Notes de festival, deuxième saison – Atelier « Recherche dessinée » le 25 janvier 2017 au festival d’Angoulême

Julien Baudry et Jessica Kohn ont animé un atelier de création d’un article en bande dessinée qui rassemblait chercheur.e.s et auteur.e.s autour d’un objectif : faire de la recherche dessinée. Nicolas Labarre avait initié l’ambition de la recherche dessinée lors d’une démonstration à la Brèche pendant l’édition précédente du festival. Certains membres du groupe de jeune recherche en bande dessinée ont décidé de poursuivre l’expérience. Cette fois-ci le principe de l’atelier mettait aux prises directement recherche et dessin : à partir d’un article de recherche, de la démarche qui s’y déployait, ainsi que des résultats qui s’y trouvaient communiqués, chercheur et dessinateur devaient concevoir une planche. Dialogique et attentif à la méthode de recherche, le binôme ne pouvait se contenter de traduire un savoir préformé.

labrechejourneeplanche

Mettre en contact deux pôles de la production des savoirs pour donner naissance à une planche inédite était l’objectif initial de cette journée et préparée quelques semaines auparavant de part et d’autre de la table à dessin. Hébergé.e.s au sein du musée de la bande dessinée d’Angoulême, les courageux et courageuses participant.e.s nous ont donné à voir une large étendue de résultats. De la pédagogie scientifique autour d’une donnée complexe et technique comme l’ont proposé Guillaume Bertrand (Paris-Saclay) et Morgane Parisi (www.studiobrou.com) à la création expérimentale d’une investigation historique dans des archives photographiques élaborée par Jean-Charles Andrieu de Lévis (La Sorbonne-Paris IV) et Sébastien Laffage-Cosnier (Université de Bourgogne-Franche-Comté), cette journée a montré qu’il n’était pas qu’un chemin dans la médiation scientifique. La richesse des possibles de ce type d’expérimentation bat en brèche ( !) les idées reçues autour de la vulgarisation scientifique qui ne rime pas toujours avec lourdeur et simplisme, ni laideur et maladresse.

Afficher l'image d'origine

Ainsi les spectateurs ont pu découvrir l’usage du lavis d’encre de Chine dans la restitution des ambiances embuées des classes de neige dans la France des années d’après-guerre, que la prévention des radiations nucléaires pouvait aussi être pétillante et colorée, ou encore que de la confrontation des bonnes et mauvaises bactéries un récit était possible…

Si un accrochage n’a pu avoir lieu le jour même, vous pourrez retrouver dans quelques temps l’ensemble des productions du 25 janvier sur le site de la Brèche (https://labrechebd.wordpress.com/ ), et peut-être bien d’autres surprises encore…

 


A propos Irène Le Roy Ladurie

Irène Le Roy Ladurie, doctorante sous la direction de M. Henri Garric, prépare une thèse sur la place de la caresse dans les fictions érotiques et pornographiques dans la littérature et la bande dessinée contemporaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *