20ème siècle comme Jeanne Puchol. Le défi, pour elle, serait que les jeunes auteurs participent aussi à la célébration des carrières de créatrices.

judettecamion01

La seconde fiction est celle du « trait féminin » : selon le vieil adage, « le style c’est l’homme », qui semble faire loi aussi dans la BD, on reconnaît un auteur et son univers à son trait, à son style, or « le féminin » est associé dans l’histoire de l’édition à un style immédiatement reconnaissable et assignable à des genres artistiques. Pour Marion Amirganian ce que l’édition définit comme « féminin » est un style « joli », et « élégant ». Associé aux couleurs pastel douces, au trait rond et large, aux thèmes de l’enfance, le style féminin est historiquement lié pour Jessica Kohn aux arts d’agréments réservés aux femmes de la bourgeoisie. Musique, dessin, littérature étaient enseignés aux jeunes filles de la bourgeoisie, dans un but de plaisir et d’élévation morale, tandis que toute pratique créatrice chez les hommes étaient fortement liée à un savoir-faire et une pratique professionnelle. A ces enseignements s’attachent la notion de transmission maternelle qui incombe à la femme.  Le style féminin se construit ainsi autour du dessin pour enfants. Manon Iessel, un des noms de la liste des autrices de BD oubliées dressée par Jessica Kohn, créatrice des années 30 dessine la série Pat et Piou associant un petit enfant et un mignon petit canard. Pour répondre à ces stéréotypes historiquement construits, le collectif a proposé cette année un atelier aux auteur-e-s autour des différences entre trait masculin et trait féminin, tentative pour dévoiler la construction purement artificielle de ces catégories esthétiques[3].

iessel10

Jessica Kohn présentait une liste de 36 dessinatrices et illustratrices antérieures à 1968, parmi elles seules quatre étaient recensées dans les dictionnaires et les histoires de la BD comme autrices à part entière : Nadine Forster, Marie Mad (Marie-Madeleine Bourdin), Claire Bretécher et Liliane Funcken. Elles seules avaient été publiées en album. La « fabrique de l’invisibilisation », comme l’appelle Sylvain Lesage, prend acte de ces fictions auctoriales en les transposant dans des catégories éditoriales et juridiques qui mettent à l’écart les autrices. Par exemple, la collection « Mirages » dont faisait partie Johanna Schipper a été lors de sa création associée par critère de sexe, car la collection était constituée par des autrices, à des manifestations de promotion de type féminin : salons de la femme et autres.  Johanna Schipper associe l’échec de son album à ces stratégies de diffusion genrées qui reposent encore sur ces « fictions » d’autrices façonnées par un monde éditorial ignorant de la réalité et des conditions de vie des créatrices de bande dessinée.

Trait féminin ou trait masculin – reportage du Monde

  • « La fabrique de l’invisibilisation » : chiffres et recensement

Jessica Kohn rappelle donc que 10 % des auteurs d’illustrés dans les années 50 étaient des femmes contre les 1% admis par l’histoire de la BD. Pierre Nocerino montre qu’aujourd’hui on en compte 15% alors que les recensements des EGBD en dénombrent 27%. Johanna Schipper rappelle qu’au début des années 2000, les femmes dans la BD ont commencé d’être davantage visibles dans le mouvement du grand prix de Florence Cestac et de la reconnaissance d’autrices comme Marjane Satrapi. Pourtant des processus sociologiques semblent encore occulter l’existence des créatrices de bande dessinée. Par exemple, Pierre Nocerino rappelle que l’écart de proportion masculin/féminin constaté aux EGBD relève d’une pratique éditoriale qui consiste à attribuer le statut d’auteur à partir de trois publications. Le recensement des EGBD révèle par ailleurs qu’une proportion des auteur-e-s est largement amateure d’une part, et que d’autre part, on peut reconsidérer d’un point de vue critique cette catégorie, lorsque l’on constate avec Jessica Kohn que la trentaine d’illustratrices recensée avant 1968 n’a pas eu accès au livre, car, spécialisées dans la publication pour fillettes, leur œuvre a été minoré et passée sous silence.

Ainsi Pierre Nocerino pose la question de la possibilité pour les auteur-e-s de se saisir d’outils d’objectivation de leurs activités. Les recensements mis en place par les EGBD mettent à la disposition des acteurs du 9ème art les outils de calculs des revenus des auteur-e-s et de leur nombre. Le recensement large et les méthodes éloignées des critères économiques des maisons d’édition permettent de donner une autre image de la profession. Les résultats montrent qu’il n’y pas considérablement plus d’amateurs chez les créatrices que chez les créateurs de BD, et que les écarts de salaire entre les auteurs et les autrices suit la courbe générale de la population française, en montrant une disparité en faveur des hommes. Marion Amirganian, elle, constate que dans l’édition l’écart de salaire n’est pas lié au genre (on ne paie pas moins une planche d’autrice), mais davantage à l’accès des femmes à la publication.

La discussion a ainsi pu mettre au jour les pratiques qui avaient occulté et continuent de le faire la place des autrices dans la BD. Refaire l’Histoire de la BD n’est pas une fantaisie, elle semble une nécessité sociale et artistique que le festival d’Angoulême, comme critère « international » d’évaluation des auteurs, doit assumer, en tant que gage d’exemplarité pour la profession bédéistique en général.

Note: une rediffusion intégrale de la discussion sera publiée prochainement sur le site de la Cité

[1] www.bdegalite.org

[2] http://bdegalite.org/fibd-femmes-interdites-de-bande-dessinee/

[3] http://lemonde.fr/bande-dessinee/video/2016/01/30/dessin-feminin-ou-masculin-a-angouleme-les-auteurs-veulent-casser-les-prejuges_4856594_4420272.html