Séminaire Dominations. Séance du 4 février 2016

Séminaire Dominations – 4 février 2016

Vanessa Besand, Université de Bourgogne

« Domination masculine et domination culturelle dans l’oeuvre de Elfriede Jelinek »

L’oeuvre d’E. Jelinek (1946-), prix Nobel 2004, a pour particularité de convoquer un vaste intertexte issu de la culture mass-médiatique contemporaine, lequel, dans des romans comme Les amantes (Die Liebhaberinnen, 1975) et Lust (1989), lui permet de traiter la question de la domination masculine en l’incluant dans une approche plus vaste que la simple question du genre. Il s’agit en effet, puisque « raconter des histoires ne l’intéresse pas », de décrire cliniquement, loin de tout réalisme, des schémas sociaux de domination et, ce faisant, de les mettre à nu.

Or c’est toujours par le langage que se fait cette déconstruction critique. Dans Lust où la femme n’apparaît que comme un instrument sexuel au service de l’homme (mari ou amant), c’est le langage masculin qui, par la narration extra-diégétique, l’hyperbole et la crudité de la langue, est investi et par là même subverti de l’intérieur. Mais c’est surtout par la reprise du langage de la culture mass-médiatique (revues, romans d’amour et feuilletons), dont les femmes et les couches populaires sont le lectorat principal, que sont exhibés et dénoncés les effets léthargiques et déréalisants d’une culture de consommation perpétuant les valeurs patriarcales. Ainsi, dans Les Amantes, les héroïnes et leurs idylles sont présentées selon les codes du roman à l’eau de rose, pris au pied de la lettre par des personnages féminins en partie complices d’un asservissement auquel elles participent par mutisme ou passivité. Ce qui est en cause est donc la réception de cette culture, Jelinek rejoignant ici la démarche des culturalistes, mais en artiste: l’ironie et le sarcasme du narrateur distancé et cruel lui permettent de prendre ses distances avec une certaine tradition féministe (on le lui reprochera) et d’articuler subtilement dominations masculine et culturelle par un travail de sape systématique. Que ce soit par la langue masculine ou par celle de la culture de masse, également oppressives, il s’agit toujours de s’insinuer dans la langue de l’ennemi et de la réinvestir dans le texte pour la détourner et la subvertir en créant une série d’écarts et de décalages permis par la narration extra-diégétique.

Une série de stratégies de diffraction énonciative – citations décalées, clichés éculés (le motif du corps féminin comparé à un paysage) détournés par un discours narratorial toujours ironique –  permet de faire parler la langue et de dévoiler l’idéologie qu’elle recèle. Aussi ce discours s’adresse-t-il toujours au lectant, lecteur actif et réflexif (pour reprendre une catégorie que Vincent Jouve oppose à celle, passive, du lisant), à qui est refusé tout confort de lecture.

Contre la conception de la culture comme divertissement ou détente, Jelinek réaffirme ainsi la nécessité d’une véritable pratique artistique. Le refus de l’indistinction ou du nivellement culturel passe notamment par le recours au collage, qui télescope extraits de magazines, de romans, de slogans, mais aussi nombre de références plus ou moins cachées à la grande tradition biblique, littéraire et poétique (Rilke par ex).  Utilisé comme une « technique de montage », le procédé vise, tout en exhibant l’idéologie sous-jacente de la culture de masse, à faire ressortir et sonner, presque musicalement pour cette pianiste de formation, la littérature et la poésie véritables.

Discussion:

– Sur la question de la dimension philosophique de la démarche de Jelinek: bien qu’elle renvoie explicitement à la dialectique hégélienne du maître et de l’esclave pour évoquer la situation de la femme, la référence (topique dans le discours de gauche des années 1960-70) n’est pas réellement creusée, et les intrigues ne mettent pas en oeuvre jusqu’au bout le retournement dialectique.

– Le travail sur la langue et la dénonciation de son contenu idéologique rejoignent d’une certaine manière, après les travaux de Klemperer sur la langue nazie, une réflexion plus large sur les rémanences du fascisme dans un pays, l’Autriche, où le travail de mémoire s’est fait tardivement, et mal.

– La question de la dimension autobiographique de l’oeuvre est délicate: aussi bien son père qu’elle-même ont été victimes de sa mère, ce qui renverse les schémas dominants et attendus. Difficile néanmoins d’en faire une clef de l’oeuvre.


A propos marion lafouge

Maître de conférence en littérature comparée à l'Université de Bourgogne. Elle a soutenu une thèse dirigée par E. Rallo-Ditche et intitulée "Le monstre et la chimère. Penser l'opéra de Rinuccini à Rousseau" et dirigé avec Mark Darlow un volume collectif sur les usages métaphoriques du concept de clair-obscur au XVIIIe siècle (Shadows of Enlightenment, JECS 2014). Ses travaux portent sur la poétique des genres, les rapports entre musique et littérature et plus généralement entre la littérature et les arts. Avant d'arriver à Dijon, elle a enseigné à l'Université d'Aix-Marseille, d'Oxford et de Turin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *